Bertone Story

Classé dans : Historiques - Bertone (Italie) | 0

 

 Le Coupé Giulietta Sprint, un des modèles les plus importants dans l'histoire de Bertone, mais également d'Alfa Romeo.

Le Coupé Giulietta Sprint, un des modèles les plus importants dans l’histoire de Bertone, mais également d’Alfa Romeo.

 

Cruel destin que celui de Bertone.


Considéré comme l’un des plus grands carrossiers de l’histoire de l’automobile, Bertone, tombe de haut.

 

Comme tous les autres carrossiers et sous-traitants indépendants qui ont misé sur une industrialisation de plus en plus importante, il subit de plein fouet la mutation industrielle qu’ont subi les chaines de montages à la fin des années ‘90 quand, grâce à une gestion informatique de plus en plus performante, les constructeurs sont parvenus à intégrer un plus grand panel modèles sur une même ligne de production.

 

 Grand Prix de Monaco 1967, le Prince Rainier et son épouse, la princesse Grace, feront un tour d’honneur du circuit au volant de la Marzal.Grand Prix de Monaco 1967, le Prince Rainier et son épouse, la princesse Grace, feront un tour d’honneur du circuit au volant de la Marzal.

 

Ce qui, jusque là, nécessitait une disparité de petites chaines de montage indépendantes peut maintenant se faire dans une seule et même usine.


Durant les années ’80 et ‘90, la multiplicité des modèles de niches, comme les monospaces et les SUV, mais également des coupés, cabriolets, breaks et autres versions hautes performances, ont durant les années ’90 fait la fortune des carrossiers tels que Pininfarina, Karmann ou Bertone, mais aussi de groupe industriels spécialisés dans la sous-traitance tels les français Matra et Heuliez, le finlandais Valmet ou l’autrichien Magna Steyr qui, après une longue carrière de constructeur à part entière, a créé un véritable empire industriel de sous-traitance intercontinentale.

 

Malheureusement, tous ces industriels ont continué à investir des sommes de plus en plus importantes dans des complexes industriels de plus en plus grands alors que, à cause des (ou grâce aux, selon les points de vue) progrès faits dans la gestion des chaînes de production des constructeurs, qui puisqu’ils peuvent produire dans leurs propres usines, ne renouvellent plus les accords industriels passés avec les sous-traitants que sont devenus les grands carrossiers tels que Bertone, mais aussi Pininfarina ou Karmann.

 

En quelques années, ces «monuments de l’histoire du design automobile» qui semblaient solidement ancrés dans le tissu industriel automobile risquent de disparaître prochainement.

 

Tel est le cas de Bertone dont voici un condensé de son histoire.


 

Giovanni et

Giovanni & « Nuccio » Bertone (1961).

Giovanni Bertone est né en 1884 à Mondovi, petite ville de la province de Cuneo. Il est le sixième d’une famille de sept enfants et apprend le métier de charron.

En 1907, il décide de travailler à Turin et se fait engager chez Diatto, alors producteur de matériel de chemin de fer.

En novembre 1912, il quitte Diatto pour se mettre à son compte et fonder un atelier où il entretient et fabrique des véhicules hippomobiles. Ce qui fait de Bertone la deuxième plus ancienne carrosserie encore en activité à ce jour dans le domaine automobile, derrière Karmann qui va mal aussi, comme vient de l’annoncer la direction de cette  société familliale établie en 1902.

Le 4 juillet 1914, Giovanni est père pour la deuxième fois. Il s’agit de Giuseppe, mieux connu sous le diminutif de « Nuccio ».

Il faudra attendre 1921 pour que la première carrosserie de voiture automobile sorte des ateliers Bertone. C’est un spider monté sur un châssis SPA.

 

Spider SPA 23 S à carrosserie Bertone (1921).

 Spider SPA 23 S à carrosserie Bertone (1921).

 

Cela semble avoir été une réussite, car Bertone reçoit peu après plusieurs commandes pour des particuliers mais aussi pour des constructeurs.

 

Lancia   TRIKAPPA   Coupé  de  Ville 1922.

Lancia TRIKAPPA Coupé de Ville 1922.

