Saab Automobile sur le chemin de l’indépendance

Classé dans : Historiques - Saab (Suède) | 0

Saab Automobile sur le chemin de l’indépendance


– Aujourd’hui marque le début d’un nouveau chapitre de l’histoire de Saab »


Après 20 ans passés sous drapeau étranger, le futur de Saab Automobile appartient à nouveau à la Suède. Vendredi, le tribunal de Vänersborg a accepté la demande de réorganisation et de restructuration soumise dans la matinée par un représentant de Saab.

Saab

 


« Aujourd’hui marque le début d’un nouveau chapitre dans l’histoire de Saab », a commenté Jav Åke Jonsson, Directeur général de Saab Automobile. « Nous recréons maintenant Saab Automobile en tant que structure juridique indépendante. Le chemin ne sera pas facile. Beaucoup ont déjà considérablement souffert en raison de la crise de l’industrie d’automobile et les sacrifices feront partie de notre futur, mais après une période où il a fallu prendre des arbitrages difficiles, nous avons jeté la base d’un nouveau départ. »

« Saab est une marque reconnue bien établie aussi bien en Suède que sur la scène internationale. Nous avons un outil de production efficace et nous avons une belle gamme de modèles en cours de développement. C’est pourquoi nous avons choisi cette option. Le futur sera difficile, mais l’engagement existant pour soutenir l’industrie d’automobile suédoise et Saab nous aidera dans la tâche ardue que nous allons devoir affronter. »

La mission de pilotage dans le futur de la nouvelle entreprise Saab Automobile sera assumée par un groupe de trois personnes : l’avocat Guy Lofalk, que le tribunal a nommé comme administrateur judiciaire, le directeur général Jav Åke Jonsson, et l’expert international en matière de réorganisation Stephen Taylor.

Le but de la réorganisation du constructeur est d’arriver à un équilibre à court terme, qui permettra de développer une solution à long terme pour Saab. La loi suédoise sur la réorganisation des entreprises stipule qu’une demande ne peut aboutir s’il n’y a pas un espoir raisonnable de supposer que le but de la réorganisation peut être atteint. Dans sa décision d’aujourd’hui, le tribunal a constaté que de telles conditions existent.

« Je peux déjà dire que je suis impressionné par les compétences existant chez Saab », a dit Guy Lofalk, « et avec trois modèles quasiment prêts, ce serait un véritable gâchis que de ne pas essayer de trouver un moyen de continuer à long terme. »

Saab