Romano Artioli visite pour la première fois l’usine Bugatti à Molsheim

Classé dans : Historiques - Bugatti (F) | 0
Janvier 2019 – Romano Artioli & Stephan Winkelmann

 

Le constructeur français de voitures hypersport Bugatti a reçu cette semaine un invité très particulier : Romano Artioli, le célèbre entrepreneur automobile qui n’a pas perdu sa passion pour les voitures de sport.

Il est venu à Molsheim pour la toute première fois de sa vie et a été témoin de la force de la marque qu’il avait fait revivre à la fin des années 80.

À l’âge de 86 ans, mais avec l’enthousiasme d’un jeune garçon, Artioli a analysé les développements actuels du monde de l’automobile en général et de Bugatti en particulier lors d’entretiens avec le président de Bugatti, Stephan Winkelmann.

 

« Romano Artioli fait partie de l’histoire de Bugatti. Grâce à lui, notre marque a retrouvé une activité industrielle dans l’ère moderne. C’est vraiment un honneur de le recevoir ici, à Molsheim », a expliqué Stephan Winkelmann, président de Bugatti. « C’est vraiment inspirant de voir l’énergie et l’enthousiasme de Romano, ainsi que sa passion inépuisable pour Bugatti. »

Bugatti 110 GT (1991)

 

Après un chaleureux accueil de la part du conseil de direction de Bugatti, Romano Artioli a visité toutes les installations de Bugatti, dont le château Saint Jean et l’atelier.

Il ne voulait évidemment pas rater l’occasion de faire des essais de conduite avec la Bugatti Chiron. Après avoir écrit un message très émouvant dans le livre d’or de Bugatti, Romano Artioli s’est montré ravi de son « Expérience Molsheim » :

« Molsheim est un lieu magique où les rêves deviennent réalité. Je suis touché et ému d’avoir été reçu ici d’une manière aussi accueillante. Je suis fier de la reconnaissance de mon rôle dans l’histoire de la société, d’avoir contribué à une marque aussi remarquable et légendaire que Bugatti. »

Septembre 1991 – Alain Delon & Romano Artioli & Bugatti EB 110

 

Dans les années 1980, Romano Artioli était un importateur et un revendeur de voitures très apprécié dans le nord de l’Italie, en particulier pour Ferrari et plusieurs marques japonaises.

Sa collection de voitures, cependant, montrait une grande prédilection pour Bugatti, une marque avec de nombreux modèles historiques dans son garage.

À tel point qu’il a décidé d’essayer de faire revivre la légendaire marque automobile française.

Artioli a acheté la marque Bugatti en 1987 et est devenu président de Bugatti Automobili SpA.

Il a construit un site de production exceptionnel à Campogalliano, où il a produit la Bugatti EB110 entre 1991 et 1995, avant de devoir fermer les portes de son usine.

Septembre 1991 – La Bugatti EB 110 sur les Champs Elysées

 

Aujourd’hui, tout est rentré dans l’ordre.

Bugatti est rentré chez lui à Molsheim en 1998 où il façonne depuis les voitures hypersportives les plus remarquables au monde.

Romano Artioli, pour sa part, est le grand enthousiaste de Bugatti qu’il a toujours été.

À 86 ans, il est loin de vouloir se retirer de ses activités professionnelles.

« Le monde de l’automobile est beaucoup trop excitant. Quand vous arrivez dans un lieu unique comme Molsheim et respirez l’esprit pionnier qui règne ici, comment pourrais-je prendre ma retraite et rater tous les développements révolutionnaires excitants à venir ? », a expliqué Romano Artioli.

 

Bugatti EB 110 GT 1991

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 69 = 78