ESSAI : Smart ForTwo III, Reine des BoBos

Classé dans : Essais - Smart (D) | 0

Développées en partenariat avec la marque de Boulogne-Billancourt, les nouvelles Smart ForTwo et ForFour font dorénavant appel à des mécaniques estampillées «Renault».

Smart ForTwo

Est-ce là un départ vers une certaine démocratisation de la Smart ?


Toujours aussi courte mais plus râblée


Par rapport à la version précédente, la longueur est restée la même soit 2,69 m, en revanche, de face, sa voie avant a été élargie de 10 cm, (1,66 m). A présent, elle dispose de feux de jours à DEL en forme de U très reconnaissables.

 

Smart ForTwo

 

Plus ramassée, sa proue paraît aussi plus mature : sa calandre souriante a cédé sa place à un petit museau mutin qui fait maintenant un peu penser à celle d’un bouledogue français…

 

Smart ForTwo

 

A l’arrière, on retrouve un couvercle de coffre dont l’ouverture alambiquée a été expliquée en détail dans l’essai relatif à la nouvelle Twingo.

 

Outre cette largeur, rien de structurel ne change dans la ForTwo : ses roues avant sont de dimension différente des roues arrière et le coffre s’ouvre toujours en deux parties avec un hayon en verre et une ridelle, comme sur les camions ! Mais la ressemblance avec cet utilitaire s’arrête là : le volume de chargement est de 260 dm³ à 350 dm³ quand la planche porte-chapeaux est ôtée.

 

Smart ForTwo

 

Par rapport à sa devancière, sa capacité a augmenté d’environ 40 dm³. Notons que la ridelle peut supporter un poids jusqu’à 100 kg. Comme le moteur est placé sous le coffre, il faudra rester attentif à ce que celui-ci ne délivre pas de trop de calories… qui pourraient s’avérer funestes pour les surgelés transportés !

 

Les portières n’ont pas d’encadrement et s’ouvrent largement sur un habitacle pas du tout étriqué qui bénéficie d’un supplément de largeur étirée de 10 cm !

 

Smart ForTwo

 

Au niveau de la sécurité, Smart fait toujours confiance à la cellule de survie « Tridion » développée suivant les normes Mercedes-Benz. C’est ainsi que pour les tests en interne, la Smart ForTwo a dû faire ses preuves en choc frontal avec des modèles Classe S et Classe C

 

Les tests EuroNCAP lui ont attribué quatre étoiles et les cotes pour la sécurité des adultes, enfants et piétons ont été respectivement de 82 % , 80 % et 56 %. Quant à l’assistance à la sécurité, elle a été cotée à 56 %.

 


Un intérieur pimpant, mais léché.

 

A l’ouverture des portières, l’ensemble fait beaucoup plus sérieux : les poignées surdimensionnées montrent à elles seules le chemin parcouru depuis les premières Smart : l’aspect cheap a totalement disparu au profit d’une touche Premium bien plus classieuse.

 

Smart ForTwo

 

Même si le combiné d’instruments reprend certains traits des anciens modèles avec sa segmentation en demi-cercle pour l’affichage de la vitesse et ses témoins d’avertissement, il fait nettement plus sérieux.

 

Smart ForTwo

 

La ventilation s’opère maintenant par des buses sphériques très aisées à utiliser.

 

La climatisation au centre de la planche de bord est aussi très simple : la température se règle à l’aide d’un curseur en forme de loupe que l’on fait coulisser sur une réglette, c’est simple mais efficace !

 

Smart ForTwo

 

En ce qui concerne la partie média et divertissements, la Smart dispose de deux systèmes : un « MirrorLink » qui se connecte à votre Smartphone.

 

Moyennant la nouvelle application « smart cross connect« , ce dernier devient un système de navigation et permet même aux conducteurs de smart de mémoriser des parkings, et de les recommander à la communauté « smart » après évaluation avec photos à la clé…

 

Smart ForTwo

 

En haut de gamme, la ForTwo propose, à l’instar de la Renault Twingo, un système multimédia intégré qui propose un écran 7″ tactile avec possibilité de zoomer et de défiler comme sur un i-Pad®.

 

Smart ForTwo

 

L’ensemble de la planche de bord ainsi que la partie centrale des contre-portes est garni de tissu genre filet rendant l’ambiance à la fois colorée et jeune.

