ESSAI : La nouvelle Volvo S60 : une Scandinave à la robe féline

Classé dans : Essais - Volvo (Suède) | 0

Une Volvo peut être élégante : il suffit de se souvenir des formes de l’Amazon ou de la P1800 pour convenir que cette marque nordique n’a pas seulement eu le cubisme comme période stylistique.


Volvo S60 D3 2010

Avec la S60, Volvo enfonce le clou en réalisant une jolie berline quatre portes avec une silhouette qui s’étire à la manière d’un coupé.

Est-ce que son plumage vaut son ramage ?


Une ligne sensuelle

 

Créée en rupture avec le style très cubique des années 1980 et 1990, la S60 se voulait différente. Sous la houlette du designer britannique Peter D. Horbury, elle fit ses premiers tours de roue en automne 2000. Se voulant une petite S80, cette Volvo « gantoise » (elle a été uniquement construite dans la cité de Jacques van Artevelde) montre une certaine sportivité qui a suscité des commentaires flatteurs dans la presse spécialisée. Après un remodelage en 2005, un concept très élégant intégrant des technologies sécuritaires innovantes voit le jour en 2008.

Celui-ci préfigure la nouvelle S60 qui est finalement dévoilée au salon de Genève 2010. La ligne est évidemment plus sage, mais les gènes du concept sont maintenus : la ligne reproduit toujours un coupé quatre portes.

Volvo S60 D3 2010

Par l’abandon des clignoteurs arrière massifs et une proue beaucoup plus féline, son dessin paraît beaucoup plus sensuel que son aînée.

 

Un intérieur raffiné

 

Dans la tradition chère à Volvo, on retrouve un habitacle où l’ergonomie n’est pas un vain mot : les sièges avec mémoire et chauffant (en option) sont excellents et permettent des voyages au long cours sans aucune appréhension.
La planche de bord est très bien agencée et orientée vers le conducteur.

Volvo S60 D3 2010

En son milieu, Volvo récupère sa célèbre console flottante qui reprend dans sa partie supérieure un écran couleur de 5 ou 7 pouces sur lequel s’affiche l’information en provenance de l’équipement audio, du GPS, du GSM et des autres fonctions comme par exemple la caméra arrière (en option). Cet écran n’est pas tactile et le logiciel moins intuitif que d’autres systèmes proposés par la concurrence.

Volvo S60 D3 2010

Par rapport à la S60 de la précédente génération, Volvo prétend avoir augmenter de 30 mm l’espace réservé aux genoux des passagers arrière. C’est une avancée, mais celle-ci n’est pas relevante par rapport à la concurrence…

A noter que le dossier du siège du passager avant ainsi que la banquette arrière sont rabattables vers l’avant. Afin d’augmenter la visibilité arrière, les appuie-tête à l’arrière peuvent être pourvus en option d’un rabattement électrique.

Toujours à propos des sièges arrière, ceux-ci sont creusés pour accueillir deux passagers : l’occasionnel troisième passager se sentira certainement « frappé d’ostracisme ».

Volvo S60 D3 2010

Le coffre a une capacité de 380 dm³, ce qui est en recul par rapport à la première mouture (424 dm³) et même par rapport à sa petite sœur la S40 (404 dm³) !

 

Une technologie axée sur la sécurité

 

La sécurité est profondément ancrée dans les gènes de la marque : déjà en 1958, Volvo introduit les ceintures de sécurité sur son Amazon…

Volvo S60 D3 2010

Outre la détection d’angle mort « BLIS« , l’alerte de franchissement de bande blanche (Lane Departure Warning avec Driver Alert Control) et le régulateur de vitesse automatique (Adaptive Cruise Control), le constructeur scandinave inaugure un procédé pour éviter les tamponnages survenant dans les files : grâce au City Safety, la voiture déclenche un freinage automatique si le conducteur ne réagit pas à temps lorsque le véhicule qui le précède ralentit ou freine.

Volvo Adaptive Cruise Control

Adaptative Cruise Control

Volvo S60 D3 2010

Lane Departure Warning

Volvo S60 D3 2010

Driver Alert Control

Volvo S60 D3 2010

City Safety

Volvo S60 D3 2010

D’après Volvo, la moitié des conducteurs impliqués dans ce type de collision n’ont pas actionné les freins avant l’accident. Grâce à ce système anti-collision urbain, les chocs par l’arrière jusqu’à 30 km/h sont atténués.

A noter que cette technologie sécuritaire vous permet de bénéficier d’une réduction sur votre prime de votre assurance Full Omnium et Responsabilité Civile si vous contractez une police auprès de Volvo Car Insurance.

