Soixante ans d’automobiles BRISTOL.

Classé dans : Historiques - Bristol (GB) | 0

Bristol est une marque de prestige typiquement britannique, qui produit annuellement quelques dizaines de voitures très onéreuses à une clientèle « very British ». Cependant cela n’a pas toujours été le cas.


Parmi les plus anciennes entreprises aéronautiques anglaises se trouve la société Bristol fondée en 1910 à Filton. Pendant la deuxième guerre mondiale ses usines fournirent un nombre considérable d’avions militaires et de moteurs à la RAF.

1947 Bristol 400.

Ces commandes s’arrêtèrent évidemment en 1945, la société disposant de place et de personnel chercha des activités complémentaires à son métier principal d’aviation et pensa à l’automobile.

1947 Bristol 400.

Elle entama la fabrication du moteur BMW six cylindres deux litres monté avant guerre dans la 328, alors célèbre voiture de sport allemande. Ce fut la base des automobiles Bristol.

Photo N°1.

Photo 1 La BMW 327 d’avant-guerre qui servit de base à la première Bristol

Le premier modèle, type 400, suivait de près l’architecture du coupé sportif BMW 327.

<br/>Photo N°2. <br/>

Photo 2 Bristol 400 de 1947

Annoncée fin 1946 elle fut présentée officiellement au salon de Genève au printemps 1947 et sa production commença au cours de l’année. Elle participa avec succès à diverses épreuves sportives.

Photo N°3.

Photo 3 La plateforme rigide servant de châssis à la 400

Photo N°4.

Photo 4 Une Bristol prit part, avec succès, à la Targa Florio de 1949, pilotée par H.J.Aldington et le comte Lurani.

1951 Bristol 401.

En fin 1949 Bristol présenta la 401, très semblable mécaniquement à la 400 mais munie d’une carrosserie toute nouvelle, dite Superleggera, d’origine Touring. Elle était constituée d’un panneautage d’aluminium fixé sur une structure très légère de tubes d’acier soudés. Le profilage aérodynamique avait été particulièrement étudié. La carrosserie était plus vaste et plus confortable que celle de la 400, le moteur développait 86 CV au lieu de 80, la vitesse atteignant 150 km/h.

On fit aussi une vingtaine de cabriolets type 402.

Photo N°5.

Photo 5 La Bristol 401 exposée en janvier 1953 au salon de Bruxelles

Photo N°6.

Photo 6 Le très beau profilage arrière de la 401

Photo N°7.

Photo 7 Maquette de 401 étudiée en soufflerie

Photo N°8.

Photo 8 Le cabriolet 402 de 1949-50 comme représenté dans le catalogue d’époque

Photo N°9.

Photo 9 Un des très rares 402

En 1953, la 401 fut remplacée par la 403, l’aspect était quasiment identique mais le moteur développait 100 CV et la vitesse dépassait 160 km/h. On la fit jusqu’en 1955.

Photo N°10.

Photo 10 L’aspect de la 403 ne diffère pratiquement pas de celui de la 401

Ces voitures étaient très bien construites, avec grand soin et leurs performances remarquables pour leur cylindrée. Mais les prix étaient très élevés ce qui explique une production relativement faible. En effet, pendant toute la période de construction des 400 à 403, on ne fit guère plus de 200 exemplaires par an.

Photo N°11.

Photo 11 Bristol construisit ce type 450 en 1953-54 pour notamment courir au Mans

En fin 1953 Bristol présenta la 404. Le châssis dérivait de celui de la 403 mais était raccourci, le poids était réduit et le moteur existait en deux versions, 105 et 125 CV. Les qualités d’accélération et de vitesse se ressentaient de ces améliorations.

1955 Bristol 404 Coupé.

Photo N°13.

Photo 13 La 404 présentée en fin 1953, plus légère et plus rapide que les 403.

En fin 1954 apparut la 405, en berline quatre portes (A ce jour, la seule Bristol quatre portes) et en cabriolet. Le châssis était pratiquement celui de la 403 avec le moteur deux litres 105 CV.

1955 Bristol 405 Saloon 4 door.

Photo N°14.

Photo 14 La 405 berline quatre portes

Photo N°14 & 15.

Photo N°15.

Photo N°15.

Photo N°15.

Photo 15 Le cabriolet 405

Photo N°16.

Photo 16 Depuis des décennies, une des particularités des Bristol, ici sur une 405, sont les logements installés dans les parties avant des ailes ponton qui abritent, d’un côté la roue de secours, de l’autre la batterie.

1957 Arnolt Bristol Coupé MkII (Bertone).

1960 Arnolt Bristol Bolide (Bertone).

Au cours des années cinquante, le moteur Bristol équipa divers modèles d’autres constructeurs comme par exemple AC ou encore Cooper, il y eut aussi aux Etats-Unis quelques Arnolt-Bristol utilisant cette mécanique.

En 1956, l’entité automobile de Bristol fut séparée administrativement des activités d’aviation et en 1961 la direction en revint à George White, un petit-fils du fondateur et à Anthony Crook, un ancien pilote.

Pendant l’été 1958, une nouvelle Bristol type 406 fut présentée. Le moteur, toujours construit par la firme, était une nouvelle version du six cylindres mais portée à 2,2 litres. Malgré cette augmentation de puissance, les performances n’augmentèrent guère car la voiture avait pris du poids et son aérodynamisme n’était plus aussi bon qu’avant. Une grosse amélioration fut l’adoption de freins à disques.

Photo N°17.

Photo N°17.

Photo N°17.

Photo N°17.

Photo N°17.

Photo 17 Bristol 406 de 1958 avec moteur 2,2 litres.

