ESSAI : Le VW Sharan 2011, un condensé de technologies

Classé dans : Essais - Volkswagen (D) | 0

Depuis que le duo Renault-Matra a conçu le monovolume européen,   l’engouement pour cette nouvelle configuration automobile ne s’est pas essoufflé.

Pourtant, on ne peut pas dire que ce genre de véhicule soit pratique en ville… D’autant plus que le style et la « praticité » sont quelques fois difficilement conciliables avec la conduite urbaine.


VW Sharan 2011

Qu’à cela ne tienne : grâce à l’électronique, les constructeurs font à présent d’énormes efforts pour rendre la conduite aussi simple que possible.


Un nouveau style plus en coin

 

Avec un Cx frisant le 0,30 ce monospace augmente son aérodynamisme… et sa longueur de plus de 22 cm par rapport à la version précédente qui datait du début des années 2000.

VW Sharan 2011

Dessiné par Walter de Silva et Klaus Bischoff dans un style nouveau aux lignes plus fonctionnelles, le Sharan propose à présent à l’arrière deux portes coulissantes pouvant recevoir en option une commande électrique.

La face avant fait appel à une nouvelle technologie avec phares Bi-Xénon incluant un éclairage diurne et des feux de position à base de DEL. En outre, afin d’améliorer encore l’éclairage de la chaussée et du bord de route cet équipement peut disposer du « Dynamic Light Assist« , les feux de route restant activés en permanence mais avec une adaptation continuelle de leur faisceau.

VW Sharan 2011

A l’arrière, le hayon peut se commander avec ouverture/fermeture électrique en option.

Cette commande se réalise soit depuis la touche logée dans la poignée du hayon, soit depuis la console centrale ou encore par la télécommande.

Afin de pallier à toutes éventualités, le hayon électrique, comme les portes coulissantes électriques, sont pourvus d’un dispositif anti-pincement.

VW Sharan 2011

Ces portières dégagent suffisamment d’espace sur l’arrière afin d’accéder à la troisième rangée de sièges.

VW Sharan 2011

L’espace à bord est énorme et permet de réaliser de longs trajets en famille sans la moindre appréhension grâce à une climatisation à trois voies « Climatronic« .

La température peut être modulée à souhait par la présence d’ouïes de ventilation pour les deuxième et troisième rangées de sièges. Ce système mesure également l’humidité de l’air afin que le Sharan ne se transforme pas en aquarium avec l’apparition de buée sur ses vitres.

VW Sharan 2011

Grâce au nouveau concept appelé « EasyFold », il n’est plus nécessaire d’enlever les sièges de la deuxième rangée pour pouvoir utiliser tout l’espace intérieur : ceux-ci se rabattent complètement dans le plancher, libérant ainsi un volume de près de 2430 dm³.

VW Sharan 2011

 

VW Sharan 2011

VW Sharan 2011

Notre exemplaire bénéficiait d’un pack BlueMotion Technology consistant en un système « Stop-Start« , la récupération d’énergie et des pneumatiques à faible résistance au roulement.

VW Sharan 2011



Y-a-t-il encore un conducteur à bord ?

 

Début janvier 2011, nous avons essayé son cousin hispanique, le Seat Alhambra TDi 136 ch. à boîte manuelle à six vitesses et ce, sous la neige.

A présent – sous la pluie – nous ne pouvons que confirmer l’excellent confort et tenue de route de son cousin, le VW Sharan de puissance équivalente.

À l’inverse de l’Alhambra, son « cousin germain » avait troqué la boîte manuelle pour l’excellente boîte DSG à six rapports.

Notons que les moteurs TDI du Sharan sont équipés d’un catalyseur SCR qui, en combinaison avec l’additif AdBlue®1, transforme en azote et en eau les oxydes d’azote présents dans les gaz d’échappement.

 

1

L’additif AdBlue®, une solution aqueuse d’urée élaborée synthétiquement, est stockée dans un réservoir supplémentaire de 17 l qui prend place au niveau du passage de roue arrière gauche.

