ŠKODA Motorsport : 120 ans de passion

En 1901, une motocyclette L&K construite par les pères fondateurs de l’entreprise, Václav Laurin et Václav Klement, disputait une course longue de 1200 km entre Paris et Berlin.

Depuis cette époque, le constructeur de Mladá Boleslav a été très actif en compétition internationale. ŠKODA Motorsport continue à écrire une histoire qui a débuté voici 120 ans.

Quelques jalons de l’histoire de ŠKODA en compétition

L&K « Motocyclette » TB (1901)

Inspiré par les motos des frères Werner en France, Václav Laurin inventa un nouveau concept d’architecture pour une moto en construisant le cadre autour du moteur et en positionnant tous les éléments de commande sur les demi-guidons. La « motocyclette » TB était équipée d’un moteur monocylindre. L’associé de Václav Laurin, Václav Klement, étant lui-même un pilote moto avide de compétition, L&K décida d’utiliser la compétition comme outil de marketing.

Le 27 juin 1901, le pilote officiel Narcis Podsedníček prenait le départ de Paris, pour une course de 1200 km dont l’arrivée était célébrée à Berlin. Des dix concurrents engagés dans la catégorie des motocyclettes et trois-roues motorisés, Narcis Podsedníček était le seul à arriver au terme de la dernière des trois étapes au programme. Lorsqu’il atteignit les rues de Berlin aux petites heures du 30 juin, les chronométreurs avaient déjà replié leur matériel. C’est un policier qui officialisa son heure d’arrivée. Mais la direction de course suivant le règlement à la lettre, Narcis Podsedníček fut disqualifié, même s’il était considéré comme le vainqueur moral.

Les années qui suivirent, les motocyclettes L&K furent parmi les plus couronnées lors des courses internationales. En 1905, le pilote officiel L&K Václav Vondřich remporta la renommée « Coupe Internationale » à Dourdan, en France, qui était alors l’officieux championnat du monde moto.

Malgré tout, L&K arrêta la production de motos en 1908, se concentrant sur l’automobile.

L&K FC (1908)

La première automobile L&K sortit du hall de production de Mladá Boleslav en 1905. Une fois encore, Laurin et Klement choisirent la compétition pour promouvoir leurs nouveaux produits. Le projet était mené par Otto Hieronymus, un ingénieur et pilote allemand engagé par L&K pour prendre en charge le développement. Pendant que L&K devenait l’un des plus importants constructeurs de « voiturettes » (voitures compactes), Otto Hieronymus avait aussi la volonté de concevoir de puissantes voitures de course. Sa L&K FC disposait ainsi d’un moteur 4 cylindres de 2,4 litres capable de la propulser à 90 km/h.

L’un des premiers pilotes de cette voiture fut le comte Alexander « Sacha » Kolowrat, un gentleman driver originaire de Bohème. Alexander Kolowrat, également surnommé « le comte Kilowatt » en raison de sa personnalité débordante d’énergie, avait déjà remporté des courses au guidon de motocyclettes L&K avant de passer sur quatre roues.

Otto Hieronymus et Alexander Kolowrat allaient former une équipe redoutable, remportant notamment les légendaires courses de côte de Semmering, près de Vienne (Autriche), et de Gaillon(Suisse) au volant d’une L&K FC.

Au volant d’une FC encore, Alexander Kolowrat remporta sa catégorie de course de côte de Zbraslav-Jíloviště en 1908.
L’année suivante, il affrontait pas moins de 102 concurrents lors du Prince-Heinrich Rally en Allemagne. Si Otto Hieronymus signait une victoire de catégorie avec une L&K FC à l’issue des 700 km de la course entre Saint-Pétersbourg et Moscou en 1908, Kolowrat offrait à L&K un succès dans la très difficile course reliant Saint-Pétersbourg à Sébastopol, remportant aussi le Trophée des Carpates 1911.
Alors membre du conseil d’administration de L&K, Alexander Kolowrat était au départ de la deuxième édition du Rallye Monte-Carlo en 1912. C’était la première participation de la marque au plus célèbre rallye du monde.