 

Lancia devient peu après un client important et Bertone se lance alors dans la fabrication de carrosseries en petites séries et en sous-traitance pour les usines. À cette époque, les voitures ne portent pas l’écusson Bertone, mais uniquement celui du constructeur.

En quelques années, il en construira environ 3.000 et déménage dans de plus grands locaux, à proximité de l’usine Lancia.

En 1933, Nuccio, à peine âgé de 19 ans, entre dans l’entreprise.

En 1934, les commandes en sous-traitance diminuent, et Giovanni Bertone décide de s’adjoindre à nouveau la fabrication de carrosseries hors-série, produites à l’unité, pour de riches particuliers.

Sous la direction de Nuccio, Bertone sort des dessins novateurs. Le salon de Milan de 1934 sera la première exposition où Bertone expose une voiture sous son nom.

C’est la Superaerodinamica 900, réalisée sur un châssis Fiat Ardita 2500 six cylindres. On y trouve 3 places à l’avant, un pare-brise en trois parties (de type « panoramique »), des phares intégrés dans le capot.

 

Projet Superaerodynamica 900 réalisé au milieu des années trente sur châssis FIAT Ardita 2,5 litres, six cylindres.

Projet Superaerodynamica 900 réalisé au milieu des années trente sur châssis FIAT Ardita 2,5 litres, six cylindres.

Une période faste s’ouvre alors pour Bertone.

 

Lancia   APRILIA   Cabriolet   1939.

Lancia APRILIA Cabriolet 1939.

 

Elle continuera pendant la guerre, grâce à l’état italien, pour lequel Bertone construit des utilitaires et des ambulances et quelques voitures particulières comme en 1943 ce Cabriolet Fiat 2800 destiné au Comte Lurani.

 

Cabriolet Fiat 2800  du Comte Lurani  (1943).

Cabriolet Fiat 2800 du Comte Lurani (1943)

 

Après la deuxième Guerre Mondiale, Bertone s’installe dans une nouvelle usine et produit pour Fiat des coupés et des spiders basés sur la 1100.

L’usine continue aussi ses carrosseries spéciales sur divers châssis.

 

Cabriolet Bertone sur base de FIAT 1400 (printemps 1951)

Cabriolet Bertone sur base de FIAT 1400 (printemps 1951)

 

Les années ’50 seront particulièrement fastes et prospères pour tous les carrossiers italiens. Pour Bertone, grâce à de continuels investissements, cette période dorée s’étendra jusqu’à la fin des années ’90.

Au niveau du design, entre 1953 et 1978, soit pendant 25 ans, par la découverte de talents aussi extraordinaires que Franco Scaglione, Giorgetto Giugiaro et Marcello Gandini, Bertone a présenté des carrosseries qui sont devenues classiques et même pour certaines d’entre elles, de vrais chefs-d’œuvre automobiles. Depuis, Bertone est devenu un acteur incontournable du Design Italien.

En 1952, l’importateur américain de MG, Arnolt, découvre au salon de Turin deux MG TD habillées par Bertone. Enthousiasmé, il en commande 200 exemplaires, ceci sera le premier travail de Bertone pour l’exportation. Ensuite Arnolt fera également réaliser par Bertone les carrosseries de ses voitures à mécanique Bristol.

 

MG TD qui servira de base à l'Arnolt MG (1952).

MG TD qui servira de base à l’Arnolt MG (1952).

 

Arnolt-Bristol (1954).

Arnolt-Bristol DeLuxe (1954).

Arnolt-Bristol (1954).

 

Arnolt-Bristol (1954).

1953 voit un projet original, la première version de la BAT (Berlinetta Aerodinamica Tecnica) sur base Alfa-Romeo 1900, la BAT 5.

 

Une des extraordinaires BAT (Berlina Aerodynarnica Tecnica) sur base Alfa-Romeo 1900 (BAT 7 de 1954)

Une des extraordinaires BAT (Berlina Aerodynarnica Tecnica) sur base Alfa-Romeo 1900 (BAT 7 de 1954)

Suivront en 1954 et 55 les BAT 7 et BAT 9.

 

Les extraordinaires  BAT (Berlinetta Aerodinamica Tecnica) 5, 7 et 9  toutes sur base Alfa-Romeo .

