ESSAI : La Volvo V60 Plug-in Hybrid: l’hybride à la suédoise

Classé dans : Essais - Volvo (Suède) | 0



Après Toyota et sa « légendaire » Prius, Honda, Kia, les européens ont réagit au phénomène hybride en apportant une « European Touch » : d’abord le groupe PSA avec la 508 et 3008 et la DS5 HYbrid4 ; voici que Volvo emboîte le pas avec cette même technologie qui marie un moteur diesel en traction et un moteur électrique en propulsion.

Volvo V60 Plug-in Hybrid 2013

Mais le constructeur suédois va plus loin puisque son hybride se recharge aussi à domicile via une prise de courant classique.


En outre, si ce mariage reste très comparable, il est d’une autre nature en termes de puissance : ce n’est pas moins de 285 ch. cumulés que l’on retrouve sous le pied droit de la V60 Plug-in Hybrid, cette puissance la place résolument au même niveau que celle du bloc essence de la V60 T6 !

 

Chaud devant !

Volvo V60 Plug-in Hybrid 2013

 

Sous une carrosserie sage, un tempérament survolté

 

A part deux inscriptions « plug in » disposés sur les ailes avant dont un portillon à gauche pour dissimuler la prise de courant, peu de choses permettent au quidam de déceler la V60 hybride de ses congénères.

Volvo V60 Plug-in Hybrid 2013

En y regardant de plus prêt, le spécialiste distinguera à droite du hayon l’inscription D6 et AWD et sous celui-ci une inscription « plug-in hybrid » frappée sur un jonc chromé… et c’est tout !

Volvo V60 Plug-in Hybrid 2013

Et c’est d’ailleurs tout ce que pourra apercevoir le conducteur qui tentera de suivre ce beau break hybride au tempérament sportif.

Volvo V60 Plug-in Hybrid 2013

Mais à cette sportive « long courrier » se joint deux autres véhicules à savoir un hybride sobre en carburant et un véhicule électrique « ZE » (Zero Emission).

Notons aussi que, grâce à ses deux moteurs, la V60 se transforme aussi en un 4×4 avec une capacité de traction optimalisée.

 

Un intérieur qui fait la part belle à la technologie

 

Volvo V60 Plug-in Hybrid 2013Une fois assis à son volant, le conducteur découvre que les cadrans analogiques classiques ont fait place à un écran LCD monobloc qui offre de multiples options d’affichage suivant différents thèmes (éco, hybride, classique ou power).

 

En fonction du choix opéré, certaines informations disparaissent et d’autres apparaissent.

 

Par exemple, seul le thème Power propose un compte-tours, ce dernier se verra remplacé par un économètre ou une indication relative au mode d’énergie utilisée.

Volvo V60 Plug-in Hybrid 2013

En outre, il est possible de communiquer avec la voiture via une appli de votre smartphone qui permet l’accès à des fonctions comme la climatisation, le préchauffage et le post-rafraîchissement de l’habitacle. Si nécessaire, il rappellera de brancher le câble de recharge si cela n’a pas été fait…

Les moteurs de la V60 Plug-in Hybrid consistent donc en un moteur turbodiesel 5-cylindres de 2,4 L entraînant les roues avant et un moteur électrique asynchrone propulsant les roues arrière.

Le moteur thermique développe 215 ch. à 4000 rpm et 440 Nm de couple à partir de 1500 rpm tandis que le moteur électrique développe une puissance de 70 ch. et un couple de 200 Nm disponible immédiatement. Ce dernier est alimenté par une batterie lithium-ion de 11,2 kW/h dont 8 kW/h sont utilisables.

Volvo V60 Plug-in Hybrid 2013

Cette batterie est implantée sous le coffre et en réduit son volume d’une bonne centaine de litres par rapport aux versions thermiques pures qui ne brillaient déjà pas dans leur capacité de chargement.

Sous une cache, on retrouve, entre autre, le cordon électrique permettant la recharge à domicile.

Volvo V60 Plug-in Hybrid 2013

Le temps de charge dépend de l’ampérage choisi (de 3,5 à 7,5 heures). Celui-ci pourra être choisi sur un commutateur en aval de la prise.

Le câble électrique ne fait que 4,5 m de long et comme le portillon de charge se trouve sur l’aile gauche, cela pourra poser un problème si l’on veut lancer une recharge devant chez soi… d’autant plus que le constructeur interdit l’emploi de rallonge !

Volvo V60 Plug-in Hybrid 2013

Grâce à d’excellents sièges, les passagers avant sont choyés.

À l’arrière, vu que la place aux jambes n’est pas des plus phénoménales, il faudra faire attention pour les grands gabarits.

 

Volvo V60 Plug-in Hybrid 2013

Pour sa transmission, la V60 Plug-in Hybrid est équipée d’une boîte automatique « Geartronic » à six rapports relativement réactive.