ŠKODA POPULAR (1936)

En 1925, l’entreprise industrielle ŠKODA, basée à Pilsen, devenait le partenaire stratégique de Laurin & Klement. Exploitant les nouvelles opportunités qui se présentaient, les modèles désormais badgés ŠKODA innovaient sur le plan technique avec, par exemple, un châssis à poutre centrale, des suspensions indépendantes ou encore des carrosseries évoluées sur le plan aérodynamique.

Dans les années 1930, l’entreprise effectuait son retour en sports mécaniques, désormais sous l’appellation ŠKODA.
La ŠKODA POPULAR fut la première ŠKODA disposant d’un châssis moderne à poutre centrale et d’une suspension indépendante. Ce modèle allait aussi permettre au département compétition de se développer énergiquement. Zdeněk Pohl et son copilote Jaroslav Hausman attirèrent les regards au départ du Rallye Monte-Carlo 1936 avec leur ŠKODA POPULAR SPORT, un cabriolet biplace dérivé de ce modèle.

L’équipage parcourut les 3852 km du parcours entre Athèneset Monacoen quatre jours sans écoper de la moindre pénalité. Même si Pohl et Hausman disposaient dans leur voiture d’un chauffage, de bouteilles thermos et d’un pare-brise chauffant, l’expédition hivernale essentiellement effectuée sur des routes de terre en Grèce, en Yougoslavie, en Hongrie, en Autriche, en Allemagne et en France était une aventure exténuante.
La paire Pohl/Hausman hissa sa ŠKODA POPULAR SPORT à la deuxième place de sa catégorie, renforçant ainsi encore l’enthousiasme pour le rallye en Tchécoslovaquie.

Stimulé par ce succès, ŠKODA présenta également une série spéciale particulièrement sportive, la ŠKODA POPULAR MONTE CARLO.

La ŠKODA 1101 et ses dérivées

En 1948, la ŠKODA 1101 de série signait un triplé aux 24 Heures de Francorchamps.
Quant à la ŠKODA SPORT, un modèle biplace spécial basé sur la ŠKODA 1101, elle participa aux célèbres 24 Heures du Mans en 1950.

En 1953, un moteur suralimenté permettait à la ŠKODA SUPERSPORT d’atteindre la vitesse de 197,8 km/h, en faisant la voiture tchèque la plus rapide de son époque.

Les deux modèles de cabriolet de sport basés sur la ŠKODA 1101 de série engrangèrent de nombreuses victoires sur les circuits d’Europe de l’Est.

Plus tard, la ŠKODA 1100 OHC spéciale démontrait une fois encore la capacité des brillants ingénieurs de la marque à défier les restrictions du « rideau de fer ». Ce cabriolet biplace avec carrosserie en fibre de verre était quasiment invincible.

La ŠKODA OCTAVIA TS

Apparue en 1959, la ŠKODA OCTAVIA TS accumula les succès dans les compétitions réservées aux voitures de tourisme dans la classe des moins de 1,3 litre de cylindrée.
En 1961, l’équipage finlandais composé d’Esko Keinänen et Rainer Eklund remportait sa classe lors du Rallye Monte-Carlo tout en s’offrant une sensationnelle sixième place au classement général.

En 1962 et 1963 encore, les ŠKODA OCTAVIA TS remportaient la première place de leur catégorie.

La ŠKODA F3 (1965)

Les courses de monoplaces constituent autant de viviers pour la Formule 1 depuis la création du championnat en 1950. Aujourd’hui encore, la Formule 3 est l’un des échelons menant à la catégorie reine.
Au début des années 1960, des championnats de F3 étaient organisés dans de très nombreux pays, et même derrière ce qui était alors appelé le « rideau de fer ».

En 1964, lorsque la réglementation prescrit une cylindrée maximale de 1 litre, ŠKODA développa sa propre F3.
Le moteur choisi était le 4 cylindres de la 1000 MB, logé à l’arrière et développant jusqu’à 90 chevaux. Sa carrosserie effilée en alliage lui permettait de ne pas dépasser les 410 kg. Cette monoplace portant le numéro de projet 992 était en mesure d’atteindre en pointe une vitesse de 210 km/h.

