Historique : les Opel Manta « A » et Ascona « A » fêtent leurs 40 ans

Classé dans : Historiques - Opel (D) | 0

 

Opel maîtrise depuis longtemps l’art de la transformation de produits de niches en modèles de grand volume à succès.


Si les fourgonnettes flexibles telles que le Meriva et le Zafira impriment de nouvelles tendances, en 1970, la Manta et l’Ascona ont ouvert de nouveaux segments automobiles pour le constructeur – qui en produira près de 1,2 million d’unités en seulement cinq ans.


Cependant, même si elles partageaient la même plate-forme technologique, elles s’adressaient à des groupes de clients différents :

la Manta était un coupé sport dynamique, l’Ascona une familiale confortable ou un break style de vie compact.


Opel Manta A 1971

 

Manta – le coupé convivial pour la famille

 

La Manta a été présentée à la presse en septembre 1970 à l’hôtel Maritim à Timmendorfer Strand, près de Lübeck sur la Mer Baltique en Allemagne.

Le coupé épuré arborait l’emblème d’une raie « manta » qui était basé sur des photos prises par l’océanographe français Jacques-Yves Cousteau.

Opel Manta 1970

Inspirée des « pony cars » populaires aux États-Unis à cette époque, la Manta sportive se positionnait comme un véhicule répondant à la demande – quelque part entre un coupé conventionnel et une berline traditionnelle.

À l’instar des « pony cars », la Manta était stylée tout en convenant à un usage quotidien pour la famille.

Opel Manta SR 1973

Avant la fin des années 60, de plus en plus d’acheteurs jeunes ou jeunes d’esprit optaient pour des coupés séduisants.

L’individualisme était à la mode et la ligne autonome de la Manta avait le profil.

Au cours de la première année de commercialisation en 1971, Opel a vendu 55.399 modèles Manta.

Opel Manta 1600 S 1971

 

Polyvalente – Une voiture pour tout le monde

 

La Manta partageait la plate-forme et le châssis modifié pour un entraînement dynamique de l’Ascona.

Comme dans l’Ascona, les moteurs 1,6 litre de 68 et 80 ch étaient nouveaux.

Le moteur S 1,9 litre proposé pour le modèle Manta SR sport provenait de l’Opel Rekord, développait 90 ch et était dans un premier temps réservé à la Manta.

Opel Manta GT/E 1974

Le modèle d’entrée de gamme de la série Manta était la version 1,2 litre de 60 ch lancée en 1972.

La Manta GT/E a fait ses débuts en 1973 avec un moteur à injection de 1,9 litre et le système Bosch L-Jetronic.

Il développait une puissance de 105 ch.

La Manta A était la première Opel à injection électronique.

Ainsi équipée, la GT/E possédait 15 ch de plus que le moteur S 1,9 litre.

Correspondant au style de l’époque, la Manta GT/E se passait des décorations chromées au profit du noir mat.

Opel Manta Black Magic 1975

En avril 1975, le dernier modèle spécial était lancé, peu de temps avant des débuts de la Manta B :

la Manta Black Magic était entièrement noire avec des bandes décoratives rouge-orange sur les flancs.

Opel construira 498.553 unités de la Manta A.

Opel Manta SR 1973

 

Ascona – La voiture du futur technologique

 

L’Ascona A a fait ses débuts au salon de Turin en 1970 et était surnommée la « voiture du futur technologique » dans le dossier de presse.
Elle était positionnée entre la Kadett et la Rekord, ciblant un segment de clientèle grandissant.

En mars 1975, près de 691.438 Ascona A avaient été construites.

Opel Ascona 1.9 SR

Le châssis, la suspension et la chaîne cinématique de l’Ascona et de la Manta étaient identiques sur le plan technologique.

L’essieu avant était doté de roues à suspension indépendante avec ressorts hélicoïdaux et amortisseurs télescopiques, et l’essieu arrière était quant à lui contrôlé par deux bras tirés et une barre Panhard.

Opel Ascona 1600 1971

L’Ascona était disponible en 2 et 4 portes en versions standard et de luxe.

Elle disposait d’un quatre cylindres 1,6 litre de 68 ch, ainsi que d’une version S à compression plus élevée développant 80 ch.

À l’instar des plus gros moteurs quatre cylindres de la Rekord, celui de l’Ascona était également doté d’un arbre à cames disposé latéralement dans la culasse, appelé également « arbre à cames en tête. »

Un modèle d’entrée de gamme bon marché fut introduit avec le lancement du moteur 1,2 litre de 60 ch en mars 1972.

 

Ascona Voyage – La nouvelle classe moyenne

 

Pionnier de tous les breaks style de vie, l’Ascona Voyage novatrice devint un élément largement applaudi de la gamme de modèles Opel.

La version Caravan deux portes n’était pas un break classique, mais un véhicule de loisirs avec suffisamment d’espace pour un bateau gonflable ou des vélos :

c’était une voiture pour les jeunes familles.

Opel Ascona Voyage

Les documents de presse indiquaient :

« À l’heure actuelle, le désir de voyager, de camper, de s’adonner au sport – en particulier les hobbies dépendant d’un transport tels que les sports nautiques – exigent tous une voiture dotée d’un espace généreux et de capacités de transport.

Toutefois, aucun sacrifice ne doit être consenti au confort de la voiture de tourisme. La voiture que nous avons construite est appelée Ascona Voyage. »

Opel Ascona Caravan 1972
 
L’Ascona Voyage n’était proposée dans un premier temps qu’en version L, la gamme allait être étendue pour la première fois en 1974 avec une version Caravan moins luxueuse.

 

Ascona SR – L’étoffe des gagnants

 

L’Ascona 1.9 S et l’Ascona SR ont été introduites au printemps 1971.

La version SR était proposée avec un moteur S 1,6 litre de 80 ch et une unité 1,9 litre de 90 ch.

Les deux versions plus puissantes pouvaient être commandées avec une transmission automatique à trois rapports en option.

L’équipement SR était également disponible pour la Voyage – une nouveauté pour le segment des breaks.

En ce qui concerne les berlines, ceci illustrait le potentiel sportif de l’Ascona.

Opel Ascona Rallye

En 1974, Walter Röhrl et Jochen Berger s’alignèrent au Championnat d’Europe des Rallyes avec une berline Ascona à deux portes.

L’Ascona de l’Opel Euro Dealers Team était équipée d’un moteur quatre cylindres réalésé à 2 litres et doté d’une culasse transversale en aluminium, développant 200 ch à 6700 t/min.

Opel Ascona SR RALLYE 1973

Röhrl et Berger gagnèrent six des huit manches et remportèrent le Championnat d’Europe des Rallyes avec un score sans précédent de 120 points.

En 1975, Röhrl et Berger remportèrent le Rallye de l’Acropole et inscrivirent pour la première fois Opel au palmarès du Championnat du monde des rallyes avec leur Ascona A, peu avant qu’elle ne soit remplacée par l’Ascona B.