ESSAI : Le VW Caddy, de l’espace à revendre.

Classé dans : Essais - Volkswagen (D) | 0

Face à l’engouement belge pour les ludospaces de marque française, à savoir les jumeaux Citroën Berlingo et Peugeot Partner Tepee et le Renault Kangoo, il faut reconnaître que le VW Caddy fait plutôt de la figuration mais pas au point de l’Opel Combi et du Ford Tourneo Connect (si si, ça existe !)

VW Caddy Maxi 1.6 TDI 102ch. DSG7 Confortline


Pourtant, dans la gamme VW, ce n’est pas un petit nouveau : il y a plus de trente an, le constructeur de Wolfsburg baptisait « Caddy » le pick-up dérivé de la Golf I… franchement, cela ne nous rajeunit pas !


Deux plate-formes.

 

Si ses origines utilitaires ne font aucun doute, Wolfsburg a offert à sa quatrième génération une face avant qui lui donne une certaine parenté avec les monovolumes de la marque. En effet, celle-ci ressemble très fort à celle que l’on retrouve sur le nouvel Amarok. L’intérieur a également évolué : maintenant, la deuxième rangée de sièges peut être enlevée mais celle-ci ne dispose toujours pas de sièges individuels et sa dépose nécessitera l’aide de votre voisin…

VW Caddy Maxi 1.6 TDI 102ch. DSG7 Confortline

Calculateur, il retiendra certainement la capacité de votre Caddy : plus de 3m³ dans la version courte et presque 4m³ dans la version allongée appelée Caddy Maxi . Retenons aussi que ces valeurs sont plus importantes que celles que propose la concurrence.

VW Caddy Maxi 1.6 TDI 102ch. DSG7 Confortline

Une troisième banquette peut être montée en option (de série sur les Caddy Maxi Trendline et Comfortline) et permet de voyager ainsi à sept personnes tout en disposant encore d’un volume de chargement plus que correct.

VW Caddy Maxi 1.6 TDI 102ch. DSG7 Confortline

Notons que les places arrières sont accessibles moyennant le rabattage de la deuxième banquette (1/3 – 2/3). Son l’accès ne pose aucun problème grâce aux portières arrière largement coulissantes. Toutefois, elles nécessitent un peu de force pour se verrouiller.

Soulignons aussi que cet espace, généralement réservé aux enfants, peut accueillir ici deux adultes.

VW Caddy Maxi 1.6 TDI 102ch. DSG7 Confortline

Les vitres arrières n’ont pas d’ouverture mais peuvent recevoir une petite vitre coulissante en option qui vous sera facturée environ 300 EUR par portière…

VW Caddy Maxi 1.6 TDI 102ch. DSG7 Confortline

Le rétroviseur extérieur de droite est plus grand que celui du conducteur. Hélas ceux-ci ne sont pas rabattables électriquement ce qui, au vu de la largeur du véhicule (1,8 m), aurait été bien utile lors de déplacement en solitaire dans des ruelles étroites.
Quant au rétroviseur intérieur il est électrochrome.

VW Caddy Maxi 1.6 TDI 102ch. DSG7 Confortline

En ce qui concerne les dimensions, sachez que le Caddy Maxi mesure 4,88 m de long, soit presque 50 cm de plus que la version cinq places. Comme sa hauteur approche le 1,9 m, votre serviteur a dû le garer devant sa maison car la hauteur du garage était insuffisante.

Ajoutez à ses dimensions, un énorme hayon qui exige beaucoup de place à l’arrière pour s’ouvrir !

VW Caddy Maxi 1.6 TDI 102ch. DSG7 Confortline

Le Caddy Maxi correspond à 1/3 des ventes en Belgique.



Un confort réel

 

Bien assis sur des sièges au maintien latéral très correct et isolé du bruit de la chaussée et du moteur, les déplacements en Caddy s’exécutent dans la plus grande quiétude.

La direction est étonnamment légère et manque peut-être d’un peu de consistance. En outre, elle n’a pas ce toucher que les autres produits estampillés VW ont l’habitude d’offrir. Le volant ne peut se régler qu’en hauteur.
Pour les longs trajets sur autoroute, l’accoudoir central peut se déployer sur l’avant.