Volvo V60 Plug-in Hybrid 2013

Devant son levier, sur la console centrale, de nombreux commutateurs permettent de choisir le mode de conduite, de propulsion (FWD ou AWD) et de gestion de la charge des batteries :

  • Le mode Hybrid est le fonctionnement par défaut au démarrage. Le moteur Diesel et le moteur électrique fonctionneront alors en symbiose pour faire en sorte que les émissions de CO2 restent les plus faibles possibles.
    Suivant le cycle mixte européen NEDC, Volvo revendique ainsi des émissions de CO2 de 48 g/km, ce qui équivaudrait à une consommation théorique de 1,8 L/100km. Dans ces conditions, le constructeur scandinave estime l’autonomie à 900 km.
  • Le mode Power permet d’obtenir les meilleures performances possibles.
    Les moteurs diesel et électrique offriront alors une puissance cumulée de 215 + 70 ch.  pour un couple maximum de 440 + 200 Nm.
    Disponible directement, le couple du moteur électrique autorisera ainsi d’excellentes accélérations (pas moins de 6,1 secondes sur le 0 à 100 km/h… suivant les données techniques, bien sûr !)
  • Le mode Pure contraint la voiture à rouler uniquement au moyen de son moteur électrique. Pour autant que la recharge ait été réalisée à 100 %, l’autonomie atteindra environ 50 km en ZE.
    En réalité, celle-ci dépend de nombreux facteurs comme le terrain, les conditions météorologiques et le style de conduite. Pour notre part, nous n’avons obtenu qu’une bonne trentaine de kilomètres. Une fois les batteries vidées, la propulsion repassera automatiquement en mode Hybrid.
  • L’activation de la transmission électrique intégrale se réalise en appuyant sur le commutateur AWD. Cette transmission est essentiellement conçue pour offrir au conducteur une meilleure motricité, aussi bien au démarrage qu’en conduite sur routes glissantes.
    Elle n’a donc rien à voir avec la transmission 4×4 permanente que l’on retrouve par exemple sur une Subaru… La répartition du couple entre les roues avant et arrière se gère électroniquement par l’unité de contrôle centrale. Notons – à titre informatif, bien sûr – que cette transmission intégrale n’est active que jusqu’à 150 km/h.
  • Quant au mode « Save for Later » ; il permet de donner une certaine priorité à la charge de la batterie afin qu’elle dispose d’un niveau de charge suffisant pour un parcours ultérieur en mode ZE (rentrer en ville, par exemple).
    Elle préservera ainsi un niveau de charge suffisant pour effectuer un trajet d’environ 20 km.
    En revanche, dans ce mode, puisque le moteur thermique fonctionne constamment, la consommation en carburant s’en ressentira.

 

Volvo V60 Plug-in Hybrid 2013

 

Une fusée électrique

 

La V60 offre des sensations de conduite similaire à une certaine concurrente à quatre anneaux.

Avec la V60 Plug-in Hybrid, le poids conséquent (près de 1,9 tonne, soit près de 300 kg en plus !) atténue quelque peu la vivacité que l’on percevait dans les versions à moteur thermique.

Volvo V60 Plug-in Hybrid 2013

Cependant, sur les voies rapides et outre Rhin, il est clair qu’elle tiendra la dragée haute à bien des voitures connues pour leur nombre pléthorique de chevaux.

En outre grâce à l’apport non négligeable du couple électrique les démarrages départ arrêté peuvent être particulièrement musclés, en revanche, sur parcours sinueux, votre serviteur se souvient d’une certaine S60 D5 au comportement plus incisif.

Il en est de même pour la direction qui a perdu aussi un peu dans sa précision. 

Volvo V60 Plug-in Hybrid 2013

Néanmoins, en ce qui concerne l’agrément de conduite en ville, le mode « Pure » est sans conteste unique ! Le silence de la propulsion électrique projette les passagers dans un autre monde.

Hélas, cet environnement ouaté perdra de sa superbe lors d’accélération brutale et pour peu que la batterie soit déchargée : alors, le grondement sourd du « cinq pattes » se rappellera à tous malgré l’excellent isolement du moteur constaté sur autoroute à régime constant.

Volvo V60 Plug-in Hybrid 2013

Mais c’est au niveau de la consommation que cette V60 est vraiment unique : toutes routes confondues, nous ne sommes jamais arrivés à 6 litres aux cent, ce qui est exceptionnelle dans cette gamme de voiture !

Afin de rendre réaliste cet essai, la rédaction n’a jamais souhaité réaliser un « economy run » !

 

Spécifications techniques

 

Fichier Acrobat® à télécharger

 

Qu’en dire ?

 

Pour une première, Volvo a parfaitement maîtrisé ce défi : la V60 Plug-in Hybrid est une réussite. Pas étonnant qu’en Belgique, cet hybride ait obtenu le titre de ‘Clean Car of the Year’.

Pas étonnant non plus que la firme suédoise ait doublé sa production pour répondre à sa demande toujours croissante et ce, malgré son prix assez coquet d’un peu moins de 60.000 EUR.

Plus que puissante, elle consomme un minimum : elle vient peut-être de résoudre la quadrature du cercle ?

Volvo V60 Plug-in Hybrid 2013

Toutefois, il est dommage que ce break de plus de 4,60 m de long n’offre qu’un coffre digne d’une citadine, mais c’est la rançon des voitures hybrides actuelles…