Les extraordinaires BAT (Berlinetta Aerodinamica Tecnica) 5, 7 et 9 toutes sur base Alfa-Romeo .

 

Ces études aérodynamiques faites par Franco Scaglione déboucheront sur certaines carrosseries moins extrêmes comme l’Abarth de record de 1957 ou la Giulietta SS de 1958.

 

Abarth 500 de record à carrosserie Bertone.

Abarth 500 de record à carrosserie Bertone.

 

Habillage Bertone de la Fiat 8V (1954)
Habillage Bertone de la Fiat 8V (1954)

 

En 1954, Alfa-Romeo lui demande de construire en série le coupé Giulietta Sprint, c’est le signal de l’industrialisation qui s’accentue avec le temps au point que plus de 35.000 Giulietta Coupé Sprint sortiront entre 1954 et 1966.

 

Une des premières réalisations industrielles de Bertone, une Alfa-Romeo Giulietta exposée à Bruxelles en 1955.
Une des premières réalisations industrielles de Bertone, une Alfa-Romeo Giulietta exposée à Bruxelles en 1955.

 

Catalogue publicitaire Alfa Romeo  Giulietta Sprint (1958).

Catalogue publicitaire Alfa Romeo Giulietta Sprint (1958).

 

Catalogue publicitaire Alfa Romeo Giulietta Sprint & Sprint Veloce (1959).
Catalogue publicitaire Alfa Romeo Giulietta Sprint & Sprint Veloce (1959).


À cette époque également, l’entreprise en divisée en deux sociétés, l’usine proprement dite, qui produit des carrosseries en série, et le centre de style qui étudie des carrosseries, notamment pour les constructeurs.

Ce centre est un vrai découvreur de talent, la direction de ce studio sera dirigée par des designers aussi talentueux que Franco Scaglione ( de 1952 à 1959), Giorgio Giugiaro (de 1959 à 1965), Marcello Gandini (de 1965 à 1980), Marc Deschamps (de 1980 à 1995), Luciano D’Ambrosio (de 1995 à 2003) et David Wilkie (de 2003 à ?).

Au centre de style, les études pour les constructeurs atteignent plusieurs centaines entre 1965 et 1972.

En 1961, l’entreprise s’installe sur un nouveau site, à Grugliasco, dans une surface couverte de 3.500 m2, surface qui sera par la suite régulièrement agrandie.

Au cours des années soixante, la production dépasse 30.000 voitures par an.

 

Coupé Alfa-Romeo 2600 Highspeed (1963)

Coupé Alfa-Romeo 2600 Highspeed (1963)

Les Fiat 850 spider, coupés Fiat Dino, Simca Coupés 1000 & 1200 S, les Alfa-Romeo Giulia GT et Montreal, les Lamborghini Miura et Espada, les Iso Rivolta et Griffo sortent notamment des ateliers Bertone.

Quelques dates clé montrent la prédominance que Bertone prend à partir de la moitié des années ’60 :

 

Lamborghini  Miura P 400  (1967).

Lamborghini Miura P 400 (1967).

 

Mars 1966 (Salon de Genève) : Bertone et Lamborghini présentent la sensationnelle Miura

 

Lamborghini projet Marzal (1967)

Lamborghini projet Marzal (1967)

Intérieur de la Marzal

Intérieur de la Marzal

Mars 1967 (Salon de Genève) : Présentation de la Marzal sur base mécanique Lamborghini.

Quelques semaines plus tard, lors du Grand Prix de Monaco 1967, le Prince Rainier et son épouse, la princesse Grace, feront un tour d’honneur du circuit au volant de la Marzal.

 

Alfa Romeo Carabo aux vitres high-tech faites par Glaverbel

Alfa Romeo Carabo aux vitres high-tech faites par Glaverbel.

 

Octobre 1968 (Salon de Paris) : Présentation du Concept Bertone Carabo sur base mécanique Alfa Romeo 33.

 

 BMW 2800 Spicup (Genève 1969).

BMW 2800 Spicup (Genève 1969).

Mars 1969 (Salon de Genève) : Présentation de la BMW 2800 Spicup à toit rigide escamotable (un ancêtre des Coupés-Cabriolets actuels).