Volvo Pedestrian Detection

La nouvelle S60 inaugure aussi une technologie permettant la détection de piétons. Ce procédé, appelé « Pedestrian Detection » couplé au système « Collision Warning » avertit le conducteur de la présence de piétons en mouvement devant le véhicule. Si le conducteur reste sans réaction vis-à-vis de ceux-ci, ce système déclenche automatiquement un freinage d’urgence à pleine puissance.

Suivant Volvo, cette « détection piétons » associée au « Full Autobrake » peut faire chuter

la mortalité de manière substantielle.
Notons toutefois que ce système n’est opérationnel que jusqu’à 35 km/h…

Il y a presque dix ans, la S60 de première génération avait obtenu quatre étoiles aux tests Euro NCAP. Ses conclusions notaient une faible protection du genou gauche du conducteur ainsi qu’au niveau de ses cuisses.
La protection des enfants était bien pensée, en revanche, Volvo avait du pain sur la planche en ce qui concernait la protection des piétons.
Il va sans dire que les avancées technologiques décrites ci-avant répondent de manière éclatante à ces griefs.

 

A son volant

 

Deux modèles ont été mis à notre disposition : une S60 D3 muni du tout nouveau

moteur diesel de 2 litres de cinq cylindres développant 163 ch. à seulement 2900 rpm et une S60 D5 AWD propulsé par un cinq cylindres diesel de de 2,4 l affichant 205 ch. à 4000 rpm. Les deux véhicules disposaient d’une transmission automatique à six rapports « Geartronic« .

Volvo S60 D3 2010

Ces deux moteurs font preuve d’un tempérament particulièrement énergique à partir de 1500 rpm, leur grondement en phase d’accélération est assez atypique pour un « moteur

à huile lourde » et est même loin d’être déplaisant. A allure constante, comme sur autoroute, l’insonorisation est bonne.

Volvo S60 D5 2010

Comme tout châssis moderne qui se respecte, celui-ci est bardé de systèmes électroniques censés reculer les limites d’utilisation. On y trouve un contrôle de trajectoire évolué (Advanced Stability Control) basé sur la détection d’angle de roulis qui serait les prémices d’une perte d’adhérence. Celui-ci permet au contrôle électronique de stabilité (DSTC) d’ intervenir plus tôt.

Volvo S60 D3 2010

Le DSTC est également pourvu d’un contrôle en courbe (Corner Traction Control) qui utilise les effets de couple qui s’exercent en virage pour négocier les routes sinueuses avec précision.

Volvo Corner Traction Control

Notons aussi que la S60 dispose de deux réglages de châssis : confort ou sport dont les différences résident dans les amortisseurs et les soubassements avant et arrière.

Le châssis « sport » « est réservé au Vieux Continent tandis que le châssis confort avec option sport est réservé principalement aux marchés nord-américain et asiatique.

Volvo S60 D5 2010

Ainsi muni, il est vrai que sa conduite est agréable : on constate que le travail des suspensions semble plus ferme que précédemment, ce qui est un gage d’efficacité

Dommage que le rayon de braquage ne soit plus ce qu’il était quand Volvo était encore un chantre de la propulsion.

Volvo S60 D5 2010

Avec une transmission sur les quatre roues (AWD) la S60 D5 est très convaincante et permet de rouler avec plus de sérénité dans des conditions climatiques dégradées.
Le couple de 420 Nm est distillé par une boîte automatique un peu paresseuse… mais il existe un mode sport assez survolté…

Ainsi propulsée, la consommation de la S60 tourne entre sept et huit litres aux cent kilomètres.

Volvo S60 D3 2010

Cependant la S60 D3 à deux roues motrices ne démérite pas, donnant moins de voix que le D5, son petit cinq pattes est bien suffisant d’autant plus qu’il affiche déjà un couple de 400 Nm de 1400 à 2850 rpm. Il permet toujours d’exploiter l’agilité de la S60.

Quant à sa consommation… elle est stupéfiante : certains parcours ont donné 5,5 l de consommation : pas mal pour une Volvo automatique dont le poids frise les 1600 kg !

En conduite de tous les jours il faut toutefois compter entre six  à sept litres aux cent, soit un bon litre en moins que la D5.

 

Données techniques

 

Fichier Acrobat à télécharger

Volvo S60 D3 2010

 

Conclusions

 

Jolie, elle l’est

Dynamique , elle l’est aussi…

Avec des moteurs performants dont un 2 litres particulièrement sobre, la S60 se place dès à présent comme un concurrent sérieux face aux BMW série 3 et aux Audi A4.

Par ces temps de crise, son prix plus mesuré fera peut-être pencher la balance en sa faveur… c’est tout ce qu’on peut lui souhaiter…

Volvo S60 D3 2010