ESSAI : La Subaru Forester : de la continuité dans le « léger » changement

Classé dans : Essais - Subaru (Japon) | 0

Après quinze années de service, la Subaru Forester en est à son quatrième restylage. Très discret, son face-lift n’a finalement porté que sur ses mensurations qui sont toutes en hausse.

Subaru Forester 2.0 D 2013


Serait-ce suffisant pour les inconditionnels de Subaru… d’autant plus que la présence du XV va changer nettement la donne !


Dimensions en hausse mais même dégaine

 

Finalement, très peu de changements pour cette nouvelle mouture : ce millésime voit donc toutes ses dimensions augmentées, et on retrouve cette allure de break surélevé qui va à l’encontre des réalisations prônées notamment par Peter Schreyer, designer du groupe coréen Hyundai et Kia.

Subaru Forester 2.0 D 2013

Mais ce manque d’audace autorise une vue panoramique excellente, ce qui reste fondamental pour un SUV.

Par rapport à la version précédente, il faut aussi noter que la version diesel a perdu son écope sur le capot avant.

Subaru Forester 2.0 D 2013

A l’intérieur, les sièges sont accueillants et confortables, à l’avant et sur les versions haut de gamme, ils possèdent des réglages en huit directions.

L’espace dévolu aux passagers arrière est vaste d’autant plus que la hauteur du tunnel central reste relativement faible et que l’empattement a augmenté de 25 mm.

Subaru Forester 2.0 D 2013

Le volume du coffre arrière donne 505 dm³. Dossiers arrière rabattus, la capacité approche les 1,6 m³.

Retenons cependant que son seuil est particulièrement haut : cela pourra poser un problème pour les personnes de petite taille.

En revanche, la porte du hayon arrière est à présent motorisée sur les finitions « Executive ».

Subaru Forester 2.0 D 2013

L’équipement est bien fourni et propose un écran où sont affichées des informations relatives à la conduite et au « AWD« , mais il propose aussi un calendrier, une aide à l’économie de carburant, une « éco-évaluation », la température extérieure et un check up du véhicule.

Espérons que toutes ces informations ne viennent pas polluer l’attention du conducteur !

Subaru Forester 2.0 D 2013

Le Forester est équipé d’un système de navigation et multimédia. Outre les informations relatives au trafic, il offre la reconnaissance vocale et les fonctions Bluetooth, iPod, USB et supports numériques. Notre modèle était pourvu d’un système « Keyless »

Subaru Forester 2.0 D 2013

Hélas, sa navigation n’atteint malheureusement pas toujours la qualité de la concurrence!

Par exemple, lors d’un trajet dans la Famenne, en provenance d’une route secondaire, il s’échinait à vouloir nous faire traverser la N4 malgré la présence de sa berme centrale…

Subaru Forester 2.0 D 2013

Au niveau de la sécurité, le Forester a obtenu de l’Euro-NCAP cinq étoiles et 91 % pour les passagers adultes ainsi que les enfants tandis que pour les piétons, il fournit une protection évaluée à 71 %.

A l’occasion du test délicat de la collision avec le poteau latéral, on décèle une faiblesse au niveau de la poitrine des occupants.



Une tenue de route agréable, un moteur performant

 

En tant que Subaru, ce véhicule en conserve les caractéristiques majeures, à savoir un moteur boxer associé à une transmission intégrale symétrique permanente.

Cette cinématique déjà très efficace a été améliorée par un nouveau système de contrôle de la répartition active du couple qui permet de délivrer en permanence le couple optimal sur les quatre roues selon les conditions de terrain.

Sur routes, même si l’on décèle un roulis typique au SUV, il garde un comportement efficace. La direction électrique est précise et se durcit avec l’augmentation de la vitesse. Le confort reste une des données les plus marquantes de ce millésime.

Subaru Forester 2.0 D 2013

Quant à son moteur, à part quelques vibrations typiques des moteurs à plat, il reste pareil à lui-même, ses 147 ch. sont bien présents mais son couple de 350 Nm n’apparaît vraiment qu’à partir de 2000 rpm.

Subaru Forester 2.0 D 2013

À 120 km/h, il tourne gentiment à 2200 rpm en sixième vitesse. Selon Subaru Belgium, sept Forester sur dix sont choisis avec ce moteur.

Sa boîte de vitesses à six rapports est « virile », et garde toujours son petit flou typique des transmissions de la marque aux six étoiles.

Subaru Forester 2.0 D 2013

Les trajets en « tout chemin » restent très faciles à exécuter. Ils engendrent chez le conducteur une impression d’aisance remarquable : notons à ce propos que sa garde au sol a été augmentée…

Subaru Forester 2.0 D 2013

Quant à sa consommation, sur près de 500 km, elle nous a donné 6,4 l aux cent ; l’aiguille de la jauge venant de passer la moitié du réservoir. Avec un plein, une autonomie située entre 900 et 1000 km est donc tout à fait plausible.

 

Données Techniques

 

Fichier Acrobat® à télécharger

 

Subaru Forester 2.0 D 2013

 

Qu’en dire ?

 

Malgré l’augmentation de ses dimensions, le Forester 2.0 D n’a pas fondamentalement changé.

Sa prise, ou plutôt sa reprise en main donne le sentiment de retrouver une vieille connaissance : les sensations à son bord restent toujours aussi singulières : une boîte dure, un bruit de moteur inaccoutumé, une aisance remarquable et une consommation contenue.

Quand on coupe le moteur, on perçoit toujours ce petit tressaillement transversal typique des moteurs à plat… que l’on ressentait déjà bord d’une Panhard !

Ah, nostalgie, quand tu nous tiens !

Subaru Forester 2.0 D 2013

 

Avec l’arrivée du XV, force est de reconnaître que ce dernier risque de faire du mal au Forester : proposé avec le même moteur et à équipement équivalent (Sport Executive), ce dernier est vendu plus de 10.000 EUR moins cher… pour seulement 15 cm plus court !

Signalons qu’il existe déjà une Forester 2.0 D « Intro » à moins de 30.000 EUR, soit le prix du plus luxueux des XV : la XV Luxury Plus  2.0 D

Le résultat des ventes est éloquent : Subaru vend trois XV pour deux Forester !

Mais pour ce dernier, c’est la version essence 1.6 qui reste la plus choisie !