À cette époque, seul parmi les anciennes carrosseries, Pininfarina tient tête à Bertone et apparaît un petit nouveau, Ital Design dirigée par un ancien disciple de Bertone, Giorgio Giugiaro.

En 1968, Bertone peut même être considéré comme un constructeur à part entière, pour sa réalisation complète de la Racer, version luxueuse et dotée d’une mécanique Abarth du Spider 850. 

Viendront plus tard les Fiat X-1/9 et Ritmo Cabriolet dont les dernières versions seront vendues sous le label Bertone et, dans certains pays dont la Belgique, distribuées par un réseau indépendant.

 

BERTONE Racer, sur base Fiat 850 (Publicité de 1969).

BERTONE Racer, sur base Fiat 850 (Publicité de 1969).

 

Fiat  X-I/9  1300  Serie Spéciale  (1976).

Fiat X-I/9 1300 Serie Spéciale (1976).

Fiat  X-I/9  1300  Serie Spéciale  (1976).

 

Le début de la décade des années ’70 sera l’âge de la confirmation, avec quelques moments importants comme la présentation de la Strato’s (1970), la BMW Garmich, qui marquera fortement de son influence la marque bavaroise (premières Séries 3 et surtout la Série 5), la Lancia Stratos HF (1971), la Lamborghini Countach (1972), la Fiat X 1/9 (1972).

 

L'impressionant Concept Strato's basé sur une mécanique un rien décevant vu l'aspect de l'engin, V4 Lancia Fulvia 1600 HF.

L’impressionant Concept Strato’s est basé sur une mécanique un rien décevante vu l’aspect de l’engin, le V4 Lancia Fulvia 1600 HF.

 

BMW  2002  Ti  Garmisch  (1970).

BMW 2002 Ti Garmisch (1970). 

BMW  2002  Ti  Garmisch  (1970).

 

  La reine des rallies du milieu des années '70 : La Lancia Stratos  HF.

 La reine des rallies du milieu des années ’70 : La Lancia Stratos  HF.

 

Giovanni Bertone, le fondateur de la carrosserie décède en 1972, à l’âge de 88 ans.

 

Les années ’80 sont les années du passage de l’industrie de grandeur moyenne à la grande industrie. Bertone continue à signer des contrats pour la production de Fiat, de Volvo, et à proposer des concept-cars lors des grands salons européens

Il y a aussi les collaborations « à l’ancienne » pour des projets dont la production est effectuée dans les usines des constructeurs, comme par exemple la coopération qui continuera tout au long des années ’90, avec Citroën qui débute avec la BX, et continuera avec les XM, Xanthia et autres ZX.

 

Nuccio Bertone (1968).

 

Nuccio Bertone s’éteint le 26 février 1997.  

 

Nuccio Bertone & Arnolt Bristol (1953).

Nuccio Bertone dans une Arnolt Bristol (1953).


L’affaire est reprise par sa femme Ermelinda Bertone Cortese (Lilli) et ses filles, Barbara et Marie Jeanne et continue à présenter d’intéressants concepts et à produire des modèles à diffusion relativement restreintes.

 

Cadillac Villa Concept sur base SRX  (2005).

Cadillac Villa Concept sur base SRX  (2005).

Cadillac Villa Concept sur base SRX  (2005).

 

Ce passage de témoin est plutôt réussi jusqu’en 2005, quand les choses se sont précipités…

 

Bertone SUAGNA Concept sur base Fiat Grande Punto (2006).

Bertone  SUAGNA  Concept sur base  Fiat  Grande  Punto (2006).

Pour les raisons expliquées plus haut, les commandes de carrosseries industrielles se raréfient et l’activité de Bertone se réduit de plus en plus, jusqu’à l’arrêt complet des chaines de production en 2006.

 

Une grosse déception : La BMW C1  (1999).

Une grosse déception : La BMW C1  (1999).

 

Ensuite débute une triste saga familiale faite de lancements ratés (« moto » BMW C1) de contrats ratés (TVR), d’achat et de résiliation d’achat qui font que Bertone risque de disparaitre dans un avenir proche.

Il est cependant très possible que ce nom prestigieux trouve prochainement un acquéreur parmi les candidats qui se disent actuellement intéressés, parmi lesquels, apparaitraient des industriels chinois et indien, mais aussi Giugiaro…

 

Présent sans être au Salon de Genève, Bertone a présenté en petit commité ce qui sera peut-être son dernier Concept Car, le BAT 11.