En 1968, le Tchèque Miroslav Fousek, pilote officiel ŠKODA, remportait le Championnat d’Europe de l’Est de Formule 3. Dotée d’un châssis différent mais du même moteur, la Lucia F3 fut développée par l’usine de Vrchlabí en 1966. Elle fut utilisée au cours des saisons 1966-1969 au niveau national en Championnat de Tchécoslovaquie.

Les ŠKODA à moteur arrière

La ŠKODA 1000 MB permit à la marque d’entamer un nouveau chapitre dans les années 1960. La première ŠKODA dotée de roues arrière motrices et d’un moteur logé à l’arrière étrennait une fois encore une nouvelle approche technologique en compétition.

Avec le modèle qui lui succéda, la ŠKODA 130 RS, le pilote de rallye norvégien John Haugland fut l’auteur de résultats particulièrement remarquables.

Affectueusement surnommée « Porsche de l’Est » en raison de son architecture technique, ce modèle remportait sa catégorie au Rallye Monte-Carlo 1977 et aux éditions 1978, 1979 et 1981 du Rallye de l’Acropole.

La 130 RS permit aussi à ŠKODA de remporter le titre Constructeur dans le cadre du Championnat d’Europe des voitures de tourisme (ETCC) 1981.

Celle qui lui succédait, la ŠKODA 130 LR, remporta des victoires de catégorie lors du RAC Rally, la manche britannique du Championnat du Monde des Rallyes, en 1985 et 1986.

ŠKODA FAVORIT 136 L (1994)

Avec l’intégration de ŠKODA au sein du groupe Volkswagen en 1991, l’implication de la marque en compétition se renforça encore. Dès 1989, le département compétition développa une version dédiée au rallye de la FAVORIT 136 L.Avec son moteur logé à l’avant et ses roues avant motrices, ce modèle dessiné par Bertone marqua un changement de stratégie pour ŠKODA. Le moteur utilisé était l’éprouvé 4 cylindres de 1,3 litre, délivrant pour le rallye plus de 110 chevaux.À partir de 1990, ŠKODA Motorsport engagea une équipe officielle avec deux voitures sur un certain nombre d’épreuves du Championnat du Monde des Rallyes FIA (WRC). Très fiable, la FAVORIT brilla particulièrement lors des épreuves sur terre les plus éprouvantes. Pavel Sibera et son copilote Petr Gross remportaient leur catégorie au Rallye de l’Acropole, en Grèce, et au Rallye des 1000 Lacs, en Finlande.

Une autre victoire de catégorie était remportée par Ladislav Křeček et Bořivoj Motl au Rallye Sanremo, en Italie. D’autres victoires de catégorie allaient encore suivre, avec notamment quatre victoires d’affilée pour la paire Sibera/Gross au Rallye Monte-Carlo.
En 1994, ŠKODA remportait le titre Constructeur en Coupe du Monde F2, compétition réservée aux voitures à moteur atmosphérique de maximum 2 litres de cylindrée et 2 roues motrices. Cette année-là, les deux équipages, Pavel Sibera et Petr Gross, et Emil Triner et Jiří Klíma, remportaient leur catégorie lors de trois des dix manches du WRC.

Sur circuit, pour une compétition dotée d’une réglementation moins stricte, ŠKODA Motorsport développa une version encore plus performante de la FAVORIT. Avec une cylindrée portée à 1,5 litre, son moteur développait 145 ch et était couplé à une boîte six vitesses. Quant à sa carrosserie, elle était essentiellement constituée de fibre de verre, ce qui permettait à cette FAVORIT d’être particulièrement légère.

La ŠKODA OCTAVIA WRC

Avec la ŠKODA OCTAVIA WRC, présentée en 1999, l’équipe d’usine s’engageait pour la première fois au niveau suprême en Championnat du Monde des Rallyes FIA. Dotée d’un moteur turbo de 300 chevaux et d’une transmission intégrale, l’OCTAVIA était la première « World Rally Car » de la marque ŠKODA.

