La Toyota Corolla Hybrid 2.0 180 ch, encore seule dans sa catégorie

Classé dans : Essais - Toyota (Japon) | 0

Après avoir éteint l’Auris, Toyota nous revient avec la Corolla de douzième génération. Cette dernière élargit encore le choix hybride qui constitue 96 % des demandes en proposant une évolution du 1,8 litre de 122 ch et un 2,0 litres inédit développant pas moins de 180 ch.

Trois lignes modernes

Reposant sur la nouvelle plateforme GA-C TNGA, la Corolla est proposée en trois versions de carrosserie : une cinq portes ou hatchback, un break appelé Touring Sports, et une berline quatre portes tricorps qui viendra prochainement compléter la gamme. Cette dernière possède son propre style qui diffère sensiblement des deux autres modèles.

Notre véhicule d’essai reprend la version Hatchback qui est choisie actuellement par deux acheteurs sur cinq. Elle est 4 cm plus grande (4,37 m) que l’Auris.

Sa carrosserie fait appel à l’aluminium, l’acier à haute limite d’élasticité ainsi que des matériaux emboutis à chaud afin de la rendre à la fois plus légère et d’environ 60 % plus rigide.

Toujours par rapport à l’Auris, l’esthétique de la nouvelle Corolla 5 portes gagne en dynamisme grâce à une face avant qui suit les thèmes actuels de Toyota comme Toyota Under Priority et Keen Look. Ainsi, le trapèze de la calandre inférieure est censé évoquer la proue d’un catamaran. Celle-ci est surmontée d’une fine lèvre intégrant de nouveaux projecteurs à DEL avec feux de jour.

La Corolla propose une palette de onze couleurs extérieures et des quatre combinaisons bicolores. Ces dernières marient la teinte de carrosserie à une finition noire métallisée pour le pavillon, les montants avant/arrière et les coques de rétroviseur : notre exemplaire de “Rouge Intense” profitait de ce traitement particulier.

Sa poupe, de forme plus arrondie intègre un hayon en résine avec un becquet. Une antenne en forme d’aileron de requin est placée à l’arrière du toit. Les feux arrière de forme très élaborée sont à DEL et recouvrent les ailes pour se terminer en pointe sur le hayon.

Sur notre version 2,0 litres hybride, le bouclier arrière était doté de deux inserts chromés.

Le coffre de la version 2.0 hybrid a fait malheureusement les frais de cette nouveauté : par manque de place, la batterie a émigré dans le coffre, réduisant ainsi sa capacité de 361 à 313 dm³, ce qui est vraiment peu.

Dossier arrière rabattu, la capacité atteint 1024 dm³.

Un nouvel intérieur plus moderne

Par une planche de bord moins massive, l’intérieur paraît plus spacieux que précédemment. Elle favorise la visibilité tout en abaissant les sièges ce qui donne aussi un centre de gravité plus bas. Toyota insiste sur la modification du dossier et des ressorts d’assise des sièges avant pour en améliorer la posture au volant.

Les versions haut de gamme reçoivent un nouveau de type de “siège sport” dont les renforts latéraux améliorent le maintien mais leur assise est courte et n’est pas extensible.

À l’arrière, la place est prévue pour deux adultes de taille moyenne. Cependant, le choix de sièges avant “sport” ne leur aménagera pas beaucoup de place aux genoux. Il faut aussi signaler que l’empattement de la Hatchback est de 2,64 m au lieu de 2,70 pour les autres versions.

La console centrale a été élargie et rehaussée afin de provoquer un effet “cocon” si cher à Peugeot dans ses modèles actuels. Entre les sièges chauffants, l’accoudoir central peut être avancé pour une meilleure position de conduite pour les longs trajets. Le volant est doté d’une jante chauffante et les commandes et les palettes l’entourant sont disposées ergonomiquement.

Une instrumentation et des commandes nouvelles complètent le tableau de bord qui est devenu un écran digital de 7” et qui permet d’afficher le compteur de vitesse en mode analogique ou numérique.

En complément, la Corolla est équipée d’un affichage tête haute de 10” et d’un nouvel écran multimédia central de 8” “flottant”.

Sur la console centrale, près du levier de vitesse de type automatique (adieu le joystick à la Prius), on retrouve les commutateurs du mode de conduite, le frein de parking électrique avec fonction “Hold” ainsi qu’une base de recharge par induction pour smartphone.