Entre-temps, on prit conscience que le moteur d’origine BMW était arrivé à son terme de développement et comme, d’autre part, une faible production ne justifiait pas les études et l’outillage d’un nouveau moteur, on décida de chercher à en acheter à l’extérieur. Après divers essais, ce fut un Chrysler qui fut choisi et en fin 1961 Bristol sortit la 407, d’allure semblable à la 406 mais munie d’un V-8 Chrysler de 5130 cc développant 250 CV. On y trouvait une boite automatique. La suspension avant était aussi modifiée, le ressort transversal étant remplacé par des ressorts hélicoïdaux. La vitesse maximum fit un bond jusque 200 km/h.

Photo N°18.

Photo N°18.<br/>

Photo 18 La 407. 5,2, le premier modèle à moteur américain V-8.

Photo N°19.

Photo 19 Le châssis, toujours très rigide, de la 407 restait séparé de la carrosserie.

Photo N°20.

Photo 20 La 408 de 1963 différait peu de la 407

Photo N°21.

Photo 21 Bristol 409, courant des années soixante

Photo N°22.

Photo 22 Bristol 410, fin des années soixante. La ligne générale resta la même toute la décennie.

A partir de 1970 Bristol construisit la 411 avec un moteur Chrysler plus important, un V-8 de 6,3 litres et 335 CV. La vitesse maximum passait à 230 km/h. D’autres Chrysler furent utilisés dans les modèles ultérieurs, certains avec compresseur.

Photo N°23.

Photo 23 La 411 recevait un moteur Chrysler plus important

1974 Bristol 411 S4.

Photo 24 Version 1974 de la 411

A partir de 1975, outre la 411, on produisait la 412, version décapotable de la précédente, la 412 inaugurait un nouveau style de carrosserie, plus anguleux.

En 1976, la 411 fut remplacée par une nouvelle conduite intérieure deux portes, la 600.

Photo n°25: 1976 Bristol 412 Convertible Saloon (Zagato).

Photo n°25 : 1976 Bristol 412 Convertible Saloon (Zagato).

Photo 25 Le cabriolet 412 de 1975 inaugurait un style plus anguleux

Photo N°26.

Photo 26 La série 600 de 1976

Au début des années quatre-vingts, l’usine modifia la nomenclature de ses modèles en utilisant des noms d’avions issus du passé aéronautique Bristol.

Photo N°30.

Photo N°31.

Photo 30 & 31 Ainsi la conduite intérieure deux portes s’appelle Britannia (ou Brigand en version compresseur), le cabriolet avec arceau est le Beaufighter et le cabriolet sans arceau (avec capote à commande électrique) le Beaufort.

Photo N°27.

Photo 27 Cabriolet Beaufort du début des années 90.

En 1993 la Britannia deux portes laissât la place à la Bleinheim dont une version Speedster capable de dépasser les 250 km/h apparut en 2003.

Photo N°28.

Photo 28 Beaufighter 1990

En 2002 Bristol présenta un élégant coupé grand sport appelé Fighter, au châssis basé sur le Dodge Viper V10, et en 2004 une Fighter S capable de 340 km/h.

2006 Bristol Fighter.

2006 Bristol Fighter.

2006 Bristol Fighter.

2006 Bristol Fighter.

Photo 29 L’élégant coupé sport Fighter

Quelques chiffres de production Bristol :

Type (Années de production) : Chiffres de production
400 (1946>50) : 700
400 Drophead Pinin Farina (1948>?) : 6? ( 12?)
401(1948>53): 650
402 2 door Drophead Coupé(1949>50): 20 (25?)
403(1953>55): 300
404 2 door Fixed Head Coupé 1953>55) : 40
405 4 door Saloon (1954>58): 294 (297?)
405 D 2 door Drophead Coupé (1954>58): 46
406(1958>61) : 174
406 (1960 > 61) : 7
407(09/1961>08/63) : 300
408(09/1963>08/64): 83 ( 408 MkI& 2 )
409(10/1965>09/66) : 74 ( 409 MkI& 2 )
410(10/1967>09/69) : 79
Production totale(1971): 50
Production totale(1972): 50
Production totale(1973) : 140
Production totale (1974): 140
Production totale (1975): 150
Production totale (1976) : 150
411 MkI (10/1969>09/70) : 287
411 Mk 2 (10/1970>04/72): 287( 411 Mk1-2-3-4 & 5 )
411 Mk 3(05/1972>09/73): 287 ( 411 Mk1-2-3-4 & 5 )
411 Mk 4(10/1973>04/75): 287 ( 411 Mk1-2-3-4 & 5 )
411 Mk 5(05/1975>10/76) : 287 ( 411 Mk1-2-3-4 & 5 )
412 2 door Convertible Zagato (1975>1994): ?
603 (1976>2006) : ?
Production totale (1977) : 150
Production totale (1978) : 150
Production totale (1979) : 120
Production totale (1980) : 109
Production totale (1981): 104
Production totale (1982) : 116
Production totale (1983) : 120
Production totale (1984) : 100
Production totale (1985) : 100
Production totale (1986) : 100
Production totale (1987) : 50
Production totale (1988) : 100
Production totale (1989) : 120
Production totale (1990) : 100
Production totale (1991) : 50
Production totale (1992) : 40
Production totale (1993) : 30
Production totale (1994) : 25
Production totale (1997) : 90
Production totale (1998) : 100
Production totale (1999) : 96
Production totale (2000) : 135
Production totale (2001) : 100
Production totale (2002) : 75
Production totale (2003) : 50

Voici quelques Bristol encore plus rares:

1948 Bristol 400 Drophead Coupé (Pinin Farina).

1950 Bristol 401 Saloon (Beutler).

 1952 Bristol 401 Drophead Coupé (Beutler).

1960 Bristol 406 GT (Zagato)

Bristol Grand Sport.
Texte et archives de Jacques et Yvette Kupélian