AC Story

Classé dans : Historiques - AC | 0

Logo AC 1978

Marque centenaire, AC a produit pendant des décennies des véhicules réputés pour leur qualité de construction et leur comportement routier.

Elles ont gagné un nombre impressionnant de rallyes et de courses sur circuits (principalement en Grande Bretagne).

Et pourtant, AC n’est connue que par un seul modèle et encore, la variante d’un modèle, mais quelle variante!

La légendaire Cobra qui perpétue le nom de la marque britannique, alors que son créateur (américain) a arrêté (puis repris) sa construction il y a plus de 40 ans et que la marque, après bien des vicissitudes, continue à produire.


AC 2 Litre Drophead Coupe 1947AC 2 Litre Drophead Coupe 1947

 

Au tout début du XXe siècle, un jeune et talentueux ingénieur anglais, John Weller, dessine avec l’aide de son frère, divers modèles d’automobiles de 8 à 20 CV.

Il entre en contact avec un commanditaire, John Portwine, un riche boucher en gros.

Les associés décident de se lancer dans la construction automobile.

On commence par fabriquer un exemplaire du gros modèle de la gamme, une 20 CV de qualité et on l’offre à la vente.

Malheureusement le prix s’avère trop élevé et il n’y a pas de clients.

Weller 20 hp 1903Weller 20 hp 1903

Portwine incite alors son associé à concevoir un véhicule utilitaire léger et économique qui pourrait se vendre aux commerçants.

En 1904, Weller et Portwine fondent Autocar and Accessories Limited qui met à l’étude un petit véhicule trois roues que l’on appellera Autocarrier.

En 1907, la société Autocarrier, basée à Londres, commercialise un petit utilitaire monoplace à trois roues, moteur monocylindrique de 723 cc, transmission par chaîne, deux vitesses.

Le prix de £ 80 est modéré, le véhicule est simple et solide, il a du succès.

Peu après, on adapte l’utilitaire au transport de deux personnes en tandem, l’une derrière l’autre, puis en 1908 apparait une version dite « Sociable » où les deux passagers sont côte à côte.

Une Auto-Carrier commerciale c.1907Une Auto-Carrier commerciale c.1907

 

Auto-Carrier Sociable 5/6 hp c.1910Auto-Carrier Sociable 5/6 hp c.1910

 

Trois tricars AC en 1910Trois tricars AC en 1910

En 1911, Autocarrier quitte Londres pour s’installer à Thames Ditton, dans le Surrey, au sud de la capitale.

En 1913, la société s’essaie aux cyclecars, alors en vogue, en présentant le Model V à moteur 5/6 HP, à quatre roues, à petit prix, 100 £.

Version cyclecar du Sociable 5/6 HP Model V 1913Version cyclecar du Sociable 5/6 HP Model V 1913

Mais rapidement une voiture légère étudiée par Weller supplante le cyclecar.

Il s’agit d’une quatre cylindres à moteur français Fivet de 1100 cc, boîte trois vitesses combinée au pont arrière.

La voiture légère AC 8-10 HP quatre cylindres 1078 cc c.1914La voiture légère AC 8-10 HP quatre cylindres 1078 cc c.1914

La fabrication automobile est bientôt arrêtée du fait de la guerre 1914-1918 et la société fabrique pendant le conflit des munitions, principalement des obus.

En 1919, on remet la voiture en fabrication mais avec un moteur Anzani 1500 à soupapes latérales, le Fivet n’étant plus disponible.

En 1920, AC transforme le trois roues en quatre roues, mais le succès n’est pas au rendez-vous et la marque britannique abandonne alors la fabrication d’utilitaires.

AC Light Car 10 hp 1919AC Light Car 10 hp 1919

 

AC quatre cylindres c.1922-1923AC quatre cylindres c.1922-1923

 

Châssis AC quatre cylindres 12/14 HP c.1922Châssis AC quatre cylindres 12/14 HP c.1922

 

Prototype AC d’une voiture blindée, c.1915, sur base d’un châssis quatre cylindresPrototype AC d’une voiture blindée, c.1915, sur base d’un châssis quatre cylindres

 

Voiture de course AC de 1496cc, à arbre à cames en tête et 16 soupapes (c.1924-1925)Voiture de course AC de 1496cc, à arbre à cames en tête et 16 soupapes (c.1924-1925)

Entretemps, Weller avait étudié un tout nouveau moteur, un six cylindres deux litres, bloc en alliage léger, un arbre à cames en tête, développant 40 CV.

