Volvo Amazon : une conquérante fête ses 60 ans

Classé dans : Historiques - Volvo (Suède) | 0

L’Amazon, beauté intemporelle de Volvo, a été dévoilée au monde il y a 60 ans.

Baptisée en l’honneur des célèbres guerrières de la mythologie grecque, elle est, aujourd’hui encore, l’un des modèles les plus emblématiques de l’histoire du constructeur suédois.

La nouvelle 4 portes de Volvo a été dévoilée le premier week-end de septembre 1956. Les rues de la ville suédoise d’Örebro avaient été choisies comme théâtre de la première apparition de l’Amazon dont l’élégance naturelle tranchait avec l’esthétique Volvo à laquelle le public s’était habitué.

Volvo 122 S – 1968

 

Aussi belles qu’étonnantes, ses lignes puisaient leur inspiration dans le design italien, britannique et américain. Elles étaient l’œuvre de Jan Wilsgaard, 26 ans, devenu responsable du design de Volvo, poste qu’il a occupé pendant plusieurs années.

C’est également à lui que l’on doit le design des séries 140, 240 et 700, ainsi que d’une partie de la série 800.

Jan Wilsgaard (1930-2016)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jan Wilsgaard nous a quittés récemment, à l’âge de 86 ans.

 

 

Cette nouvelle voiture, second modèle d’après-guerre du constructeur, succédait à la PV444 et fut baptisée « Amason » avec un « s ». Ce nom provient de la mythologie grecque, dans laquelle les Amazones sont des femmes guerrières.

L’orthographe du nom a évolué pour adopter une graphie plus tournée vers l’international – Amazon – avant son lancement en production en 1957. Ironie du sort, le constructeur allemand de mobylettes et motos Kreidler lançait, au même moment, une motocyclette du nom d’« Amazone » qui ferma à Volvo les portes de certains marchés clés.

Volvo 121 – 1967

 

Un accord fut trouvé pour permettre à Volvo de commercialiser son modèle sous le nom d’Amazon sur les marchés nordiques. Dans le reste du monde, le modèle de base était la Volvo 121, tandis que la 122 était sa version sportive. Le break à motorisation standard fut baptisé 221 et sa version à motorisation Sport, 222.

Ce qui n’empêche pas le modèle d’être, aujourd’hui encore, connu sous le nom d’« Amazon » dans le monde entier.

Volvo 221 (Break)

 

Les premières années, les Amazon se distinguaient par leur indéniable élégance.

De 1957 à 1959, tous les modèles se paraient d’une livrée bicolore : carrosserie Noir, Bleu Nuit ou Rouge Rubis avec toit Gris Clair, ou carrosserie Gris Clair avec toit Noir.
À partir de 1959, il est devenu possible d’acheter une Amazon d’une seule teinte, et 1961 fut la dernière année de production des modèles bicolores.

L’Amazon Sport millésime 1958 a été développée pour les amateurs de puissance. Avec son double carburateur SU et son arbre à cames plus précis, le moteur développait 85 ch SAE.

Volvo Amazon 122 S – 1960

 

En 1959, la ceinture à trois points d’ancrage brevetée par Volvo a commencé à équiper de série l’Amazon, une première mondiale ! Nul autre dispositif de sécurité dans le monde n’a eu autant d’impact. On estime à pas moins d’un million le nombre de vies sauvées par la ceinture de sécurité à trois points d’ancrage en 57 ans.

Front, Side. The estate version, the P220, was introduced in 1962 and carried on until 1969. It helped to establish Volvo’s reputation as a strong manufacturer of versatile and comfortable estate cars.

 

La version break de l’Amazon a été lancée en février 1962. La différence entre ce modèle et la Duett était non négligeable. L’Amazon break ne manquait pas d’élégance avec son hayon d’inspiration américaine divisé horizontalement en deux parties, l’une se relevant vers le haut, l’autre se rabattant vers le bas.

L’édition la plus sportive de l’Amazon était la 123 GT, qui arborait le moteur de la sportive 1800S. Lancée comme millésime 1967, la 123 GT renfermait un bloc de 115 ch avec overdrive.

Les rétroviseurs extérieurs étaient fixés aux ailes avant, les feux supplémentaires étaient de série et le tableau de bord se dotait d’un compte-tour.

