La Passat Variant GTE, hybride au long cours

Classé dans : Essais - Volkswagen (D) | 0

Après l’essai de la Passat, il nous a semblé tout naturel de réaliser un essai de sa version GTE, hybride et plug in.

Le créneau des grands breaks hybrides rechargeables compte encore très peu de prétendants : on y retrouve entre autre le Kia Optima Sportswagon PHEV, le Peugeot 508 1.6 Hybrid 225 e-EAT8, le Volvo V60 T6 PHEV 4×4 Geartronic mais beaucoup plus puissant...

Vu la proximité de l’essai de la Passat à moteur thermique, il est inutile de revenir sur les caractéristiques et les dimensions de cette voiture qui existe depuis 1973 et qui a été produite en plus de trente millions d’exemplaires !

Retenons simplement que par rapport aux versions à moteurs thermiques, la GTE se pare comme la Golf GTE du discret logo GTE en ses quatre coins et de feux de jour en forme de C.
De plus, son réservoir voit sa capacité réduite à 50 litres et son poids approche 1,7 T au lieu de 1,5 T. Son coffre offre une capacité de 483 dm³.

Pour le reste c’est pareil au même !

Cet article portera donc exclusivement sur sa chaîne cinématique ainsi que sur les modifications apportées depuis son lancement en 2015.

Une technologie améliorée

A présent, la Passat GTE voit sa capacité énergétique de la batterie augmentée de 31 % pour atteindre 13 kWh au lieu de 9,9 kWh. Cette augmentation de capacité autorise une autonomie de 56 km selon le cycle WLTP qui est plus proche de la réalité que le cycle NEDC qui prétend 70 km

Sous le capot, on retrouve un moteur essence turbo à injection directe de 1395 cm³ TSI modifié délivrant ici une puissance de 156 ch entre 5000 et 6000 rpm et un couple maximum de 250 Nm entre 1500 et 3500 rpm. Il est accouplé à un moteur électrique de 115 ch (85 kW).

Grâce à cette plus grande autonomie en EV, la nouvelle Passat GTE est devenue donc une voiture plus polyvalente. Mais chaque médaille a son revers : sa nouvelle batterie exigera plus de temps pour sa recharge complète.

A domicile, il faudra 5h30 au lieu de 4h15 et sur une borne AC de 3,6 kW, la recharge complète exigera 4h30 au lieu de 2h30.

Comme pour la Golf GTE, regrettons que la recharge ne s’effectue qu’en courant alternatif (AC – soit une charge qui ne dépasse pas les 43 kW) donc pas de prises CHAdeMO, et encore moins de prises CCS (Combined Charging System) à l’horizon !

Au lieu des cinq modes de fonctionnement proposés avec sa devancière, la nouvelle Passat GTE n’en propose plus que trois : le E-Mode (conduite EV), le mode GTE (conduite sportive avec une puissance maximale de 218 ch/160 kW et un couple de 400 Nm et jusqu’à 222 km/h) et le mode Hybrid (changement automatique entre le moteur électrique de 115 ch/85 kW et le moteur TSI de 156 ch/115 kW)

Donc exit les positions maintien de la charge et recharge, celle-ci s’effectue à présent de manière plus ludique en déterminant le nombre de barrettes à maintenir sur le schéma d’une batterie graduée jusqu’à 10 apparaissant sur l’écran central.

La rédaction a constaté que la recharge par le moteur thermique multiplie la consommation par deux : pas très écologique !

Notons aussi que le levier de vitesse propose toujours une position B qui optimise la recharge et permet de rouler pratiquement sans utiliser la pédale de frein.

Sur route

Par rapport à l’ancienne mouture, peu de changements en vérité. Même en arborant le badge GTE, la Passat reste typée confort.
Evidemment, en mode GTE, sa cavalerie fournira plus de sensations, mais ses accélérations resteront plus linéaires que dans les versions sportives thermiques.
En outre, l’aspect « Eco » s’envolera !

En mode hybride sur route ouverte, nous avons renouvelé les consommations relevées en automne 2016, à savoir moins de 5 litres aux cent.

Quant à son autonomie en mode électrique, sachant que nous sommes en hiver, nous avons frisé les 50 km réels.

Conclusions

Le confort général, le silence de fonctionnement et la facilité de conduite restent ses principaux atouts.

Grâce à sa batterie de plus forte capacité, les déplacements en ville en mode EV seront moins exposés à une « panne sèche ».

Proposé à partir de 49.900 EUR, notre exemplaire bardé de quelques packs était proposé à 58.320 EUR

Benoît Piette

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 + 1 =