Ce moteur sera la base de la production AC jusqu’en 1963.

Il développera alors 100 CV.

C’est une des plus grandes longévités de l’histoire de l’automobile.

AC deux litres c.1922-1923AC deux litres c.1922-1923

 

Châssis AC deux litres c.1922-1923Châssis AC deux litres c.1922-1923

 

Le fameux moteur six cylindres AC à sa présentation c.1921-1922Le fameux moteur six cylindres AC à sa présentation c.1921-1922

En 1921, S.F. Edge, ancien directeur de Napier, prend une participation dans AC, ce qui conduira Weller et Portwine à quitter l’affaire un peu plus tard.

Fin 1922, le nom change en AC Cars Limited.

Edge est surtout un commercial et il axe sa publicité sur les résultats sportifs.

Au cours des années 1920, la marque se fera remarquer par des résultats importants à Brooklands, à Montlhéry, au rallye de Monte-Carlo entre autres.

Durant les années 1920, la production AC tourne autour de 300 voitures par an en quatre et six cylindres.

Circuit de Monthléry 1927, l’AC de Mr et Mrs Bruce, aidés par le pilote Joyce, a battu de nombreux records du mondeCircuit de Monthléry 1927, l’AC de Mr et Mrs Bruce, aidés par le pilote Joyce, a battu de nombreux records du monde

 

Cette berline AC rapporte la Coupe des Dames au Rallye de Monte Carlo de 1927Cette berline AC rapporte la Coupe des Dames au Rallye de Monte Carlo de 1927

En 1927, S.F. Edge change le nom en AC (Acedes) Ltd.

Pour 1928, la six cylindres est modernisée.

Elle devient plus large, plus moderne d’allure.

En 1928 également, AC arrête la production des quatre cylindres.

En 1929, on sort l’AC Magna, assez lourde, mais équipée de freins hydrauliques, la suspension avant est modernisée et reçoit des ressorts semi-elliptiques, les quart-elliptiques subsistent à l’arrière.

La boîte de vitesses est toujours combinée au pont arrière, malgré de nombreuses critiques.

Le moteur a un amortisseur de vibration et est monté sur caoutchouc.

AC Light Magna 16/56 c.1928AC Light Magna 16/56 c.1928

 

AC Acedes Magna coupé et Sedan 16/56 c.1929-1930AC Acedes Magna coupé et Sedan 16/56 c.1929-1930

 

Vue avant de l’AC Acedes Magna c.1929-1930Vue avant de l’AC Acedes Magna c.1929-1930

Les affaires déclinent en 1929 et Edge met la société en liquidation.

Au début des années 1930, la marque est reprise par les frères Hurlock, importants entrepreneurs de transport.

La production reprend en 1932, basée sur la Magna, mais avec une boîte de vitesses installée à l’avant, près du moteur, et non plus accolée au pont.

Pour 1933, les voitures sont nommées Ace, les ateliers ont été réduits en surface et la production au cours des années trente tournera autour d’une centaine de véhicules annuels.

Châssis AC Ace c.1933-1934Châssis AC Ace c.1933-1934

 

AC Ace 16/56 en coupé de ville c.1933-1934AC Ace 16/56 en coupé de ville c.1933-1934

A partir de 1935, le radiateur bombé, inspiré de celui des années 1920 mais plus large, est remplacé par une calandre plate, un peu inclinée.

Les AC deviennent alors des voitures basses, d’allure racée, de bonnes performances sportives.

On présente des versions à châssis court, à moteur à trois carburateurs et même à compresseur.

La qualité tant de la conception que de l’exécution des voitures justifie un prix relativement élevé.

Toutefois, malgré cela AC vend bien et la petite production ne permet que peu d’exportation.

AC Ace 16/56 en cabriolet décapotable 1935AC Ace 16/56 en cabriolet décapotable 1935

 

AC Ace 16/66 en Full Sport 4 Seater 1935AC Ace 16/66 en Full Sport 4 Seater 1935

 

AC Ace 16/56 Family Saloon 1935AC Ace 16/56 Family Saloon 1935

 

AC Competition 2 litre 16/80 c.1937AC Competition 2 litre 16/80 c.1937

Au printemps 1939, l’usine présente une nouvelle carrosserie plus vaste sur un châssis plus surbaissé, mais la guerre arrivant en septembre n’en permet pas une véritable production.

AC 1939AC 1939

Pendant la deuxième Guerre Mondiale, l’usine travaille pour la défense nationale, équipe des véhicules d’incendie et fabrique des munitions.

