La nouvelle Polo VI : l’effet MQB A0 !

Classé dans : Essais - Volkswagen (D) | 0

Après la Seat Ibiza, c’est maintenant la Polo qui bénéficie de cette nouvelle plateforme MQB A0 qui lui permettra d’optimaliser l’espace intérieur ainsi que le coffre.

Mais peut-on vraiment en différencier le style avec sa devancière ?

 

Une nouvelle plateforme qui optimalise l’espace

Avec ses 14 millions d’exemplaires vendus, la Polo reste l’un des modèles les plus prisés sur du segment B, à savoir les citadines polyvalentes. Mais peut-on encore l’appeler « citadines » quand la longueur moyenne du segment avoisine les 4 m ?

Lors de l’essai de la Polo V, avec ses 4 m, elle débordait déjà la Golf de 1974 de près de 30 cm !

Et bien le temps n’a pas arrangé les choses :

 

Indications

Polo VI (2017)

Polo V (2009)

Golf IV (1997)

Longueur

4 053 mm

3 972 mm

4 149 mm

Largeur (hors rétroviseurs)

1 751 mm

1 682 mm

1 735 mm

Hauteur

1 446 mm

1 453 mm

1 439 mm

Empattement

2 564 mm

2 470 mm

2 511 mm

Voie avant

1 525 mm

1 463 mm

1 513 mm

Voie arrière

1 505 mm

1 456 mm

1 494 mm

Garde au toit avant

1 019 mm

1 004 mm

1 014 mm

Garde au toit arrière

964 mm

943 mm

955 mm

Coffre

351 dm³

280 dm³

330 dm³

 

Cependant, en considérant ces chiffres, il faut bien reconnaître que ses 5 cm supplémentaires ont été exploités de manière optimale, même s’il faut être un connaisseur pour déceler les différences stylistiques entre les versions V et VI !

Certains se demandent même ce que « SM la Golf » pourrait encore apporter comme avantage supplémentaire pour une citadine qui frise les dimensions d’une ancienne compacte…

Son coffre dispose d’une contenance de 351 dm³. Banquette arrière rabattue, la capacité atteint 1125 dm³ !

La Polo arrive sur le marché en trois niveaux de finition : Trendline, Comfortline et Highline, auxquels s’ajoutent trois packs : R-Line, Black et Style.

L’équipement est, pour la plupart, issus de la Golf, comme les phares entièrement à DEL, les feux de jour à DEL, les feux arrière à DEL, une climatisation avec capteur de qualité de l’air et filtre anti-allergènes, le chargement par induction pour smartphones et un grand toit ouvrant panoramique : tout cela reste assez inédits sur la Polo.

Remarquons que chez VW, les feux de jour à DEL n’ont pas de signature uniforme et diffèrent suivant les modèles et même selon les finitions au sein d’un même modèle.

Dès le niveau de finition Comfortline, le système d’infodivertissement est équipé de série d’un écran de 6,5 ou 8″ en option. En outre, un châssis à amortisseurs réglables est également disponible en option.

Une sécurité accrue

Les systèmes d’aide à la conduite sont à présent courants sur ce segment. Évidemment, la Polo n’y coupe pas avec son freinage d’urgence en ville, sa reconnaissance des piétons (Front Assist), son capteur d’angle mort, son régulateur de vitesse intelligent ACC (avec boîte DSG), son assistant aux manœuvres de stationnement (Park Assist), etc…

Ces différents systèmes sont proposés en série ou en option suivant les finitions.

A l’heure actuelle, la nouvelle Polo n’a pas encore passé les tests EuroNCAP. En revanche, sa sœur, la Seat Ibiza, montée sur la même plateforme MQB A0 et apparue un peu avant, y a déjà récolté cinq étoiles, ce qui permet -sans trop se mouiller – d’avancer que la Polo décrochera la même note maximale.

Sur route

Pour cet essai, la rédaction a opté pour le plus petit moteur à essence, à savoir un trois cylindres atmosphérique d’un litre de cylindrée développant 75 ch à 6200 rpm avec boîte manuelle à cinq rapports que l’on retrouve dans la VW Up ! Ce moteur dispose d’un couple maximum de 95 Nm à 3000 rpm.

Pour avoir fait l’essai de l’Ibiza récemment, force est de reconnaître que la tenue de route de la Polo est de la même veine : direction légère, boîte de vitesses ferme quoique agréable à manier, suspension ferme mais bien adaptée et moteur volontaire malgré ses 75 ch.

Évidemment, placé dans une caisse plus lourde que la Up !, ce dernier s’essouffle plus vite sur les grands axes et se montre bruyant en montée en régime, les rapports de la boîte sont assez longs, ce qui nécessite de fréquents rétrogradages si l’on veut garder la moyenne sur une route au relief accidenté. Heureusement ; le levier de la boîte est agréable à utiliser.

Mais pour notre plat pays, il pourra déjà suffire à bien des citadins, surtout que celui-ci sait rester sobre : au terme d’un essai varié de plus de 600 km, suivant l’ordinateur de bord il restait encore un peu moins de 200 km avant la panne sèche, ce qui donne une autonomie de près de 800 km ce qui correspond à une consommation moyenne de 5,5 l / 100 km.
Pour des trajets exclusivement urbains, il faudra y ajouter un litre, ce qui reste encore très raisonnable. Le réservoir a une contenance de 45 l.

 

Conclusions

Avec son habilité record, la nouvelle Polo surclasse ses concurrents (excepté, évidemment sa sœur l’Ibiza montée sur la même plateforme). Déjà équipée de son plus petit moteur, elle dévoile un comportement sans surprise qui plaira à la plupart des habitants des villes.

Certes, c’est la version développant 95 ch. qui fera le plus gros des ventes, mais pour un véhicule exclusivement urbain ou même suburbain, la version essayée suffit amplement.

Reste son prix : notre exemplaire en finition « Confortline » est proposé à partir de 17.000 EUR. Mais ses options ont fait monter la facture à près de 21.000 EUR !

Ce n’est pas rien, d’autant plus que sa jumelle, l’Ibiza, à équipement pratiquement égal, fait près de 3000 EUR en moins !

Benoît Piette

 

Laissez un commentaire

1 × 5 =