ESSAI : Le Subaru XV, le chaînon manquant

Classé dans : Essais - Subaru (Japon) | 0

Non, chez Subaru, XV ne signifie pas quinze en chiffres romains : il s’agit simplement d’un acronyme !

Subaru XV 2.0 CVT 2012

Donc, le style Louis XV n’a rien à voir avec l’allure du nouveau petit crossover de la firme aux six étoiles…


Subaru XV 2.0 CVT 2012

 

 

XV comme « Urban Adventure »

 

Avec le XV, le Forester se découvre un petit frère au profil bien dynamique. Sans entrer de plain-pied dans le stylisme exacerbé des Hyundai ix35 et Kia Sportage, le XV se veut être la version crossover de la discrète Impreza XV.

Subaru Imprezia XV 2012

Malgré une taille raisonnable (4,45 m), il dévoile une ligne beaucoup plus élancée que le Forester. Tout en restant discrète, sa robe semble plus pure et plus élégante. Sa version diesel ne s’embarrasse plus de sa traditionnelle écope sur le capot avant, sa silhouette n’en devient que plus gracile.

Subaru XV 2.0 d 2012

Grâce à sa garde au sol élevée, il pourra s’aventurer en tout chemin sans appréhension.

A l’intérieur, le style est conforme à Subaru à savoir sobre et sans fioriture : ici on fait dans la fonc-tio-na-li-té ! Pour le charme latin, allez voir ailleurs !

Mais cette remarque n’est pas nécessairement déplaisante car l’ergonomie n’est pas oubliée : le volant ainsi que le levier de vitesses tombe parfaitement en main et ne nécessite que peu de réglages.

Dommage que l’accoudoir entre les sièges avant soit positionné si en retrait et ne puisse pas coulisser vers l’avant.

Subaru XV 2.0 d 2012

L’équipement se veut complet mais l’installation média/_GPS pourvu d’un écran tactile exigera de l’accoutumance car les menus sont touffus et difficiles à cerner.

Un second écran positionné en hauteur reprend de nombreuses informations relatives à la conduite : on y retrouve même des données sur les accélérations transversales…

Subaru XV 2.0 d 2012

L’espace dévolu aux cinq passagers s’avère vaste et l’impression d’espace est réelle grâce à un artifice de carrossier (avancée des montants A et glaces triangulaires placées devant les rétroviseurs), ce qui n’est pas le cas de la capacité du coffre qui se limite à 380 dm³ extensible à 1270 dm³, reconnaissons que sur ce point, la concurrence fait mieux.

Subaru XV 2.0 d 2012

Aux tests Euro-NCAP, le XV a récolté cinq étoiles, mais les contrôleurs lui reconnaissent une faiblesse au niveau du test du poteau latéral surtout à la hauteur de la poitrine des passagers avant.

En outre, ces tests ont révélé que la forme de tableau de bord pouvait provoquer des blessures aux genoux et fémurs de ses mêmes occupants.

 

Des moteurs bien particuliers

 

Qu’ils soient à essence ou au diesel, les moteurs Subaru reprennent une architecture que seul encore Porche défend : les moteurs à plat. Ceux-ci se distinguent par une absence de vibrations ainsi qu’un centre de gravité plus bas que les moteurs traditionnels. En revanche, leur conception s’avère apparemment plus « gourmande » en carburant.

Subaru XV 2.0 CVT 2012

Comme pour l’Impreza, trois motorisations disponibles : deux versions essence de cylindrée 1,6 de 115 ch. et 2,0 l de 150 ch. ainsi qu’une version diesel de 147 ch.

La rédaction a fait l’essai de la version essence 2.0 l avec boîte de vitesses automatique CVT et de la version diesel en boîte manuelle à six vitesses.

