Ce 24 avril, la Citroën Ami 6 fête ses soixante ans !

Classé dans : Historiques - Citroën (F) | 0

Ce modèle n’est en aucun cas destiné à remplacer la 2 CV dont il diffère totalement (…) » le communiqué de presse Citroën de 1961 a peut-être étonné à l’époque autant que la forme de l’Ami 6 !

Femme posant contre une Citroën Ami 6 garée sur un chemin de forêt en 1961. Photo de Georges Guyot.

Cette « grande petite voiture », avec son faible encombrement pour une large habitabilité va pourtant s’imposer, au-delà de sa silhouette unique, avec plus d’un million d’exemplaires produits, dont plus de la moitié en version break, arrivée en 1964.

La Citroën Ami 6, un look unique avec son pavillon en Z

Après avoir dessiné avec l’équipe du bureau de style Citroën la Traction Avant, la 2 CV et la DS, Flaminio Bertoni se voit confier la création les lignes d’une voiture de moyenne gamme baptisée Projet AM.

En découle l’Ami 6, son chef d’œuvre confiera-t-il à son entourage. Car le styliste peut là, pour la première fois, s’exprimer pleinement et seul sans intervention de qui que ce soit pour imposer le style de cette voiture.

Il ose sur l’Ami 6 la lunette arrière inversée qui reste propre quand il pleut, qui permet aussi de conserver une malle arrière de bonne contenance à ouverture classique et une habitabilité aux places arrière, le tout dans des dimensions réduites.

Le moteur bicylindre de 602 cm³ est extrapolé de celui de la 2 CV.

Ajoutée à sa face avant aux lignes travaillées incrusté de larges phares rectangulaires (une première à l’époque), à son capot plongeant en partie centrale, à son toit pagode et à ses flancs soulignés par des lignes embouties, l’Ami 6 fait preuve, d’une forte personnalité, d’un ‘style baroque’ jugent même certains observateurs !

L’Ami 6 ne se contente d’ailleurs pas de surprendre sur le plan esthétique.

Elle innove aussi en matière de marketing en se présentant sur les documents publicitaires comme ‘la deuxième voiture idéale pour Madame’.

Brochure commerciale pour une Citroën Ami 6 signée Delpire Publicité, années 60.

L’intérieur de l’Ami 6 s’inspire quant à lui directement de celui de la DS, référence en la matière. Depuis son volant monobranche, ses poignées de portes, ses commandes et jusqu’à ses sièges, tout rappelle le haut de gamme Citroën.

Côté comportement routier, tous saluent la tenue de route et la souplesse de la berline héritées des fameuses suspensions de la 2 CV. Dès sa naissance, conformément à l’esprit Citroën, l’Ami 6 est une voiture originale et innovante. Ses inconditionnels conservent un intérêt tout particulier pour les versions Club à quatre phares et à enjoliveurs à flanc blanc commercialisées à partir de septembre 1967.

Le slogan publicitaire emblématique de l’Ami 6 reste « le kilomètre-confort le moins cher du monde ».

l’Ami 6 Break, la cinquième porte du succès

Le tournant essentiel est marqué, fin 1964, par l’arrivée d’un petit break (320 kg de charge utile) dessiné par Henri Dargent (assistant de Flaminio Bertoni) et par Robert Opron (successeur de Bertoni, qui disparait en 1964).
Un break qui va doper les ventes et supplanter la berline. Le cas est rarissime dans l’histoire de l’automobile.Plus consensuelle, sa ligne offre également un volume de charge important pour un véhicule de tourisme de cette catégorie, et un accès aisé et pratique.
Polyvalent, il permet à une famille de partir en voyage dans un confort appréciable, mais autorise également un usage professionnel pour un voyageur de commerce voire un artisan.

L’Ami 6 s’impose alors comme la voiture préférée des Français en 1966.

La production de la berline s’achève en mars 1969 six mois avant l’arrêt du break, au profit de la nouvelle Ami 8 moins atypique qui retrouve une lunette arrière dans le « bon » sens.
Cette dernière laissera place à la Visa en 1978.

Le saviez-vous ?