A la fin du conflit, AC reçoit du gouvernement d’importantes commandes de voiturettes pour invalides de guerre.

Fin 1946, la six cylindres de tourisme renait.

Le châssis est surbaissé, mais on garde les essieux rigides avant et arrière.

Le moteur est toujours le six cylindres à 1 ACT.

Cette bonne voiture date cependant et sa construction est arrêtée en 1953.

AC 2 litres 1947AC 2 litres 1947

 

AC 2 litres en cabriolet décapotable c.1948-1949AC 2 litres en cabriolet décapotable c.1948-1949

AC 2 Litre Buckland Roadster MarkII  (c.1949)AC 2 Litre Buckland Roadster MarkII (c.1949)

AC étudie un prototype à moteur quatre cylindres à plat, mais il s’avère trop cher à outiller.

En 1953, on se décide à sortir un roadster sport à deux places , la Ace, à châssis tubulaire léger dessiné par John Tojeiro, châssis que l’on équipe avec le six cylindres de Weller poussé à 85 CV.

On y trouve les quatre roues indépendantes par ressorts transversaux.

Peu après, le Roadster Ace est disponible avec le moteur Bristol deux litres.

AC Ace 1956AC Ace 1956

 

AC Aceca 1956AC Aceca 1956

 

Châssis AC AceChâssis AC Ace

 

AC Greyhound c.1959AC Greyhound c.1959

 

Structure de la GreyhoundStructure de la Greyhound

En 1954, AC ajoute un coupé deux places Aceca à carrosserie alu dont on ne fera que 328 exemplaires.

En 1959, vient le coupé quatre places Greyhound dont la suspension à quatre roues indépendantes utilise des ressorts hélicoïdaux.

Le Greyhound est équipé du Bristol 2,2 litres dont la fabrication s’arrête en 1961.

Quelques moteurs Ford Zephyr six seront ensuite employés.

Outre ses voitures sportives, AC fabriquait toujours ses voiturettes pour invalides et sort en plus, à partir de 1953, une trois roues, la Petite, à moteur Villiers 250cc monté à l’arrière.

On en fera jusqu’en 1958.

AC Petite Mk II c.1954AC Petite Mk II c.1954

 

Dernière version de l’AC Petite c.1958Dernière version de l’AC Petite c.1958

Au début des années 1960, un américain, Carol Shelby, pilote de course renommé se lance dans la préparation de voitures de compétition aux Etats-Unis.

Il se rend chez AC, intéressé par le châssis de l’AC Ace.

Il fait l’acquisition de AC Ace qu’il emmène aux USA, après quelques aménagements apportés à ceux-ci, car Shelby veut y installer le nouveau moteur Ford V-8 « small block » dans sa version 260ci (4,2L) (Moteur en fonte à paroi mince, plus léger, qui débute une carrière longue de 40 ans en équipant les Ford Fairlane 1962.

Il est aussi appelé « Ford Windsor », première usine de montage du moteur).

Ce sera la mythique AC Shelby Cobra.

La Cobra 260 sera présentée en 1962,

Dès 1963, la Cobra 260 est remplacée par la Cobra 289, suivie très rapidement par la Cobra 289 (MkII) à direction à crémaillère.

Destinées essentiellement à la compétition, les Shelby Cobra évoluent vers encore plus de puissance et dès lors le V-8 « small block » ne suffit pas.

Pour 1965, Shelby monte dans la Cobra le V-8 427ci (7 Litres), nettement plus lourd qui rend la voiture particulièrement pointue à maîtriser et il faut réétudier le châssis et les suspensions.

La Cobra 427 ne connaîtra pas le même succès que la 289 laquelle reçoit également en 1965 les suspensions à ressorts hélicoïdaux et les ailes gonflées (que les spécialistes appelleront ultérieurement la Cobra MkIII).

A partir de 1965, Carroll Shelby devient responsable du service course Ford et se lance dans d’autres projets, comme la Shelby 350GT, basée sur la Ford Mustang.

Ford Bordinat Cobra Concept (c.1966)Ford Bordinat Cobra Concept (c.1966)

Shelby arrête la fabrication des Cobra en 1968.

Outre la production de tous les châssis et carrosseries de base des Shelby Cobra, AC commercialise aussi, principalement pour son marché intérieur (en RHD) et le reste de l’Europe, la Cobra sous sa propre marque.

AC produira la Cobra 289 MkIII à Thames Ditton (en petite quantité) jusqu’en 1969.