 

La tenue de route : « Confidence in Motion »

 

La XV possède une garde au sol hors du commun (22 cm, comme son grand frère, le Forester), mais cela ne l’empêche pas de détenir un centre de gravité plus bas que la concurrence. Malgré l’importance de sa garde au sol, la XV se caractérise par un comportement à la fois agile et précis.

Subaru XV 2.0 CVT 2012

C’est ici que Subaru marque sa différence : sa transmission intégrale permanente « Symmetrical All Wheel Drive » et le « Dynamic Chassis Control Concept », sont associés à des moteurs « boxer » et à une transmission intégrale.

D’après Subaru, cette conjugaison se traduit par une remarquable stabilité, une tenue de route de haut niveau et un excellent niveau de fiabilité…

Subaru XV 2.0 d 2012

Qu’en est-il sur la route ? Et bien, les ingénieurs de Subaru lui ont donné un comportement « six étoiles » qui ravira le conducteur sportif : il est même possible de balancer l’arrière pour mieux enrouler les tournants… évidemment ce comportement plutôt sportif n’est pas à la portée de Monsieur Dupont qui cherchera plutôt une stabilité à toute épreuve…

Subaru XV 2.0 CVT 2012

Avec le moteur essence et sa transmission CVT, le ménage ne semble pas tout à fait idéal : il faut monter dans les tours pour obtenir une certaine vivacité et se faisant, le moteur donne l’impression de s’emballer… sans toutefois fournir une belle et franche accélération !

C’est un peu frustrant car il y a quand même 150 ch. sous le capot ! Mais les chiffres du constructeur parlent d’eux-mêmes : le couple a comme valeur 192 Nm à… 4200 rpm !

Subaru XV 2.0 CVT 2012

Néanmoins, cette transmission permet de garder une certaine sobriété qui n’est pas à fuir par les temps qui courent ! Suivant les chiffres publiés par le constructeur, la consommation mixte avec la boîte CVT et moindre que la boîte manuelle (6,6 l contre 6,9 l aux 100 km) et par conséquent, les rejets en CO2 sont moindres (153 contre 160 g). L’essai confirme ces mesures : sur un trajet routier et autoroutier avec quelques incursions citadines, nous avons consommé 6,6 l/_100 km ce qui est remarquable pour un 4×4 permanent !

Subaru XV 2.0 CVT 2012

Quant au diesel, il nous a rappelé les excellentes impressions que nous avons toujours eues à son égard. Certes, à froid et en charge, celui-ci se montre peu discret, mais quelle santé !

Subaru XV 2.0 d 2012

En outre, il ne la fait pas trop payer à la pompe : 6,4 l au cent en le menant tambour battant, c’est très bien !

Subaru XV 2.0 d 2012

Son couple de 350 Nm qui apparaît dès 1600 rpm pour rester constant jusque 2400 rpm permet une conduite beaucoup plus coulée et non moins efficace que son alter ego à l’essence.

 

Données techniques

 

Fichier Acrobat® à télécharger

 

Mieux vaut tard que jamais !

 

Une ligne agréable, un moteur (diesel) puissant et sobre, et un châssis d’enfer, le XV séduit et d’emblée, il apparaît être un rival sérieux aux crossovers, qu’ils soient européens ou asiatiques.

Subaru XV 2.0 d 2012

Cependant, avec un prix qui débute avec 21.500 EUR pour la version propulsée par le 1,6 l de 115 ch. et qui dépassent les 27.000 EUR pour les versions essayées, le XV ne risque pas de faire de l’ombre aux ténors de ce segment (Qashqai, Sportage, Duster, 3008, etc…) mais dans le haut de gamme, il ne devrait pas passer inaperçu, d’autant plus qu’il n’existe qu’en « noble » version 4×4 !

Subaru XV 2.0 CVT 2012

En outre, il est fort à parier que c’est encore chez Subaru que ses retombées soient les plus sensibles : avec son apparition dans la gamme, le Forester prend un fameux coup de vieux, et c’est lui qui en fera peut-être le plus les frais !