Présent sans être au Salon de Genève, Bertone a présenté en petit commité ce qui sera peut-être son dernier Concept Car, le BAT 11.

Voici quelques chiffres de production de voitures portant la griffe Bertone :

Les années ’50 :

 

Alfa Romeo Giulietta Sprint Coupé (1958)

Alfa Romeo Giulietta & Giulia Sprint Coupé (1953 > 65) : 36.538 exemplaires

 

Alfa-Romeo SPORTIVA (1955).

Projet Sportiva sur Alfa-Romeo (1956) : 2 exemplaires

 

 Alfa Romeo Giulietta & Giulia Sprint Speciale (1957 > 65).

Alfa Romeo Giulietta & Giulia Sprint Speciale (1957 > 65) : 2.554 exemplaires

 

NSU Prinz Sport (03/1959 > 1965).

NSU Prinz Sport (03/1959 > 1965) : 18.261 exemplaires

 

Les années ’60 :

 

Alfa Romeo  2600  Sprint  Coupé (1962 > 66).

Alfa Romeo 2000 & 2600 Sprint Coupé (1960 > 66) : 7.703 exemplaires

 Alfa Romeo Giulia Sprint GT Coupé (1965).

Alfa Romeo Giulia Sprint GT Coupé (1963 > 76) : 210.495 exemplaires

 


Coupe Iso Rivolta 2 2 (1962 > 1970) : 797 exemplaires

 

Simca 1000 Coupé & 1200 S (1963 > 1971) : 492 exemplaires

 

Fiat 850 Spider (1965 > 68).

Fiat 850 Spider & Sport Spider (1965 > 1972) : 132.546 exemplaires

 

Lamborghini Miura SV (1971 > 1973).

Lamborghini Miura (1966 > 1973) : 763 exemplaires

 

Fiat Dino Coupé 2,0L  (1969).

Fiat Dino Coupé 2,0L & 2,4L (1967 > 1973) : 6.068 exemplaires

 

Lamborghini Espada (1968).

Lamborghini Espada (1968 > 1978) : 1.224 exemplaires

 

Les années ’70 :

 

Alfa Romeo Montreal (1970 > 1977).

Alfa Romeo Montreal (1970 > 1977) : 3.925 exemplaires

 

Lamborghini Urraco (1971 > 1979) : 795 exemplaires

 

Fiat X 1/9   1500  (1981).

Fiat X 1/9 (1972 > 1981) : 150.916 exemplaires

 

Volvo 264 TE (1975 > 1981) : 342 exemplaires

 

L'inclassable Coupé Volvo 262 C (1977).Volvo 262 C (1977 > 1981) : 6.622 exemplaires

 

Les années ’80 :

 

Fiat Ritmo Cabriolet (1981).
Fiat Ritmo Cabriolet (1981 > 1986) : 15.544 exemplaires

 

Volvo 780 Coupé (1985 > 91).

Volvo 780 Coupé (1985 > 91) : 11.645 exemplaires

 

Bertone Freeclimber I (1989 > 1992).

Bertone Freeclimber I & II (1989 > 1993) : 5.595 exemplaires

 

Les années ’90 :

 

Opel Astra Cabriolet (1993).

Opel Astra Cabriolet (1993 > 1998) : 52.848 exemplaires
 

Fiat Punto Cabriolet (1994).

Fiat Punto Cabriolet (1994 > 2000) : 54.960 exemplaires

 

Les années ‘2000 :

 

Opel   Astra  Coupé  1999.

Opel Astra Coupé 1999.

 

Opel Astra Coupé & Cabriolet (Productions annuelles)

(2000) : 25.861 exemplaires

(2001) : 33.009 exemplaires

(2002) : 35.252 exemplaires

(2003) : 22.095 exemplaires

(2004) : 13.395 exemplaires

(2005) : 6.077 exemplaires

 

Opel   Astra   Cabriolet  2000.

 Opel Astra Cabriolet 2000.

 

MINI  COOPER S

 Mini Cooper S Works GP (2006) : 1.990 exemplaires

 

Texte et archives de