ESSAI : La Toyota Auris HSD, l’autre manière d’économiser du carburant

Classé dans : Essais - Toyota (Japon) | 0

Après la futuriste Prius, Toyota élargit sa gamme d’hybride en proposant un second véhicule avec les même gènes.


Toyota Auris HSD

Est-ce là le début d’une nouvelle motorisation pour toute la gamme des Toyota ou un essai isolé ?


La Prius a ses adeptes, ses inconditionnels pour qui posséder ce véhicule signifie le fin du fin en matière de mobilité. Quand on en devient propriétaire, c’est presque comme si on entrait en religion : « il y a la Prius et les autres« .
Mais cet anticonformisme vert très tendance se voit à présent doublé par une banale Auris qui, ô horreur, se permet de reprendre les dessous sophistiqués de la belle.

Toyota Auris HSD

Plus plébéienne, l’Auris permettra donc à Toyota de faire découvrir les vertus de l’hybridisme au plus grand nombre pour qui la Prius était un rêve inaccessible.

 

Une robe… d’Auris

 

Par rapport à la version essence ou diesel, l’Auris HSD ne se distincte que par quelques gimmicks aérodynamiques et des DEL sur le becquet avant.

Relativement discrète l’Auris se fond dans le paysage automobile : seuls quelques amateurs distingueront la HSD d’une banale Auris.

Toyota Auris HSD

Quoique axée sur les vertus de l’hybridisme, l’instrumentation spécifique à celle-ci est plus facilement assimilable que sa grande sœur.

En outre notre version bénéficiait d’un GPS dont l’écran sert également pour la caméra de recul.

Toyota Auris HSD

Evidemment, force est de reconnaître que la Prius fait beaucoup plus futuriste avec une pléthore de gadgets dont l’utilité est quelquefois difficile à justifier. Nous soutiendrons même que ceux-ci peuvent devenir une source de distraction pour le conducteur.

Toyota Auris HSD

Quant à l’habitabilité, avec un empattement inférieur de 10 cm, l’Auris offre moins de place que dans la Prius. Par contre, la visibilité par la lucarne arrière est nettement meilleure.

Toyota Auris HSD

Mais là encore, la Prius prend sa revanche avec un coffre de presque 450 dm³ alors que l’Auris HSD ne dispose qu’un peu plus de 300 dm³.

Toyota Auris HSD

 

Cette capacité réduite vient du fait qu’une partie du coffre est réservé aux batteries.

Toyota Auris HSD

 

Une conduite… d’Auris

 

Ici, l’Auris prend indubitablement sa revanche : sa tenue de route est très saine et beaucoup plus précise que le porte-étendard de l’hybridisme.

Toyota Auris HSD

De suspension plus « européenne » elle est moins sujette au roulis et très peu sensible au vent latéral.

En ville, l’Auris est aussi plus agréable à conduire car plus compacte et sa visibilité périphérique est meilleure. En outre son rayon de braquage est plus réduit, ce qui facilite grandement les manœuvres.

Toyota Auris HSD

Par rapport aux autres véhicules du même segment, l’Auris reste dans la moyenne mais en matière de dynamisme, elle ne rivalisera pas avec une Citroën C4 ou une VW Golf.

Toyota Auris HSD

Le freinage, associé à la récupération d’énergie nous semble plus énergique que dans la Prius en outre, il peut donner un bruit assez particulier qui fait songer au tramway…

Toyota Auris HSD

En ce qui concerne la propulsion, il faudra un temps d’adaptation : la transmission CVT implique un délai de réponse entre la pression sur l’accélérateur et l’accélération proprement dite.

Mais une fois la manœuvre bien assimilée, la conduite s’avère agréable et peu stressante et le silence qui règne dans l’habitacle participe grandement à la sérénité que ressentent tous les passagers.

Toyota Auris HSD

Pour le reste des sensations, il vous suffit de relire l’article paru dans ces colonnes.

 

Et sa consommation ?

 

Au niveau motorisation, les deux sœurs partagent donc les mêmes groupes propulseurs. Vu le l’aérodynamisme plus travaillé de la Prius, celle-ci consomme environ 0,5 litre de moins sur routes ouvertes.

Toyota Auris HSD

Mais cette relative sobriété perd toute sa pertinence en ville, endroit de prédilection par excellence des moteurs hybrides. Après un parcours moitié ville, moitié autoroute, l’Auris a consommé environ 5,7 l/100km.

En revanche, sur un parcours qualifié d’éco, sa consommation n’a pas dépassé les 4,4 l aux cent kilomètres ce qui est remarquable.

Toyota Auris HSD

Compte tenu de ce qui précède, il faut alors se poser la question : est-ce qu’une Prius a encore sa raison d’être, vu que sur autoroute, les consommations des hybrides n’offrent plus cet avantage décisif que l’on relève en ville.

Pour de pareils trajets, il est incontestable qu’en terme de consommation, l’offre proposée par un turbo diesel s’avère beaucoup plus intéressante.

Toyota Auris HSD

Reste enfin le prix : avec 4000 EUR de différence, l’Auris remporte haut la main ce derby Toyota !

 

Spécifications Techniques

 

Fichier Acrobat à télécharger

 

Hybrid Synergy Drive: une solution ?

 

Après les grincements de dents des ministres ayant l’écologie dans leurs attributions, il devient pertinent de se demander si l’offre « gasoil » tient toujours la route. Certes, tous les gros rouleurs ne vous diront pas le contraire, mais il nous semble approprié de se demander si cette offre est justifiable pour des citadins n’effectuant que la majorité de leur déplacement en zone urbaine ou suburbaine.

Toyota Auris HSD

La différence de prix entre le diesel et l’essence qui s’amenuise au fil des mois, la problématique des filtres à particules nécessitant un entretien rigoureux et le prix élevé des entretiens des moteurs diesel sont trois facteurs qui doivent aussi entrer en ligne de compte à l’heure du choix.

Il est regrettable que certains vendeurs automobiles omettent d’en parler et préfèrent fourguer à tour de bras des véhicules diesel en n’invoquant que leur sobriété légendaire et l’économie à la pompe.

Toyota Auris HSD

Non, le « tout diesel » n’est pas la panacée, en attendant un véhicule zéro-émission d’un prix abordable, l’hybride reste aussi une solution à envisager si l’on envisage un choix de mobilité responsable.

Toyota Auris HSD

Devant l’Europe mazoutée, Toyota a l’air de Don Quichotte avec ses hybrides à l’essence.
Mais, pour le peu que l’on se déplace en dehors du vieux continent, cela semble être la seule solution actuelle pour économiser ce précieux carburant fossile.

Aveuglés par nos vapeurs de gasoil, ne pourrions-nous pas porter un autre regard sur cette façon de concevoir l’économie de carburant ?

Toyota Auris HSD