Skoda Scala : Le renouveau

Classé dans : Essais - Skoda (Tchèquie) | 1

Avec la Scala, Skoda lance une nouvelle offensive sur le segment des compactes, où sa devancière, la Rapid Spaceback n’est pas parvenue à briller.

Le constructeur nous propose cette fois-ci une réalisation nettement plus soignée sur le fond comme sur la forme.

Skoda a pour l’instant le vent en poupe sur les marchés européens et cela ne devrait que se confirmer dans les prochains mois.

Leur large gamme de véhicule leur a permis de s’implanter dans les segments des familiales avec l’Octavia, les routières avec la Superb et les SUV avec les Kodiaq, Karoq et le futur Kamiq.

Il ne manque que le segment des compactes, dans lequel la Rapid n’a pas trouvé son public. Les ingénieurs de la marque tchèque sont repartis d’une page blanche pour créer un modèle inédit : la Scala.

Qui dit nouveau modèle dit nouveau look

Pour bien marquer l’arrivée de ce nouveau modèle, la marque a décidé que la Scala inaugurerait son nouveau langage stylistique.

Sur la face avant, nous remarquons immédiatement ce regard perçant créé par les phares et la calandre aux angles plus marqués. Le bouclier est aussi plus travaillé.

Les sculptures latérales sont aussi plus ciselées. À l’arrière, les feux LED placés à l’horizontale accentue la présence visuelle de l’auto.

À noter également, le nom de la marque qui est affiché en toutes lettres en lieu et place du traditionnel logo de la marque.

Et une fois assis ?

Ici aussi, afin de se démarquer de la Rapid, Skoda a revu le design intérieur. Le mobilier de bord est résolument plus moderne en rompant avec l’unique couleur noire à laquelle Skoda nous avait habituée.

Au centre un écran de 9,2 pouces « façon tablette » permet de piloter les divers systèmes multimédias connectés. Les compteurs traditionnels ont été troqué pour le « Virtual Cockpit ». Cet écran de 10,25 pouces, déjà rencontré dans la Kodiaq, est personnalisable à loisir.

Pour confirmer la montée en gamme de cette compacte, le constructeur tchèque l’a équipée d’une belle panoplie d’équipements.

Quelques exemples ? Régulateur de vitesse adaptatif, surveillance des angles morts et même un « Crew Protect Assist » qui se charge de fermer les vitres et de tendre les ceintures de sécurité dans l’éventualité d’un crash imminent.

Espace et confort

La Skoda Scala repose sur la plateforme MBQ A0 qui équipe, entre autres, la Seat Ibiza et la Volkswagen Polo. Pour la Skoda, celle-ci allongée au maximum. Avec ses 4,36 m de long et son empattement de 2,65 m elle est parmi les plus grande de son segment.

Ceci lui permet d’offrir une belle habitabilité au niveau des places arrière. Deux passagers adultes peuvent s’y installer sans problème. La place centrale étant naturellement plus limitée mais elle reste toutefois correcte.

Côté coffre, elle s’installe également en tête du peloton des compactes avec 467 litres. Et une fois les sièges arrière rabattus (40/60), ce volume est porté à 1410 litres.

 

Fidèle à son slogan « Simply Clever », Skoda propose des solutions intelligentes vraiment pratiques. Citons entre autres ce plancher repositionnable sur deux niveaux, et ces « compartimenteurs » flexibles à velcro qui permettent de coincer tous les objets dans le coffre et d’éviter de désagréable surprise.

Et sur la route ?

Comme cité plus haut, Skoda a donc opté pour la petite plateforme comme base de La Scala. Cette dernière s’en accommode pourtant bien pour nous offrir un comportement routier tout à fait convenable.

Grâce à sa direction directe et précise, soutenue par une suspension assez rigide, La Scala enroule aussi bien les grands virages des échangeurs autoroutiers, que ceux des petites routes.

Au niveau de la Sécurité la Skoda Scala a passé, haut la main, les tests EuroNCAP.

Son équipement de de base incluant les systèmes d’assistance de vitesse, de freinage d’urgence autonome et d’assistance au maintien de la voie, lui a permit d’obtenir les très bons scores indiqués dans l’illustrations ci-dessous.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

 Et la motorisation ?

Quatre combinaisons moteur/boîte de vitesses sont proposées. D’abord le moteur 3 cylindres 1.0 TSI de 116 ch avec une boîte manuelle à six vitesses. Ensuite le diesel 1.6 TDI de 116 ch qui peut être couplé à une boîte automatique DSG7 ou à une boîte manuelle à 6 vitesses.

Et last but not least, celui de notre essai, le 1.5 TSI de 150 ch avec une boîte automatique DSG 7. C’est un quatre cylindres de 1498 cc. Il développe 150 ch au régime de 5.000 tr/min et un couple de 250 Nm à 1500 tr/min. Sa vitesse maximale est de 219 km/h avec une accélération de 0 à 100 km/h en 8,3 secondes.

Il ne se montre pas trop gourmand. Lors de notre essai nous avons consommé 7.3 l/100 km pour un usage mixte.

Et le prix ?

La voiture de notre essai était de la finition Style et mis à part le GPS, elle avait toutes les options. Pour acquérir un modèle similaire, il vous faudra débourser 34.960 €.

Conclusion

S’il est vrai que la Rapid n’a pas su s’imposer, Skoda a su tirer les enseignements de cette expérience et a parfaitement corrigé le tir.

La Scala se base sur les valeurs essentielles de la marque (espace, solutions intelligentes, comportement).

En y ajoutant un équipement dernier cri et un design un peu plus dynamique, Skoda a donné à la Scala tous les ingrédients nécessaires pour réussir.

Guy Gysemberg

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 18 = 19