La saison 2001 fut particulièrement remarquable au niveau des résultats pour ŠKODA Motorsport. L’équipage officiel composé des Allemands Armin Schwarz et Manfred Hiemer entamait la saison par une quatrième place au Rallye Monte-Carlo. Quelques semaines plus tard, l’épreuve de longue haleine la plus difficile du championnat, le Safari Rally au Kenya, permettait à la marque de signer son meilleur résultat en WRC, la paire Schwarz/Hiemer s’offrant une exceptionnelle troisième place.

La ŠKODA OCTAVIA WRC fut également couronnée de succès dans de nombreux championnats nationaux.
Entre 2003 et 2007, la ŠKODA FABIA WRC, qui avait succédé à l’OCTAVIA, permit également à la marque tchèque de se distinguer.

En 2005, le légendaire Colin McRae était bien parti pour terminer à la deuxième place de la manche australienne du WRC quand un malheureux problème à l’assistance le contraignit à l’abandon.

Les ŠKODA FABIA SUPER 2000 et ŠKODA FABIA R5 

En 2009, la ŠKODA FABIA SUPER 2000 créait la sensation dans l’univers du rallye. En 2012 et 2013, cette Fabia à moteur 2 litres et transmission intégrale remportait sa catégorie au Rallye Monte-Carlo avec les duos Kevin Abbring/Lara Vanneste (NL/BE) et Sepp Wiegand/Frank Christian (DE/DE).

Le palmarès de la ŠKODA FABIA SUPER 2000 s’enrichit encore de trois titres consécutifs en Championnat d’Europe des Rallyes FIA, en 2012 avec Juho Hänninen/Mikko Markkula (FIN/FIN), en 2013 avec Jan Kopecký/Pavel Dresler (CZ/CZ) et en 2014 avec Esapekka Lappi/Janne Ferm (FIN/FIN). En outre, Juho Hänninen remporta la catégorie S-WRC en Championnat du Monde des Rallyes FIA en 2011 et dans le cadre de l’Intercontinental Rally Championship (IRC) en 2010, alors qu’Andreas Mikkelsen et Ola Fløene (NO/NO) s’offraient le titre IRC en 2011 et 2012.

Le Championnat Asie-Pacifique des Rallyes FIA (APRC) fut aussi remporté par des équipages évoluant avec une ŠKODA FABIA SUPER 2000 trois années consécutives (2012-2014). Au total, la ŠKODA FABIA SUPER 2000 remporta 50 titres nationaux et internationaux, écrivant ainsi le chapitre le plus fertile de l’histoire de ŠKODA en sport automobile – avant d’être dépassée par celle qui lui succéda, la ŠKODA FABIA R5.

Équipée d’un moteur 1.6 turbo, la ŠKODA FABIA R5 a d’emblée fait sensation.
En Championnat du Monde des Rallyes FIA, les pilotes officiels ŠKODA Motorsport remportèrent la catégorie WRC2/WRC2 Pro en 2016 (Esapekka Lappi/FIN), 2017 (Pontus Tidemand/SWE), 2018 (Jan Kopecký/CZ) et encore en 2019 avec la nouvelle ŠKODA FABIA R5 evo (Kalle Rovanperä/FIN). Avec la ŠKODA FABIA R5 evo, l’équipage privé français constitué de Pierre-Louis Loubet et Vincent Landais était couronné champion en WRC2 en 2019. ŠKODA remportait également le titre Constructeur en WRC2/WRC2 Pro cinq années de rang, de 2015 à 2019.

Au cours de la même période, ŠKODA célébra de multiples titres en Championnat d’Europe des Rallyes FIA (ERC), en Championnat Asie-Pacifique des Rallyes FIA (APRC), en Championnat d’Amérique du Sud des Rallyes FIA (CODASUR) et en Championnat d’Afrique des Rallyes FIA (ARC). De nombreux titres nationaux furent également remportés par des équipages en ŠKODA FABIA R5 ou ŠKODA FABIA R5 evo.

Automania Team

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × = 8