Le Volvo XC-60, une montée en puissance !

Classé dans : Essais - Volvo (Suède) | 0

Après avoir été vendu pendant 9 ans en un million d’exemplaires et représenter 30 % des Volvo en Europe, le XC-60 nous revient avec une nouvelle génération. Partageant son châssis avec son grand frère le XC-90, il est fort à parier que son succès soit à nouveau au rendez-vous.

Un design épuré

Monté sur la même plateforme SPA (pour Scalable Product Architecture) que le XC-90, le le nouveau XC-60 se veut plus élégant. Il est aussi 5 cm plus long (4,69 m) et 5 cm plus bas (1,66 m) que son prédécesseur. Il garde toutefois son allure générale en l’affinant.

Sa calandre reprend évidemment le style de la XC-90 avec ses fameux « marteaux de Thor » en guise de feux de jour. Les optiques avant sont à DEL adaptatifs.

A l’arrière, le dessin des feux se veut plus « délicat » que précédemment : une partie de ceux-ci disposés horizontalement lui donne plus d’assise au sol.

Le hayon s’ouvre sur un volume de 505 dm³ (468 dm³ pour le T8) extensible à 1432 dm³ (1395 dm³ pour le T8) quand les dossiers des sièges arrière sont rabattus pour former un plancher plat. Leur basculement peut se faire électriquement.

A noter qu’en option, le XC-60 peut être monté avec d’une suspension pneumatique pilotée qui offre la possibilité de descendre l’arrière du véhicule afin d’en faciliter le chargement.

Un intérieur premium

A l’intérieur, la finition et sa facture sont dignes de ses concurrents les plus directs que sont les BMW X3, Audi Q5, Mercedes GLC, Jaguar F-Pace et, en embuscade, l’Alfa Romeo Stelvio.
Le design plus épuré nous change du style teuton.

Un des XC-60 de notre essai se distinguait par une sellerie en cuir Nappa brun du plus bel effet. Un petit drapeau suédois cousu sur le dossier du passager avant consolide cette impression premium. Le démarrage s’effectue en tournant vers la droite un petit commutateur ouvragé situé entre les sièges.

A l’avant de celui-ci, le pommeau du levier de changement de vitesses peut s’incruster d’un cristal manufacturé signé Orrefors® en Suède : notre XC-60 T8 en était doté.

Sur la console centrale, l’écran tactile de 9″ regroupe toutes les fonctionnalités, de la climatisation au système audio en passant par la navigation « Sensus » (en option). Son utilisation demandera néanmoins une petite accoutumance.

Le XC-60 peut être équipé d’un système système audio de marque Bowers & Wilkins de 1100 W en sortie avec quinze haut-parleurs  dont un joli petit tweeter disposé au centre du tableau de bord.
Les commandes sont situées de manière ergonomique et judicieuse.

Les palettes situées derrière le petit volant augmentent la rapidité de changement de rapports pour peu que l’on choisisse le mode manuel.

A l’arrière la place y est plus que suffisante pour deux adultes de grande taille et un enfant au milieu car le tunnel de transmission aux roues arrière est assez volumineux (4×4 oblige). Le chauffage peut être réglé de l’arrière.

Des technologies sécuritaires

Depuis longtemps, Volvo est reconnu chantre de la sécurité automobile. En intégrant l’assistance à la direction (Steering Support) à sa technologie City Safety*, le XC-60 franchit une étape supplémentaire pour devenir l’un des véhicules actuels les plus sûrs de l’histoire du constructeur suédois.

Cette assistance à la direction, active entre 50 et 100 km/h, accompagne le freinage automatique quand celui-ci ne permet pas d’éviter seul une collision avec un obstacle qui lui barre la route.

*Le City Safety permet d’éviter les collisions avec les véhicules, les cyclistes, les piétons et même les grands animaux.

De même, un nouveau système de sécurité baptisé Oncoming Lane Mitigation utilise cette même assistance à la direction pour éviter ou atténuer les collisions frontales avec des véhicules circulant en sens inverse, tandis que le système BLIS™ qui détecte la présence de véhicules dans les angles morts, s’appuie aussi sur cette assistance pour réduire le risque de collision en cas de changement de voie.

Suite à un changement de voie intempestif et soudain d’une camionnette de livraison, votre serviteur a pu ainsi expérimenter malgré lui son heureuse intervention. Apparemment, le slogan “Plus aucun mort ni blessé grave dans une nouvelle Volvo à l’horizon 2020” semble se vérifier.

Évidemment, ce haut degré de sécurité se reflète dans la cotation des tests EuroNCAP qui en plus des cinq étoiles, se prévaut d’un score de 98 % dans la catégorie « protection des adultes » et possède dans la catégorie « Grand SUV » une longueur d’avance en « aides à la sécurité » avec un score de 95 % soit 20 points de plus que son concurrent le plus direct dans la même catégorie.
La protection des enfants a été cotée à 87 % et celle des piétons à 76 %.