Volvo Amazon 123 GT – 1967

 

Le développement de l’Amazon s’est poursuivi malgré le lancement de la série 140 en 1966. L’Amazon comme la 140 étaient équipées du nouveau moteur B20 sur leurs modèles millésime 1969 respectifs. Plus gros, il permettait d’améliorer le couple et de gagner un peu de puissance.

Volvo Amazon 123 GT – 1967

 

Au total, 667.791 Amazon ont été construites entre 1956 et 1970, un record pour Volvo à l’époque. Avec l’Amazon, Volvo déplaça sa cible du marché intérieur vers le marché d’exportation : 60 % des Amazon construites étaient vendues hors de Suède.

Volvo Amazon 121 – 1970

 

De plus, l’Amazon a été la première Volvo assemblée hors de Suède. En 1963, l’usine Volvo d’Halifax ouvrit ses portes au Canada. Les voitures y étaient construites à destination des marchés d’Amérique du Nord.

Volvo Amazon 121 – 1970

 

Quelque temps après, Volvo inaugura une usine d’assemblage à Durban, en Afrique du Sud, mais le plus gros investissement fut celui de l’unité de Gand, en Belgique. Comme la Suède était alors hors CEE, il était primordial de s’implanter au sein de l’Union douanière européenne. En 1965, l’usine ouvrit ses portes avec une capacité annuelle initiale de 14.000 véhicules.

Volvo Amazon 122 S 1960

 

Dans sa livrée Bleu Nuit, la dernière Amazon sortit des lignes de production de Torslanda le 3 juillet 1970 pour rejoindre la collection de voitures appelée à devenir le Musée Volvo.

Volvo Amazon 121 – 1965

 

Quelques confidences d’une sexagénaire:

Environ 8 % des 297.000 Amazon vendues en Suède existent encore ! La version la plus courante est le millésime 1966, dont 4.804 exemplaires sont encore immatriculés. Au total, 24 282 Amazon ont été immatriculées en Suède.

Le pilote d’essai de Volvo Carl-Magnus Skogh a remporté l’édition 1965 du rallye de l’Acropole, en Grèce, au volant d’une 122S.

La police suédoise a coopéré avec Volvo pour le développement conjoint d’équipements devenus par la suite courants sur les véhicules de série. Les voitures de police étaient équipées de freins à disque, d’un système d’aide au freinage et de pneus radiaux plusieurs années avant de devenir des équipements de série.
Les Amazon de la police étaient équipées d’un ventilateur intérieur sur la lunette arrière et dotées, à côté du volant, d’un bouton associant le liquide lave-glace au mode de balayage des essuie-glaces le plus rapide.

En 1963, le catalogue du Salon de Genève comprenait une Volvo 122S Cabriolet.

Son créateur était Jacques Coune, le carrossier belge. La transformation était superbe avec ses portes sans encadrement pour les vitres, ses poignées délicatement arrondies et ses feux arrière inclinés vers l’avant. Le catalogue donnait l’impression qu’il s’agissait d’un modèle de série, mais Volvo n’y était pour rien dans cette initiative et seuls quatre exemplaires furent construits.

Le publicitaire new-yorkais Amil Gargano a pris en charge le compte Volvo en 1962. Constatant que les Volvo pouvaient résister à presque tout, il en a fait l’argument clé de vente de la marque. Un film publicitaire met en scène une Amazon malmenée sur des routes de graviers. La chute de la publicité est aussi limpide qu’elle serait incongrue aujourd’hui : « And you can drive it like you hate it. Cheaper than psychiatry ».

Il fut un temps envisagé d’équiper l’Amazon d’un V8, version évoluée d’un moteur de camion. Cinq prototypes auraient été construits mais au final, la direction de Volvo se rendit compte qu’un V8 n’était pas le plus approprié pour l’Amazon, sans compter qu’il n’existait pas de version 6 cylindres et que l’écart entre un 4 cylindre et un V8 aurait été un peu trop grand.

Les Amazon assemblées dans l’usine d’Halifax, au Canada, étaient commercialisées sous le nom de « Volvo Canadian ».

Quand la gamme de modèles Volvo s’est élargie pour accueillir l’Amazon, Volvo devint en 1958 la marque automobile la plus vendue en Suède ; une place qu’elle occupe toujours.

 

Automanie Team

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 4 = 6