 

Smart ForTwo

 

Les sièges avant donnent indéniablement un caractère sportif à l’ensemble. Bien assis, il est aisé d’imaginer se trouver dans un véhicule beaucoup plus spacieux.

 

Smart ForTwo

 

Le volant à trois branches permet de piloter les modules autoradio et navigation disposés au centre de la planche de bord. A gauche, un petit compte-tours rapporté fournit également l’heure de manière analogique.

 

Smart ForTwo

 

A noter que toutes les Smart bénéficient de série d’un système de contrôle automatique de la pression de gonflage.

 


Sur route

 

Bien assis dans des sièges aux contours prononcés, le conducteur trouve vite ses marques. La position légèrement surélevée y est aussi pour quelque chose. Toutes les commandes sont ergonomiquement disposées : le frein à main et le levier de la boîte de vitesses à cinq rapports tombent bien en main.

 

Ce retour à la tradition change beaucoup de la lente boîte robotisée[1] des premiers modèles !

 

Smart ForTwo

 

Le volant est très directif et le rayon de braquage de moins de 7 m entre trottoirs ébahira plus d’un. Comme pour ses devancières, l’espace urbain est son élément : se faufiler ou se garer devient un plaisir très égoïste !

 

Cependant, les bruits mécaniques et de roulement sont beaucoup plus atténués sur cette nouvelle version ! Les 90 ch. de l’exemplaire essayé par la rédaction sont largement suffisants pour la ville et autorisent sans problèmes des incursions sur autoroute.

 

Smart ForTwo

 

Toutefois, l’empattement ultracourt et sa hauteur ne devront pas être perdus de vue lors de forts vents traversiers, d’autant plus que la direction nous semble trop assistée. Pour rouler régulièrement en Smart de première génération, il nous semble que la direction non assistée remplissait parfaitement son rôle tout en étant plus naturelle…

 

Le petit trois cylindres turbo de 899 cm³ fournit 90 ch. à 5500 rpm et développe un couple maximum de 135 Nm à 2500 rpm.

 

Il est vif et vu le poids réduit de cette petite propulsion, il lui donne des ailes ! Malgré une qualité d’isolation supérieure aux versions précédentes, il aime se rappeler aux passagers.

Sur autoroute, il tourne à un peu plus de 3200 rpm à 120 km/h. Il possède une fonction Stop/Start.

 

Smart ForTwo

 

Sa consommation reste raisonnable pour le peu que l’on garde le pied léger sur l’accélérateur… les trajets en ville peuvent se solder par des consommations tutoyant les sept voire huit litres si l’on fait parler régulièrement la poudre…

 

Au terme d’un essai très varié, la ForTwo a finalement consommé en moyenne 6,1 litres aux cent kilomètres.

 

Spécifications techniques

 

Fichier Acrobat® à télécharger

 


Conclusions

 

Avec plus de 1,6 millions d’exemplaires vendus à ce jour, la ForTwo est devenue un élément incontournable des villes du XXIème siècle. Sa nouvelle bouille de petit ‘bouledogue français’ devrait toujours attirer la sympathie.

 

Mais la ressemblance ne devrait pas s’arrêter aux seuls aspects physiques de ce canidé de poche : son caractère de petit molosse (vif, joueur, athlétique, alerte, facile à vivre, etc…) semble aussi convenir à la Smart ForTwo !

 

Smart ForTwo


Son moteur de 90 ch. nous semble intéressant pour qui désire s’échapper occasionnellement des cités, mais pour la majorité des conducteurs, les 71 ch. du moteur 1.0 semblent nettement suffisants pour bénéficier de toutes les qualités de ce petit véhicule.

 

Smart ForTwo

 

Proposée à 12.100 EUR dans la configuration 90 ch., notre version « edition #1 » avec ses jantes spéciales, son toit panoramique, Pack ‘LED & sensor’ et son radar anticollision dépassait de loin les 15.000 EUR, ce qui est cher pour une stricte deux places !

 

Smart ForTwo

 

La Smart ForTwo en version 1.0 Pure avec moteur 61 ch. (45 kW) démarre à un peu moins de 10.000 EUR.


[1] Encore plus citadine, la version automatique à six rapports fera l’objet d’un essai prochainement.