ESSAI : la VW Eos : on se découvre !

Classé dans : Essais - Volkswagen (D) | 0

La VW EOS, le coupé-cabriolet de VW vient de subir un petit face-lift.

Pourquoi ne pas en faire un petit galop d’essai pendant cette période appelée « estivale » ?

VW Eos 2.0 TDI 140 ch. DSG6 BMT 2011


Une ligne bien sage

 

Par rapport au dessin de la précédente génération, le trait s’affine et les caractéristiques des VW actuelles sont reprises : nous retrouvons donc une calandre à trois lamelles qui s’étire entre de nouveaux optiques à l’allure plus agressive.

VW Eos 2.0 TDI 140 ch. DSG6 BMT 2011

À l’arrière, de nouveaux feux à DEL ont pris place à la fois sur les ailes et sur le couvercle de malle. De même, le pare-chocs a été redessiné et intègre à présent un diffuseur.

VW Eos 2.0 TDI 140 ch. DSG6 BMT 2011

A l’intérieur, au gré des nombreuses options, quelques nouveautés ont pris place comme l’ordinateur de bord «Premium», le système de gestion automatique de la portée des phares «Light Assist»1 et le «Park Assist» de la deuxième génération essayé récemment. En outre, notre exemplaire voyait son 2.0 TDI 140ch. secondé par une boîte DSG à six rapports.

 

1 Ce système, disponible en option, gère automatiquement la commutation entre les feux de croisement et les longue-portée en fonction de la situation de roulage

 

A présent, l’Eos peut démarrer sans tourner la clef dans le barillet grâce au système «Keyless Access». L’intérieur reste sobre, ce qui peut surprendre sur un véhicule plutôt destiné aux loisirs.

Comme tout cabriolet qui se respecte, l’option cuir « Cool Leather » des sièges permet de tempérer agréablement l’assise, qu’il fasse chaud ou froid.

 

A son bord

 

La position est confortable et le volant (réglable) tombe très bien en main.
Deux adultes peuvent prendre place à l’arrière sans problème. On découvre entre leurs deux dossiers, une trappe permettant d’accéder au coffre depuis l’habitacle. Celle-ci peut être condamnée par une clé.

VW Eos 2.0 TDI 140 ch. DSG6 BMT 2011

Notre exemplaire possédait un toit en verre. Cette option est à conseiller pour la Belgique : vu nos conditions météorologiques, le verre fera pénétrer suffisamment de clarté pour faire illusion…

Suite aux nombreuses averses de cet été, le système de décapotage n’a pu être déployé qu’une seule fois, il s’est avéré rapide (moins de 30 secondes) et peu bruyant. Il est heureusement muni d’un système empêchant sa manœuvre si un obstacle a été détecté à l’arrière du véhicule.

VW Eos 2.0 TDI 140 ch. DSG6 BMT 2011

En roulant décapoté sur l’autoroute, l’Eos reste suffisamment silencieux : votre passagère ne devra donc pas élever la voix pour se faire entendre.

Notre Eos disposait aussi d’un toit ouvrant – également en verre – qui, soit pivote, soit glisse vers l’arrière. Ce dernier n’est malheureusement pas équipé d’un déflecteur.

C’est dommage car ouvert, ce toit est plus bruyant que si l’Eos avait été décapoté !

À 70 km/h, les remous d’air sont tellement assourdissants qu’il ne vous reste plus qu’à opter pour deux solutions assez contradictoires : soit refermer le toit, soit carrément décapoter !

VW Eos 2.0 TDI 140 ch. DSG6 BMT 2011

Quant à la malle arrière, certes elle est moins massive que ses concurrentes françaises, mais elle pèche par ses faibles capacités (205 dm³ décapoté ou 385 dm³ capoté).

 

Euro NCAP Pole Test

Au niveau sécurité, l’Eos a été gratifié en 2007 de quatre étoiles par le Euro-NCAP.

A l’époque, cet organisme avait constaté que lors du «pole test», la porte du conducteur s’était déverrouillée et la partie avant du toit amovible s’était détachée du montant  du pare-brise du côté du passager.

Il est sûr qu’en quatre ans, le constructeur y a remédié.

VW Eos 2.0 TDI 140 ch. DSG6 BMT 2011

La tenue de route n’a peut-être pas la finesse d’une Golf, mais elle reste très homogène et suffisamment incisive. Pour une décapotable, la rigidité du châssis nous semble inattendue.

Son moteur, coupleux à souhait, (320 Nm de 1750 à 2500 rpm) permet une conduite décontractée propre au cabriolet. Les cliquetis caractéristiques du moteur à huile lourde sont ici totalement contenus voire inexistants.

Quant à sa consommation, sur routes ouvertes, elle s’est maintenue sous les 6 litres aux 100 km, ce qui reste très convenable pour 140 chevaux.





Caractéristiques techniques :



Cylindrée : 1968 cm3 –  4 cylindres – 16 soupapes – injection directe – turbo

Puissance : 140ch à 4000 rpm

Couple : 320 Nm à 1750 rpm

Transmission :automatique DSG 6 rapports

Longueur : 4410 mm

Largeur : 1790 mm

Hauteur : 1440 mm

Poids à vide : 1606 kg

Réservoir : 55 l

Volume coffre : 205/380 l

Pneumatique : 215/55 R 16

Vitesse maximum : 203 km/h

Accélération 0/100km/h : 10,3 s

Consommation urbaine : 7,6 l/_100 km

Consommation mixte : 5,9 l/_100 km

Consommation extra-urbaine : 4,9 l/_100 km

Émissions CO2 : 159 g/km E

Reste le prix : à près de 34.000 EUR, notre Eos reste chère, mais est-ce là le gage de sa qualité ?