La capacité du réservoir couvre une utilisation de 15000 km



Notre exemplaire possédait le « Park Assist » de nouvelle génération et une caméra de recul « Rear Assist« . Ainsi bardé, il était nettement mieux équipé pour affronter la circulation urbaine. Nous nous sommes donc penchés tout spécialement sur cette technologie de haut vol.

Contrairement à la première génération, qui prenait uniquement en charge le stationnement parallèle à la chaussée, le nouveau « Park Assist » est maintenant capable de garer le véhicule perpendiculairement à la chaussée.

 

VW Sharan 2011

Hélas, pour des raisons de planning, nous n’avons pas pu expérimenter cette nouvelle possibilité avec le Sharan.

Nous nous sommes donc bornés au stationnement en créneau, ce qui n’enlève rien à la prouesse technique.

VW Sharan 2011

Ce système s’active par une touche située sur la console centrale.

Il suffit d’actionner le clignoteur vers le côté où on souhaite se garer et de longer gentiment la file de voitures stationnées pour que, grâce à ses douze capteurs, le système déniche un emplacement.

VW Sharan 2011

A noter que la longueur totale de celui-ci doit être supérieure de 80 cm à la longueur du Sharan (4,85 m).

Une fois l’emplacement repéré, il suffit de stopper le véhicule et d’enclencher la marche arrière pour entamer les manœuvres de stationnement automatique…

VW Sharan 2011

C’est magique : la tâche du conducteur ne se limite qu’à appuyer sur la pédale de frein ou d’accélérateur en consultant les indications sur l’écran multifonctions et surtout ne plus manipuler le volant.

Attention, ce dernier peut tourner très brusquement et il est sage de ne pas accompagner son mouvement. Pendant les manœuvres de stationnement, le conducteur est également secondé par un signal sonore dont la fréquence augmente à l’approche d’un obstacle.

Pour des raisons évidentes de sécurité, le système n’est opérationnel que sous les 10 km/h et, si malgré tout, le conducteur s’obstine à approcher cette vitesse, le système fait intervenir brièvement les freins pour réduire la vitesse… histoire de prévenir le conducteur sur la nécessité de ralentir !

 



Qu’en dire ?

 

Pour autant que les bordures de trottoirs existent ou soient suffisamment saillantes, l’expérience est vraiment bluffante, et le Sharan se gare avec classe et en un minimum de manœuvres.

VW Sharan 2011

Avec cette nouvelle mouture, les stationnements en courbe (cf. ©) peuvent également se réaliser sans que le système ne perde vraiment les pédales.

Il est vrai qu’en ville, avec ce porte-avions, ce n’est peut-être pas une sotte idée de choisir cette option qui vous coûtera quand même près de 1200 EUR… D’aucuns diront que c’est peut-être meilleur marché que de passer chez le carrossier.

Pour le reste, nous vous nous vous reportons à l’essai du Seat Alhambra publié sur ce site au début de cette année : en effet, nous avons retrouvé à l’identique le comportement de  son cousin espagnol à savoir, un châssis rigoureux et un dynamisme inusité sur ce genre de MPV.

En outre, la place est suffisante pour voyager en famille avec armes et bagages.

 

Dimensions

 

VW Sharan 2011

VW Sharan 2011

VW Sharan 2011

Données techniques : fichier Acrobat à télécharger

En ce qui concerne la consommation sur les trajets réalisés (environ 400 km) , elle avoisine les 6,5 l aux cent kilomètres ce qui est remarquable eu égard au poids du véhicule.

Aussi, avec un réservoir d’une contenance de 70 l, le Sharan dispose d’une autonomie dépassant le millier de kilomètres.

VW Sharan 2011

En guise de conclusion, il faut avouer que cette troisième génération correspond encore mieux à ce qu’attendent les familles pour ce genre de véhicule.

Cerise sur le gâteau : avec la boîte DSG à six rapports, le « Park Assist » et la caméra arrière, le capitaine de ce paquebot ne devra plus faire appel à une équipe de lamaneurs pour l’assister pendant ses manœuvres…