Discret mais toujours authentique : le Subaru XV

Classé dans : Essais - Subaru (Japon) | 0

Essayé dans votre webzine préféré il y a déjà plus de six ans, le nouveau Subaru XV a été dévoilé au Salon de Genève en 2017. Plus technologique que son devancier, il s’illustre par un style retouché mais aussi par une nouvelle plateforme et un moteur boxer amélioré.

Un style extérieur à peine modifié

La carrosserie du nouveau XV s’est agrandie, mais seulement de quelques centimètres (4,46 m), pas de quoi fouetter un chat. Toutefois, sa plateforme est nouvelle et renforce la rigidité de la coque, du châssis ainsi que des points d’ancrage de la suspension. Elle réduit ainsi sensiblement le roulis par rapport à son devancier tout en maintenant une garde au sol de 22 cm.

De l’avant, le spécialiste Subaru remarquera certainement les différences avec la version de 2012 : un nouveau bouclier intégrant de nouvelles écopes ainsi que des optiques plus allongés rendent la face plus féline.

De profil, en remontant plus sur les ailes, les optiques avant et les feux arrière affinent d’avantage la silhouette du XV qui paraît plus élancé.

Sa poupe paraît aussi plus légère grâce à ses feux qui s’étendent sur le hayon tandis que son déflecteur, jadis de la couleur de la carrosserie, est à présent noir.

Le hayon s’ouvre sur toujours un volume de 380 dm³, mais quand le dossier de la banquette arrière est abaissée, celui-ci atteint à présent plus de 1,3 m³ soit une légère augmentation par rapport à son devancier.

Un intérieur plus technologique

Dans ses grandes lignes, l’intérieur est pareil. Toutefois, les sièges paraissent plus enveloppants et d’un bon moelleux. Quatre adultes et un enfant y trouveront suffisamment de place pour voyager.

Entre le tachymètre et le compte-tours, l’écran LCD mesure maintenant 4,2″ et est beaucoup plus lisible.

La planche de bord intègre en son centre un écran tactile 8″ avec un système d’infodivertissement qui permet de connecter les smartphones sous Apple CarPlay™ et Android Auto™.
Cet écran est aussi connecté à une caméra de recul.

Le nouveau XV est équipé du système Subaru Starlink 1 qui autorise un accès à la radio par internet, et à des applications via l’écran tactile ou par commande vocale.

Le surplombant, un petit écran de 6,3″ reprend les données de consommation, de conduite, de navigation ainsi que la répartition de la puissance sur les quatre roues…
Car évidemment, comme la majorité des Subaru, le XV est pourvu de quatre roues motrices.

Bien qu’intuitif, son paramétrage exigera un certain temps car chaque écran dispose de son propre canevas.

Au niveau de la sécurité, le XV est armé de la technologie EyeSight d’assistance à la conduite. Celle-ci est dotée des fonctions Pre-Collision Braking Control, de l’Adaptive Cruise Control et du Lane Keep Assist.

Les phares disposent du système High Beam Assist qui les fait basculer automatiquement de croisement en route et vice versa quand les conditions l’exigent.

Toutes ces aides à la conduite ont été saluées par l’organisme EuroNCAP qui lui a octroyé en novembre 2017 cinq étoiles pour sa sécurité.

Sur route

Le XV 2018 reprend les mêmes moteurs boxers atmosphériques que la version de 2012 à l’exception de la version diesel qui n’a pas été reconduite. Toutefois pour cette nouvelle mouture, les moteurs ont évolué.

L’essai de la rédaction porte sur la version deux litres (FB 2.0 boxer à injection directe) dont environ 80% de ses composants ont été repensés.

 

XV 2.0 Lineartronic 2012

XV 2.0 Lineartronic 2018

Puissance

150 ch (110 kW) à 6200 rpm

156 ch (115 kW) à 6000 rpm

Couple

196 Nm à 4200 rpm

194 Nm à 4000 rpm

Vitesse maximum

187 km/h

194 km/h

0 à 100 km/h

10,7 secs

10,4 secs

Émissions CO2

153 g/km

155 g/km

 

En outre, sa transmission Lineartronic est optimisée et allégée et offre un mode manuel à sept rapports.

Sa direction est moins démultipliée et son système 4×4 appelé Symmetrical AWD est à présent équipé du dispositif X-MODE, qui permet d’améliorer les performances dynamiques sur les routes dégradées.

Comme tout spécialiste du 4×4, le XV dispose du « Hill Descent Control » qui aide le conducteur durant des descentes abruptes.

Dans la pratique, le XV semble plus dynamique et son moteur répond plus rapidement.
Sa transmission CVT est aussi moins disposée à hululer dans les tours, mais si elle le fait, l’insonorisation atténue ses décibels.

En outre, deux modes modifient la réponse du moteur : I et S (pour intelligent et sport).

A condition d’avoir une conduite coulée, le XV ne semble pas consommer plus que son prédécesseur. Malgré son surcroit de puissance, il lui est tout à fait possible de réaliser 750 km, soit une consommation mixte d’environ 8,5 l/100 km.

Spécifications techniques

Voir données techniques en annexe.

Conclusions

Fidèle à sa démarche singulière, Subaru a présenté son nouveau XV en accord avec son temps : plus de technologies et un moteur vif et bien insonorisé qui sait rester sobre si on ne le malmène pas.

Sa transmission CVT demande à être apprivoisée si l’on ne veut pas qu’elle fasse hurler le moteur à chaque accélération…

Bien qu’il dispose de nouveaux réglages plus « dynamiques », son confort a été préservé.

Reste son prix qui, dans notre version, le fait flirter avec les plus chers de son segment.
Débutant à 23.000 EUR pour sa version 1.6i Pure Lineartronic CVT, elle approchera les 32.000 EUR en version 2.0i Premium Lineartronic CVT.

Benoît Piette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 × = 90