  • Le nom Ami 6 provient d’un mélange phonétique qui joue sur l’appellation du projet des Études (véhicule AM), du mot miss (« mademoiselle » en anglais) et amici (« ami » en italien), vraisemblablement inspiré par son styliste, Flaminio Bertoni, qui était Italien.
  • Yvonne de Gaulle, l’épouse du Général de Gaulle, roulait en Ami 6. Celui-ci avait inauguré l’usine Citroën de Rennes-La-Janais alors qu’elle était encore en construction le 10 septembre 1960, soit un peu plus d’un an avant que sa production ne démarre sur place.
  • Un raid baptisé Le Tour de Gaule d’Amisix a été organisé par Citroën au départ de Rennes-La-Janais le 19 janvier 1966 avec deux Ami 6 break de série pour en démontrer l’endurance et les qualités routières.À l’arrivée, 23 h 11 mn plus tard et sous contrôle d’huissier, l’équipe affiche 2 077 km parcourus à une moyenne de 89,6 km/h.
  • En juin 1963, l’Ami 6 est présentée aux Etats-Unis. Le modèle export adopte quatre phares ronds et des pare- chocs renforcés.
  • Lieux de production :
    Paris de 1961 à 1963,
    Rennes-La-Janais de 1961 à 1969.
    Citroën inaugure avec l’Ami 6 cette toute nouvelle usine en Bretagne, c’est la première grande décentralisation de la Marque depuis Paris.
    Forest de 1961 à 1969.
    Catila (Argentine) : poursuite de la production de l’Ami 6 break jusqu’en 1971 (voitures expédiées en éléments détachés pour être montées sur place).
  • 1.039.384 exemplaires d’Ami 6 sont produits au total :
    – 483.986 Berlines (avril 1961 à mars 1969),
    – 551.880 Breaks (octobre 1964 à septembre 1969),
    – 3.518 Entreprise (break service deux places, versions vitrées et tôlées).
  • Sur les derniers modèles d’Ami 6, l’intensité lumineuse du cadran se règle avec une petite molette qui commande un rhéostat.
  • Aujourd’hui, pour une version roulante en bon état, la côte observée pour une Ami 6 est à partir de 5000 EUR.
  • Il est aussi possible de se l’offrir sous la forme d’une miniature 1/43e (37 EUR) proposée à la boutique Lifestyle Citroën dans une version Ami 6 Berline 1967 Gris Typhon.
Ille-et-Vilaine, Chartres de Bretagne. Ami 6 garée sous une pancarte signalant l’usine en 1965.

Fiches techniques

Ami 6 berline 1961 :

Moteur : Type M 4, Cylindrée : 602 cm³, Alésage : 74 mm, Course 70 mm, Puissance fiscale : 3 CV, Puissance réelle : 22 ch à 4 500 tr/min.
Carburateur : Solex simple corps 30 PBI jusqu’en novembre 1961 puis 30 PICS.
Réservoir de carburant 25 litres.
Dimensions générales et poids : Longueur : 3,87 m, Largeur : 1,524 m, Empattement : 2,4 m, Poids à vide : 640 kg.

Villacoublay : Ami 6 garées devant un bâtiment lors d’une présentation le 25 avril 1961.
Ami 6 break 1964 :

Moteur : Type M 4, Cylindrée : 602 cm³, Alésage : 74 mm, Course 70 mm, Puissance fiscale : 3 CV, Puissance développée : 25,5 ch à 4 750 tr/min.
Carburateur : Solex simple corps 40 PICS et 40 PCIS (embrayage centrifuge) jusqu’en avril 1964, puis 40 PICS-2 et 40 PCIS-2 (embrayage centrifuge).
Réservoir de carburant : 25 litres.
Dimensions générales et poids : Longueur : 3,958 m, Largeur : 1,524 m, Empattement : 2,4 m, Poids à vide : 690 kg.

Tarifs de lancement : Berline 1961 : 6.550 FRF (267 FRF pour le supplément poste auto-radio disponible à partir de janvier 1962).
La même année :

  • 2 CV AZLP 425 cm³ (embrayage centrifuge) : 4 950 FRF
  • ID 19 berline normale : 9 970 FRF.
  • ID 19 Break 4 Places Tourisme 1964 : 7 140 FRF.
Principales évolutions :
  • 1962 : vitres arrières coulissantes (une moitié seulement).
  • Octobre 1964 : Carrosserie type Break. Nouveaux feux arrière de type ogive.
  • Octobre 1967 : Finition Club avec phares à deux optiques rondes et enjoliveurs à flanc blanc. Finition améliorée.
  • Mai 1968 : Feux arrière monoblocs multifonctions. Glaces avant à double coulissement.

Automania Team

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

25 ÷ 5 =