À l’instar du RAV4, la Corolla dispose des dernières versions du système de sécurité pré-collision, du régulateur de vitesse adaptatif, de l’alerte de franchissement de ligne, de la lecture des panneaux de signalisation, de la gestion automatique des feux de route et du moniteur d’angle mort avec un avertisseur de circulation arrière.

En outre, différents systèmes connectés font partie de l’équipement des Corolla : en plus de l’appel d’urgence e-Call, la Corolla est pourvue de fonctions comme le guidage en mode piéton jusqu’à destination, l’envoi d’itinéraires, la localisation de l’endroit où la voiture est garée, les statistiques du trajet et le rappel de la prochaine échéance d’entretien. La nouvelle Corolla vient juste d’être testée l’EuroNCAP : sans suspense elle obtient comme la nouvelle RAV4 la notation maximale de 5 étoiles.

Sur route

Environ 96 % du choix de la nouvelle Corolla se porte sur l’hybride. Ou plus exactement sur les hybrides ! Car en plus de la bien connue version avec moteur thermique de 1,8[1], apparaît à présent une version hybride inédite avec un quatre cylindres de 2.0 l. Celle-ci est dédiée aux conducteurs qui veulent plus de puissance et une conduite plus dynamique. Ces derniers sont environ 20 % !

[1] Version légèrement modifiée de celle l’on retrouve dans la Prius et le C-HR.

Ce nouveau système hybride dispose d’un quatre cylindres de 1987 cm3 avec un taux de compression élevé de 14:1 développant 153 ch en cycle Atkinson et un moteur électrique synchrone à aimant permanent de 107 ch (80 kW) à 650 V.

Ce dernier affiche un couple maximal de 202 Nm et contrairement à la version 1.8 qui utilise une batterie Lithium-Ion (Li-Ion), ce moteur est toujours alimenté par une batterie nickel-hydrure métallique (NiMH).

Cette chaîne cinématique développe une puissance combinée de 180 ch (132 kW). Comme pour l’hybride avec moteur 1.8, cette nouvelle chaîne cinématique a comme vitesse maximum 180 km/h.

En revanche, avec ses 7,9 sec/100 km, son accélération gagne 3 secondes pleines !
En plus du mode Sport et contrairement à sa version moins puissante, son dynamisme peut être sublimé une boîte séquentielle Shiftmatic à six vitesses et palettes au volant.

Et cela se ressent : même en mode Eco, l’accélération est nettement plus énergique sans pour autant faire mouliner le moteur comme une machine à café !

Disposant d’un couple plus important, Toyota indique que l’apport du moteur thermique dans les accélérations est moindre et, par conséquent, sa consommation.

Mais cette théorie n’a pu être totalement vérifiée lors de notre essai. Il est vrai qu’il s’est surtout déroulé sur des nationales, ce qui n’est pas la tasse de thé de véhicules hybrides.

En revanche, en ville, ce nouvel hybride semble faire moins appel au thermique, ce qui est naturellement tout bénéfice pour la qualité de l’air.

Au terme de notre essai, nous avons relevé 5,4 l/100 km ce qui est peut-être peu mais beaucoup par rapport au RAV4 qui nous avait bluffés avec ses 5,5 l/100 km.

Mais un point sur lequel la Corolla lui est nettement supérieure, c’est sa tenue de route beaucoup plus dynamique.

Par rapport à sa devancière, sa suspension arrière est à présent une double triangulation à la place d’un essieu de torsion.
Celle-ci n’est pas étrangère à sa conduite plus sportive qui permet de bien placer la voiture en virage. Bref, une conduite plus virile n’est vraiment pas pour lui déplaire.

Spécifications techniques

Dimensions (fichier pdf à télécharger)

Chaîne cinématique (fichier pdf à télécharger)

Conclusions

L’Auris est morte, (re)Vive la Corolla !

Certes sa devancière n’était pas une mauvaise voiture, et loin de là, mais avec sa nouvelle Corolla, Toyota s’affirme non seulement au niveau du style mais également au niveau de la tenue de route et de ses moteurs hybrides dont l’offre est à présent doublée grâce à la présence d’une version à 180 ch qui remet en question les préjugés sur l’indolence de l’hybridisme…

Évidemment la consommation en essence est plus importante et le volume du coffre perd des plumes.
Débutant à 25.530 EUR pour la 5 portes 1.8 Hybrid e-CVT, notre exemplaire, une 2.0 Hybride-CVT en finition Style est facturée à 32.640 EUR.

Benoît Piette

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 × 1 =