VW Caddy Maxi 1.6 TDI 102ch. DSG7 Confortline

Au vu de sa surface frontale et de son poids respectable (1,7 T), les 102 ch. du petit TDI 1600 cm3 sont souvent mis à l’épreuve mais c’est toujours en douceur que les relances s’exécutent et ce, grâce à une parfaite complicité entre le moteur et l’excellente boîte DSG7 à sept rapports.

Si vous désirez des reprises plus énergiques, celle-ci possède une position « S »: le moteur montera plus dans les tours avant de changer de rapport, mais cette montée subite d’adrénaline se fera au détriment du volume sonore. Honnêtement, le résultat escompté n’est pas à la mesure des espoirs que la lettre « S » pour « sport » laisserait supposer.

En outre, les prises de roulis que le Caddy prendra en conduite dite sportive émousseront vos envies d’attaquer à la barbare… d’autant plus que les passagers vous le feront vite remarquer avec plus ou moins de véhémence…

VW Caddy Maxi 1.6 TDI 102ch. DSG7 Confortline

Quant à la consommation de l’essai d’environ 900 km, disons tout de go qu’elle a été raisonnable (6,5 l/100 km). Elle pourrait même approcher le millier de kilomètre en conduite « pépère » (le réservoir a une capacité de/- 60 l)

Contrairement au Touran ou au Sharan, le tableau de bord n’est pas revêtu de plastic moussé si cher à certains confrères d’outre-Qiévrain. Mais cette omission ne cautionne en aucun cas la finition qui reste de haut niveau.

Notre version bénéficiait d’un GPS performant. Dommage toutefois, que son écran soit placé si bas obligeant ainsi le conducteur à détourner les yeux de la route pour le consulter. Notons cependant que les infos essentielles de navigation sont reprises sur un petit écran situé entre le compte-tours et le tachymètre juste devant les yeux…

VW Caddy Maxi 1.6 TDI 102ch. DSG7 Confortline

Quant à la visibilité périphérique, regrettons qu’elle soit assez quelconque, mais il ne faut pas perdre de vue que la conception d’un Ludospace dérive d’un « frère jumeau en col bleu« . Il en ressort une structure surtout tournée vers l’utilitaire, ce qui n’est pas toujours synonyme de visibilité périphérique irréprochable…

A noter que notre exemplaire était doté d’un radar de recul qui s’est avéré bien précieux lors des manœuvres dans des créneaux « étroits ». Petit raffinement : le son du média s’atténue automatiquement quand la marche arrière est enclenchée.

VW Caddy Maxi 1.6 TDI 102ch. DSG7 Confortline

A l’instar de la concurrence, le Caddy dispose d’une capucine à l’avant et de filet de rangement latéraux situés à l’arrière. D’autres rangements, comme les sempiternels porte-gobelets sont naturellement prévus pour tous les passagers…

VW Caddy Maxi 1.6 TDI 102ch. DSG7 Confortline

Les tests Euro-NCAP datent de 2007, à l’époque, le Caddy s’est vu gratifier de quatre étoiles. Les objections de l’organisation concernaient des risques de compressions de la cage thoracique du conducteur ainsi qu’un risque de blessures aux genoux et fémurs causés par le tableau de bord.

N’oublions pas que ces tests datent de quatre ans et que le constructeur a certainement répondu positivement à ces remarques.

 

Données techniques

 

VW Caddy Maxi 1.6 TDI 102ch. DSG7 Confortline

Fichier à télécharger



En bref

 

Par rapport à la concurrence française qui caracole en tête des ventes, le Caddy n’a certainement pas à en rougir : son volume dépasse de loin celui de ses voisins outre-Rhin.

VW Caddy Maxi 1.6 TDI 102ch. DSG7 Confortline

Les moteurs VW sont reconnus pour leur sobriété et la boîte DSG7 qui équipait notre véhicule d’essai s’avérait particulièrement plaisante.

Reste le prix : notre exemplaire était facturé à presque 26.500 EUR avec pour option la peinture métallisée, la vitre coulissante dans la porte arrière, le radar de parking, la radio/GPS et l’airco automatique.

Ce qui n’est pas donné…