D’après l’EuroNCAP, le Volvo XC-60 s’avère être le véhicule le plus sûr testé en 2017…

Sa conduite

Afin de se donner une idée plus générale du XC-60, la rédaction a fait l’essai avec deux modèles différents, à savoir le D4 en diesel et le T8 en version hybride.

Le moteur diesel D4 est un quatre cylindres turbo de 1969 cm³ développant 190 ch à 4250 rpm et un couple confortable de 400 Nm entre 1750 et 2500 rpm. En version D5, ce même 2 l développe 235 ch.

Comme l’insonorisation de l’habitacle s’avère excellent, son bruit reste très étouffé mais à l’extérieur, pas de doute possible quand il est encore froid : c’est bien un diesel !

Puissant et très linéaire, il est bien secondé par une boîte automatique à huit rapports (à 120 km/h, le moteur tourne à un peu moins de 2000 rpm).

En complément, cinq modes peuvent être choisis : Eco, Confort, Off road, Dynamique ainsi qu’un mode personnalisé. Au terme de notre essai, sa consommation s’est stabilisée à 6,4 l/100 km.

Évidemment, en off road ou en ville, sa consommation sera plus importante : deux bons litres peuvent y être ajoutés. Compte tenu de son réservoir de 60 l, les 800 km d’autonomie sont facilement dépassés.

Quant au XC-60 T8 hybride, il reçoit la version essence de ce même 1969 cm³ qui développe ici la bagatelle de 320 ch à 5700 rpm et un couple maximum de 400 Nm entre 2200 et 5400 rpm. Il reçoit aussi une transmission à huit rapports.

À l’inverse du XC-60 T6 4×4 propulsé par la même unité, cette puissance est envoyée uniquement aux roues avant.

Contrairement aux versions 100 % thermiques, son réservoir ne contient que 50 l. Dans le T8, ce quatre cylindres à double suralimentation (turbo + compresseur) se voit secondé par un moteur électrique de 117 ch délivrant un couple maximal de 240 Nm dès les premières rotations.

Ce dernier, qui propulse uniquement les roues arrière, est alimenté par une batterie Lithium-Ion de 10,4 kWh placée dans le tunnel (puisqu’il n’y a pas d’arbre de transmission).

Différents modes de conduite sont proposés : le pure (full electric) qui autorise une autonomie théorique de 45 km (suivant les anciennes normes NEDC), l’hybride qui joint les deux modes avec des consommations moyennes de l’ordre de 9 à 10 l aux cent et le mode full power qui utilise la pleine puissance des deux moteurs soit 407 ch.

Il existe encore le mode off road spécifiquement adapté au 4×4 ainsi qu’un mode personnalisable.

Quand la batterie est vide, le moteur tout comme le freinage la rechargent en roulant mais dans des proportions relativement faibles (position B sur le levier de vitesses) et en consommant nécessairement plus. Cette recharge partielle ne dispensera certainement pas le conducteur de se brancher à une borne.

Pour une connexion à 16 A, le temps de charge durera 3 heures. En somme, le T8 est rentable pour autant qu’il soit utilisé en mode « pure ». Dans le cas contraire, l’appétit de ses 320 ch de son moteur thermique feront réfléchir certains…

Que ce soit à bord du D4 ou du T8, la conduite s’avère très agréable et la direction se montre précise et assez légère, peut être un peu trop pour certains…

En comparaison avec la XC-90 et malgré une plateforme identique, le XC-60 fait preuve de plus d’agilité.

Dans l’absolu, son comportement reste neutre mais bien sûr, ses 2 T (et même près de 2,2 T pour la T8 !) se rappelleront au conducteur pour peu que celui-ci se croit en rallye. En outre, le mode power du T8 implique que les 320 ch du moteur thermique ne sont envoyés qu’aux roues avant : chaud devant !

Conclusions

Le XC-60 a toujours été un excellent cheval de bataille pour Volvo, sa nouvelle mouture améliore encore son statut de Premium. Cela n’est d’ailleurs pas passé inaperçu : après le Japon l’année dernière, la nouvelle XC-60 a remporté le World Car Of The Year 2018 au New York Motor Show.

En plus de versions diesel sobres, le constructeur scandinave propose une version hybride plug-in qui pourra montrer vraiment sa valeur pour autant que ses batteries soient rechargées régulièrement, ce qui lui donnera une autonomie effective d’environ 40 km.

Volvo oblige, l’aspect sécuritaire s’est encore amélioré même si quelquefois ses interventions s’avèrent un peu mère poule voire maladroites… raison de plus pour garder une attention soutenue sur la route.

Ses prix sont naturellement assez élevés : le XC-60 D4 4×4 en finition Momentum débute à 50.000 EUR (notre exemplaire en finition Inscription faisait 55.000 EUR) tandis que le XC-60 T8 Hybrid 4×4 dans la même finition est proposée à partir de 69.000 EUR. Un peu plus fournie en option, notre  T8 Hybrid 4×4 en finition R-Design frisera les 80.000 EUR.
Il existe déjà un XC-60 à partir de 42.000 EUR.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

69 − = 68