Au total, ce sont près de 1.100 Cobra qui seront construites.

AC Cobra 260 1962AC Cobra 260 1962

AC Cobra 289 MkII c.1964AC Cobra 289 MkII c.1964

AC Cobra 427 MkIII c.1966AC Cobra 427 MkIII c.1966


Châssis Cobra MkIII, reconnaissable aux suspensions à ressorts hélicoïdaux.Châssis Cobra MkIII, reconnaissable aux suspensions à ressorts hélicoïdaux.


Un des 6 coupés Shelby Cobra Daytona 4.7L construits sur des châssis 289 Racing en 1964 (12 H.de Sebring 1965)Un des 6 coupés Shelby Cobra Daytona 4.7L construits sur des châssis 289 Racing en 1964 (12 H.de Sebring 1965)

 AC a également étudié sa propre berlinette aérodynamique. L'AC A98 Cobra Coupe courut au Mans en 1964AC a également étudié sa propre berlinette aérodynamique. L’AC A98 Cobra Coupe courut au Mans en 1964


A partir de 1965, AC propose aussi, une version embourgeoisée de la Cobra 427, l’AC 428 au châssis rallongé et carrosserie signée Frua en coupé et décapotable.

Malheureusement, son prix prohibitif fera que seuls 80 exemplaires seront vendus jusqu’en 1973 (29 décapotables et 51 coupés).


AC 428 convertibleAC 428 convertible


AC 428 coupeAC 428 coupe


Derek Hurlock cherche un véhicule plus abordable et présente fin 1973 la ME 3000, voiture de sport à moteur central Ford anglais six cylindres en V de 3 litres.

La mise au point sera très longue et les premiers exemplaires ne sont commercialisés qu’en 1979.

Thames Ditton en sortira 71 exemplaires jusqu’en 1984.

Il y aura aussi quelques 3000ME équipées d’un moteur Chrysler de 2,2 litres et compresseur pour le marché américain.


AC 3000 ME c.1979AC 3000 ME c.1979


AC 3000 ME Ghia Concept de 1981AC 3000 ME Ghia Concept de 1981

En 1984, on ferme l’usine et le nom AC est vendu à AC (Scotland), installé près de Glasgow.

On envisage alors la fabrication de la 3000 ME mais avec un Alfa-Romeo V-6.

Pratiquement rien de tangible n’en sortira.

AC 230 ME Concept 1986AC 230 ME Concept 1986

En 1985, Autokraft est autorisé à utilisé la marque AC pour une version réactualisée (normes de sécurité US obligent…) à V8 Ford 5.0L de la Cobra, sans pouvoir utilisé le nom, mais la baptisant, quand même, Mark IV…

AC Mark IV by Autokraft (1985)AC Mark IV by Autokraft (1985)

Durant près de 55 années, la famille Hurlock est demeurée propriétaire de la marque, mais en 1987, Ford achète AC, en association avec Autokraft.

AC Ace Concept (1988)AC Ace Concept (1988)

En 1988, AC déménage ses ateliers à Brooklands.

AC Ace (pré-série 1992)AC Ace (pré-série 1992)

En 1992, la nouvelle AC Ace est présentée.

AC Ace (1993)AC Ace (1993)

En 1992, Ford céde ses parts dans AC à Brian Angliss, le patron d’Autokraft.

AC Cobra 5.0 Lightweight (1993)AC Cobra 5.0 Lightweight 1993

En décembre 1996, l’affaire est reprise par Pride Automotive, qui poursuit la production de l’Ace et de la Cobra.

En 1998, apparaît l’Ace V8.

AC Ace V8 1998AC Ace V8 1998

En 1999, le public britannique découvre le nouveau Coupé AC Aceca.

AC Aceca Coupé (pré-série 1998)AC Aceca Coupé (pré-série 1998)

AC Aceca Coupé (1999)AC Aceca Coupé (1999)

AC Superblower Mk V 1999AC Superblower Mk V 1999

En 2002, les nouveaux actionnaires créent la AC Motor Holding Ltd, avec siège à Malte et usine en Angleterre.

Quelques AC Shelby Cobra à moteurs 4,7 et 7 litres seront faites jusque 2010.

Depuis, les droits de la marque AC ont été rachetés par la société allemande Gullwing GmbH, fabricant réputé de répliques de Mercedes 300SL Gullwing (d’où le nom…) qui propose une AC Cobra Mk VI à moteur Chevrolet V-8.

AC 2013AC MkVI 2013