Volvo XC60 B5 : couvrez ce D que je ne saurais voir…

Classé dans : Essais - Volvo (Suède) | 0

Par de pareils “carburants”, les âmes sont blessées, et cela fait venir de coupables pensées !
En paraphrasant Molière et son Tartuffe, les carburants ont mauvaise presse dans un monde qui tente par tous les moyens de devenir plus VERTueux.

Par son nouveau badge “B” Volvo marque une étape vers l’électrification de ses voitures.

Conception générale

Présenté au salon de Genève en 2008, le XC60 de première génération s’est écoulé à près d’un million d’unités dans le monde et est devenu le SUV premium de taille intermédiaire le plus vendu en Europe. Neuf ans après, et toujours à Genève, la seconde génération de ce SUV scandinave a été dévoilée avec le même succès : elle a été même élue “World Car of the Year” pour l’année 2018…

Pour son millésime 2020, sa dernière mouture dévoile des versions badgées de “B” synonyme de motorisation électrifiée intégrée.

Par cette terminologie Volvo propose des versions semi-hybrides et ce, quel qu’en soit le carburant (essence ou diesel). L’idée est d’épauler le moteur thermique par un moteur-génératrice afin de moins consommer. Cette solution a déjà d’autres adeptes comme Suzuki avec quelques modèles de sa gamme.

Nouvelle étape vers l’électrification de sa gamme, les ingénieurs de Volvo ont intégré une batterie lithium-ion de 48 V et un système de récupération d’énergie cinétique aux moteurs thermiques.

Le client aura le choix entre la traction avant ou la transmission intégrale.

Notre essai a porté sur un XC60 B5 Geartronic AWD de 235 ch (diesel).

Une ligne toujours aussi reconnaissable

Reconnaissable entre mille, la silhouette du XC60 a subi quelques modifications mineures depuis son lancement : sa proue et sa poupe ont été modifiées au fil du temps, mais son allure générale subsiste. Ses modifications ont surtout touché les phares à DEL en forme de T (marteau de Thor) et le lettrage «Volvo» visible à l’arrière.

Long de 4,69 m, il est comparable aux Audi Q5, Mercedes GLC, BMW X3 mais aussi le Jaguar F-Pace, l’Alfa Romeo Stelvio ou même le DS7 Crossback. Il se diffère de ses concurrents par un style élancé et sobre, exempt de cette profusion d’éléments chromés qui font le délice de certaines marques. Trois finitions sont proposées : Momentum, R-Design (sport) et Inscription (luxe).

Avec un coffre de 483 dm³ extensible à 1410 dm³, sa capacité est comparable à la concurrence.

Au niveau de la sécurité où Volvo a toujours excellé, l’EuroNCAP lui a décerné cinq étoiles en novembre 2017 avec d’excellentes cotes pour la protection des passagers et des piétons ainsi que pour la pléthore d’aides à la sécurité comme la City Safety qui conjugue le freinage automatique et des systèmes d’évitement des collisions.

A rappeler que le City Safety est le seul système sur le marché qui détecte les piétons, les cyclistes mais aussi les grands animaux. Tout cela tend à démontrer que la Vision 2020 du constructeur : « Plus aucun mort ni blessé grave dans une nouvelle Volvo à l’horizon 2020 » n’est pas vaine.

Un intérieur… scandinave

Volvo s’est aussi différenciée des autres marques premium par un style sobre et particulièrement épuré. Évidement, le XC60 ne déroge pas à cette règle : cossu et douillet avec d’excellents sièges autorisant de longs trajets, ce SUV est une invitation au voyage pour quatre voire cinq adultes.

La climatisation dispose même de quatre zones. Un seul bémol : le bruit du moteur diesel un peu trop présent à notre goût, surtout quand il monte en charge.

Comme les autres Volvo, le XC60 est équipé du système multimédia Sensus. Ce dernier comporte une interface à écran tactile qui combine les fonctionnalités du véhicule, la navigation, les services connectés ainsi que les applications de divertissement.

La visibilité périphérique est bonne et les commandes sont disposées de manière ergonomique. Au centre, une grande tablette rassemble toutes les fonctions. Il faudra néanmoins un temps d’adaptation pour jongler avec les multiples fonctions. En plus de l’Adaptive Cruise Control (ACC), le XC60 propose une conduite semi-autonome appelée Pilot Assist. Celle-ci prend le pas sur l’ACC en ajoutant une légère assistance à la direction pour garder le véhicule au centre de sa voie de circulation.  A noter que ce pilote semi-automatique fonctionne jusqu’à 130 km/h (en option sur le XC60).

Un moteur aidé électriquement.

L’avantage de cet accouplement est son prix de revient, en outre, il peut aisément s’installer dans les véhicules à propulsion thermique sans trop modifier sa structure générale.

Notre XC60 était propulsé par la version 235 ch du 2.0 l diesel Drive-E. Dans cette configuration, ce 1969 cm³ est gavé par deux turbos qui lui confèrent une puissance de 235 ch à 4000 rpm et un couple maximum de 480 Nm délivré entre 1750 et 2250 rpm. Quant au moteur électrique accouplé, il fournit une puissance complémentaire de 10 kW soit près de 14 ch et un couple de 40 Nm livrable immédiatement. Comme génératrice, il dispose d’un système avancé de freinage à récupération d’énergie cinétique.

 

Ainsi équipé, Volvo promet une vitesse de pointe de 220 km/h et le 0 à 100 km/h en 7,1 sec. En termes de consommation, le constructeur annonce 5,6 l de gas-oil aux 100 km et des rejets de CO2 de 142 g.

Au volant, ce qui frappe le plus c’est son agilité et son dynamisme. Son rayon de braquage de 11,4 m lui permettra de se déplacer en ville sans trop de manœuvres. Malgré ses presque deux tonnes, ce SUV a suffisamment de tonus pour faire oublier son poids.  Sa direction est précise et la réponse à l’accélérateur immédiate. Certes, sa maniabilité ne l’affranchit pas des tares des SUV, à savoir un roulis plus important, mais celui-ci reste encore très raisonnable.

Comme 4×4 et grâce à sa garde au sol de près de 24 cm, il pourra aisément sortir des sentiers battus mais même si ses capacités de franchissement sont bonnes, il ne faudra pas le prendre pour un Land Rover Defender…

Quant à sa consommation, elle reste mesurée pour autant que l’on ne fasse pas sortir tous les chevaux de l’écurie. Retrouver les consommations soutenues par le constructeur révèle de la gageure. Il faudra plutôt tabler entre 7 et 8 l/100 km. En ville, l’aide électrique sera plus mise à contribution que lors des déplacements sur les grands axes. Celle-ci permettra à la XC60 de rester sous les 10 l/100 km.

Conclusions

Confortable et puissant, ce SUV est idéal pour de longs trajets, son électrification légère lui permettra de faire quelques incursions en ville sans trop consommer. Dommage que le moteur soit si présent en phase d’accélération.

Proposé à partir de 55.000 EUR pour la Volvo XC60 B5 D 4×4 Geartronic en finition « Momentum », la facture peut s’alourdir jusqu’à plus de 61.000 EUR pour la finition « Inscription ».
Notre exemplaire, de finition R-Design débute à 59.900 EUR.

Benoît Piette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

÷ 10 = 1