ESSAI : SsangYong Korando : une agréable surprise !



Peut-être avez-vous déjà croisé par le passé ce genre de tanks antédiluviens aux appellations des plus étranges et au look on ne peut plus biscornu: il devait fort probablement s’agir de SsangYong…

SsangYong Korando 2011

Depuis peu, il vous arrivera de croiser un joli petit SUV aux lignes élégantes dont vous ne parviendrez pas à définir l’origine… hé bien, il s’agit du nouveau SsangYong Korando !

Chant du cygne ou renouveau ?


Un SUV bien né

 

La Korando II n’a plus rien à voir avec l’espèce de Jeep apparue en 1974, propulsée par un antique moteur Mercedes et enterrée depuis bientôt cinq ans.

Il s’agit maintenant d’une monocoque dessinée par Giorgetto Giuggiaro d’Italdesign, dont l’allure est des plus européennes. Sa ligne simple mais non dénuée d’élégance lui donne un aspect robuste qui sied bien avec le qualificatif SUV.

SsangYong Korando 2011

De l’avant, son aspect fait un peu penser au Nissan Qashqai, leader du marché sur ce segment. Cependant, le Korando le dépasse en longueur de 10 cm (4,41 m), se plaçant juste entre celui-ci et sa version longue (Qashqai 2) qui lui, mesure 4,53 m…

Est-ce voulu ?

SsangYong Korando 2011

Pas mal pour une première nous direz-vous, mais ce n’est pas tout ; le moteur, qui répond au nom de « e-XDi200« , est aussi nouveau !

Il s’agit d’un 2.0 litres turbodiesel « common rail » qui a été étudié conjointement par SsangYong et le motoriste autrichien AVL.

Il développe une puissance honorable de 175 ch. à 4000 rpm avec un couple maxi de 360 Nm entre 2000 et 3000 rpm. Il est doté de série d’un pot catalytique avec FAP. Ses émission de CO2 se limitent à 157g/km. Non seulement celui-ci est conforme aux normes de dépollution Euro 5, mais il répond déjà aux futures normes Euro 6.

SsangYong Korando 2011

L’habitacle est traité avec sobriété, les plastics moussés avoisinant quelques plastics durs, mais le tout est rehaussé de discrets inserts chromés. Dans notre exemplaire (Sapphire, soit le haut de gamme) – si on exclue l’absence remarquée du GPS* – l’équipement est relativement complet : on y retrouve donc une installation stéréo AM/FM avec connexion MP3, un lecteur de CD, des prises AUX/_USB, le système RDS et Bluetooth®, les commandes du système audio sur le volant, le dégivrage des essuie-glaces, le Cruise Control situé idéalement sur un petit levier placé vers 5 heures, des rétroviseurs extérieurs rabattables à réglage électrique avec dégivrage intégré ainsi qu’un ordinateur de bord, prises 12V sous la planche de bord et dans le coffre, clignoteurs avec touche confort, etc…

* Renseignements pris auprès de SsangYong Belgique, le département After Sales a développé (principalement avec Kenwood et Pioneer) des kits de montage GPS qui s’intègrent à l’intérieur du Korando. Les concessionnaires seront donc en mesure d’offrir aux clients une gamme de GPS répondant à leurs exigences.

SsangYong Korando 2011

Les sièges sont durs mais confortables, notre véhicule possédait le chauffage des sièges avant.

Les dossiers de la banquette arrière peuvent être rabattus afin d’obtenir une surface de chargement parfaitement plane. Ainsi agencé, le volume passe de 486 dm³ à 1,3 m³, ce qui reste dans la moyenne.

Pour rappel, le « petit » Qashqai, propose 410 dm³ mais plus de 1,5 m³ quand sa banquette arrière est rabattue…

SsangYong Korando 2011

Quant à la transmission, le Korando se veut un 4×4 moderne et propose deux configurations : soit une traction avant pure, soit une traction intégrale active.

Pour cette dernière, en conditions normales d’utilisation, la traction intégrale se comporte comme une banale traction avant, (la puissance est dirigée donc entièrement vers les roues AV). Cependant, dès que la motricité diminue, le système transmet partiellement la puissance aux roues AR.

La transmission donne aussi la possibilité de verrouiller le système de traction intégrale manuellement jusqu’à une vitesse de 40 km/h. Pour être complet, notons aussi que la charge de remorquage est de deux tonnes (freinée).

SsangYong Korando 2011

Reste l’aspect sécurité : à l’heure où paraît cet article, les tests Euro-NCAP n’ont pas encore donné leur verdict mais il est évident que leur résultat sera certainement le meilleur que SsangYong n’aurait jamais pu obtenir !



Un SUV bien élevé

 

Sur route, il étonne par une tenue de route qui n’a vraiment plus rien à voir avec les autres produits de la marque : adieu donc les mouvements de caisses à vous faire revoir votre déjeuner… adieu aussi aux approximations de la direction à l’américaine que l’on retrouve encore sur les autres modèles de la marque : maintenant on aborde le 21ème siècle de plain-pied !

SsangYong Korando 2011

La transmission, virile (on est dans un SUV, que diable !), est parfaitement adaptée au moteur et vu son couple, la sixième est loin d’être utilisable que sur autoroute plane…

Sur ce sixième rapport, le moteur – toujours très discret à allure constante – ne tourne qu’à 2250 rpm. En revanche, si on titille un peu l’accélérateur, sa discrétion fait place à un grondement bien révélateur : les 175 chevaux sont bien éveillés, qu’on se le dise !

SsangYong Korando 2011

Notons encore que sur terrain meuble, le système 4×4 s’enclenche toujours dans la discrétion et permet de faire plus que des incursions furtives en tout-terrain : seuls les 18 cm de garde au sol ne devront pas être oubliés…

SsangYong Korando 2011

Sur l’asphalte, le comportement du Korando est vraiment agréable. Certes ses suspensions sont fermes, mais elles sont aussi le garant d’une tenue de route sans surprise.

Comparativement aux ténors du segments (Qashqai, Kuga, Kolios, Tiguan, etc…), son comportement est peut-être un peu moins léché…

Reste l’énigme de l’Ecodrive qui, associé au cruise control est sensé diminuer la consommation : avec ou sans ce système, la consommation s’est figée à 7,6 l au 100 km. Toutefois, avec seulement 57 litres de contenance, la capacité du réservoir n’est pas particulièrement énorme.

SsangYong Korando 2011

Signalons aussi qu’il existe pour le marché belge une version moins puissante et donc plus intéressante au niveau fiscal. Proposée au même prix d’attaque (23.000 EUR) pour la version Crystal 4×2, sa cavalerie est limitée à 149 ch.

 

Données :

 

SsangYong Korando 2011



Un SUV à découvrir

 

Le Korando II est une révélation qui efface les errements de la firme aux deux dragons. Intéressant, il l’est aussi au niveau des prix : offert à un peu moins de 23.000 EUR et quelle que soit sa puissance (149 ou 175 ch.), il risque de poser un vrai problème à ses concurrentes… pour autant qu’il soit connu !

Car hélas, son anonymat est encore sa grande faiblesse : il faudra que le marketing de Ssangyong fasse preuve d’imagination pour faire connaître ce véhicule…

SsangYong Korando 2011

En consultant les ventes de la marque, il est toutefois intéressant de constater que sur les 250 véhicules vendus par la marque depuis le 1er janvier 2011, les 4/5 sont des Korando !

Sachant que la version de 149 ch. n’est apparue que seulement depuis trois mois, il est fort à parier que les commandes pour ce SUV subissent un sérieux accroissement. C’est tout ce que l’on peut souhaiter…