ESSAI 2016: Le SsangYong XLV : un Tivoli à rallonge

Dérivant du Tivoli, le XLV a été présenté sans grand fracas à Genève cette année. Il ne diffère de son petit frère le Tivoli que par une augmentation du volume de son coffre. Est-ce bien suffisant pour un nouveau modèle ?

Un Rodius en réduction ?

Non, pour SsangYong, XLV ne signifie pas 45 en chiffres romains, mais bien eXciting smart Lifestyle Vehicle, le nom de son nouveau SUV dont la carrosserie repose sur la même plateforme que le Tivoli.

Malgré ses 23,5 cm de longueur supplémentaire (4,44 m), les ingénieurs n’ont pas jugé utile de rallonger l’empattement : celui-ci reste donc identique à celui de son petit frère soit 2,6 m.

De face, rien ne laisse vraiment deviner que c’est un XLV : seuls les plus avertis découvriront que le bouclier diffère légèrement. Mais c’est à l’arrière que cela se passe : les feux offrent un nouveau dessin et une vitre de custode a été ajoutée derrière le montant C.

Hélas, ces modifications ne profitent pas à sa silhouette et rendent sa poupe beaucoup trop lourde. Vu de trois quarts arrière, le XLV semble déséquilibré et perd en harmonie par rapport au Tivoli : on dirait un ‘mini Rodius’…

L’augmentation de longueur ne profite donc qu’au coffre. La capacité de 423 dm³ du coffre du Tivoli était déjà une des meilleures du segment, mais avec le XLV, elle atteint des proportions rarement atteintes : pas moins de 720 dm³ extensible à près du double quand le dossier des sièges arrière est rabattu !

Grâce à son double fond amovible, il est possible de rendre cet espace de rangement pratiquement plat. Cependant, comme le Tivoli, il est regrettable que son seuil soit si haut et que le couvre-bagage ne soit qu’en toile.

Autre fausse note : l’absence d’une troisième banquette, même en option, qui aurait permis d’élargir la polyvalence de ce SUV !

A l’intérieur, que ce soit en termes de confort ou d’instrumentation, c’est une copie conforme du Tivoli. La position de conduite est bonne, dommage que le réglage du volant ne s’effectue pas en profondeur mais uniquement en hauteur.

A l’arrière, le dossier des sièges peut s’incliner. Notons que l’ensemble est relativement ergonomique. Dès la première finition (Crystal), le XLV offre le régulateur de vitesse et une direction avec trois modes d’utilisation (Normal, Confort et Sport).

A partir du deuxième niveau (Quartz), il dispose d’un écran tactile de 7” avec fonction audio (radio et lecteur MP3) avec caméra de recul, un kit main libre Bluetooth®, une connexion USB et HDMI ainsi que des capteurs de pluie et de pénombre.

Enfin, en finition haute (Sapphire), il offre notamment les rétroviseurs extérieurs chauffants et rabattables électriquement avec répétiteurs des clignotants intégrés, les vitres surteintées à l’arrière, une sellerie cuir avec à l’avant, les sièges chauffants et même électrique et ventilé pour le conducteur…

Pour être complet, signalons que le XLV peut recevoir trois sets d’options (Winter, Style et Navigation Packs). Notre exemplaire était de finition Quartz complété des trois « Packs ».

Le Pack de navigation, de marque TomTom, exige une certaine habitude pour lui indiquer une adresse ; en outre, son graphisme reste assez simpliste.

Pour la sécurité, dès le niveau ‘Quartz’, le XLV dispose d’un septième airbag pour les genoux du conducteur. Il dispose de l’ABS, ESP, du TPMS (contrôle de la pression des pneus), du control actif de prise de roulis (ARP), d’une signalisation d’arrêt d’urgence (ESS) et de points d’ancrage ‘ISOFIX’.

Pour le confort, mais un peu superfétatoire vu la présence d’un frein à main traditionnel, il dispose aussi d’une assistance au démarrage en côte (HSA). A noter que, comme toutes les SsangYong, le XLV n’a pas été testé par l’EuroNCAP.

 

Sur route

Cette fois-ci, la rédaction a testé la version propulsée par le moteur diesel e-XDi 160. Il s’agit d’un moteur de 1597 cm³ de même cylindrée que le e-XGi 160 qui équipait le Tivoli essayé il y a juste un an. Il développe 115 ch entre 3400 et 4000 rpm et dispose d’un couple maximum de 300 Nm de 1500 à 2500 rpm.

Bruyant à froid, ses claquements s’estompent une fois à température. Particulièrement expressif, il reprend vivement même sous les 2000 rpm. Grâce à un poids assez mesuré (environ 1,4 T), le XLV accélère énergiquement.

En comparaison avec les autres diesels de même cylindrée de la concurrence, il faut avouer que le e-XDi 160 est une bonne surprise et un des meilleurs essayé par la rédaction. Et, cerise sur le gâteau, il sait rester sobre : au terme de l’essai, la rédaction a mesuré un très beau 5,3 l / 100 km.

Avec un pied droit léger, il est tout à fait possible de rester même sous la barre des 5 litres, ce qui est remarquable. En ville, il faudra compter sur une consommation aux alentours des 6 litres.

Non seulement SsangYong propose deux motorisations (essence et diesel) et deux transmissions (manuelle et automatique) mais la marque offre aussi la possibilité d’opter pour une version AWD. Notre exemplaire (2WD) disposait de la version manuelle à six vitesses. Celle-ci est ferme et bien échelonnée. Quant à sa direction, elle est à trois modes : il convient d’utiliser de préférence les modes Normal ou Sport : le mode Confort est à utiliser en ville car le volant devient léger et efface trop les sensations de la route.

Sa tenue de route est bonne, mais attention, les pneus Hankook n’apprécient que modérément les routes détrempées (surtout en 215/45 R18) : une monte de pneus plus performants remédierait certainement à ce travers.

Avec un coffre lourdement chargé, il est fort probable que le bel équilibre que bénéficiait son petit frère soit soumis à rude épreuve.

 

Spécifications techniques

 

Fichier Acrobat® à télécharger

Conclusions

Grand frère du Tivoli, le XLV édulcore le dessin du concept original. Il sera surtout choisi pour son grand coffre (taxi ?) mais hélas, pour les familles nombreuses, l’option ‘sept places’ manque au catalogue…

Signalons aussi que son petit frère le Tivoli a remporté le label de ‘voiture familiale VAB de l’année’ !

Proposé à partir de 15.990 EUR en version esence, il est à peine 1000 EUR plus cher que le Tivoli. Son prix culmine à 26.190 EUR (e-XDi 160 – Sapphire).

En le complétant avec les options comme la transmission intégrale, la boîte automatique et le GPS, le XLV peut approcher les 30.000 EUR.

N’oublions pas non plus que les SsangYong bénéficient également d’une garantie de 5 ans…

 

BP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

88 − = 85