La Nouvelle Skoda Fabia Combi : une mini Octavia !

Classé dans : Essais - Skoda (Tchèquie) | 0

Depuis son lancement en 1999, plus de 4 millions de ŠKODA FABIA ont été vendues, donc 500.000 rien qu’avec la troisième génération lancée au Salon de Paris fin 2014.

Avec ce face-lift, Skoda entend lui faire profiter d’un design et d’une technologie plus actuels, la faisant d’emblée ressembler encore plus à sa grande sœur, l’Octavia Combi.

Un face-lift plus haut de gamme

En retouchant sa face avant, les designers de Skoda lui ont donné une allure plus flatteuse. Ses optiques intégrant des feux de jour peuvent dorénavant être équipées de feux à DEL, lui conférant ipso facto un regard similaire à ses grandes sœurs !

Mais ses changements stylistiques n’affectent pas ses dimensions : ce petit break fait toujours 4,26 m de long et 1,73 m de large.

Quant à l’arrière, seulement deux cataphotes disposés sur les pare-chocs le démarquent de la version 2014. Toutefois, les feux arrière peuvent désormais être à DEL.

Son hayon dévoile toujours une excellente capacité de 530 dm³ avec un seuil de chargement relativement bas.
Quand les dossiers (40/60) de la banquette arrière sont abaissés, le volume dégagé atteint alors pratiquement 1,4 m³.

Dommage qu’en termes d’ergonomie, le rabattage des dossiers ne s’effectue toujours pas par des commandes placées sur les flancs du coffre. En revanche, il est « compartimentable » et dispose de solides crochets pour y suspendre les sacs à provisions. En outre, son côté droit est doté d’une lampe de poche amovible.

Pour le look, des jantes de 18″ sont aussi disponibles mais réservées uniquement à la version 5 portes.

Une technologie embarquée intéressante

L’intérieur de l’habitacle reste pratiquement identique, seul un connaisseur y décèlera un nouveau combiné d’instruments et de nouvelles bandes décoratives du tableau de bord.

En son centre trônera donc toujours ce petit écran tactile de 6,5” qui ne propose pas encore une vue 3D si l’on dispose de la navigation de marque Amundsen. En revanche, il est équipé du système d’infodivertissement Swing et qui offre toute une gamme de services mobiles en ligne de ŠKODA Connect.

La Fabia bénéficie aussi de la technologie SmartLink+ qui utilise les protocoles d’Apple CarPlay, d’Android Auto, de MirrorLink et de SmartGate.

Petite à l’extérieur, grande à l’intérieur

En termes d’habitabilité, la Fabia reste une des plus logeables de sa catégorie, quatre passagers adultes y seront à l’aise. Pour des trajets plus courts, un jeune ado pourra se glisser entre les passagers arrière. Il pourra même y connecter sa tablette aux deux prises USB placées à l’arrière de l’accoudoir central avant.

A présent, l’habitacle peut recevoir deux teintes assorties qui amplifiera l’impression d’espace. Celle-ci sera encore sublimée si cette sellerie biton est combinée avec le toit panoramique, véritable puits de lumière. Soulignons aussi son excellente visibilité périphérique.

Sécurité

Au niveau de la sécurité et des systèmes d’aide à la conduite, la Fabia reçoit un moniteur d’angle mort (Blind Spot Detection), un système de détection du trafic à l’arrière du véhicule (Rear Traffic Alert) et des phares automatiques (Light Assist). Ces systèmes de sécurité viennent consolider les cinq étoiles reçues en novembre 2014 et confirmées en avril 2018.

Des moteurs à essence

La gamme des moteurs est à présent uniquement composée de trois cylindres à essence d’une cylindrée 1,0 litre. Deux technologies sont proposées :

  • Les moteurs MPI à injection indirecte développant respectivement 60 ch et 75 ch.
  • Les moteurs TSI suralimentés et à injection directe produisant 95 ch ou 110 ch. La version la plus puissante peut être associée à une boîte DSG à sept rapports.

A signaler que le moteur diesel 1.4 TDi n’est plus reconduit.

Notre exemplaire était propulsé par la version la plus puissante et combinée à la célèbre boîte DSG qui fête cette année ses quinze ans d’existence au sein du groupe Volkswagen.
Il s’agit donc d’un trois cylindres de 999 cm³ développant 110 ch à 5000 rpm et un couple maximum de 200 Nm à 2000 rpm.

Très silencieux et performant, ce petit moteur est à l’aise dans la Fabia Combi. Ses qualités sont mises en exergue par la boîte à double embrayage qui se montre plus alerte que ses concurrentes.

Il est aussi vrai que le groupe Volkswagen en a déjà produit plus de 26 millions depuis 2003. Dommage qu’ici, ses vertus ne soient pas magnifiées par des palettes derrière le volant.

Cerise sur le gâteau, ce propulseur sait se montrer sobre.

Au cours de notre essai qui s’est surtout déroulé à l’extérieur des villes mais quelque fois en présence de bouchons où son régulateur adaptatif a bien facilité la vie, nous avons relevé une consommation moyenne de 5,4 l /100 km.

En conduite exclusivement urbaine, il faudra y ajouter environ 1,5 l.

En termes de comportement routier, la Fabia ne bénéficie pas encore du nouveau châssis MQB A0 qui est l’apanage de la VW Polo et de la SEAT Ibiza.
Cela peut se constater lorsque la voiture s’engage sur des routes dégradées où on peut déceler quelques pompages.

Conclusions

Comme petit break, la Fabia Combi peut être considéré comme une espèce en voie de disparition, surtout après les coups de butoirs qu’assènent actuellement la mode énergivore du SUV.

C’est dommage, car malgré sa plateforme ancienne, ce break offre encore des qualités dont peu de SUV du segment apparenté peuvent prétendre : outre sa sobriété, son volume de chargement est énorme.

Propulsé par une unité moderne et sobre, il ravira les jeunes familles toujours en quête de volume de chargement.

La FABIA COMBI 1.0 TSI 110 ch DSG en finition Style est proposée à 20.000 EUR.
Cependant, notre exemplaire qui disposait notamment du toit panoramique, des packs Confort et Look et d’une attache remorque était proposée à 24.340 EUR.

Il existe déjà un break Fabia Combi à 15.400 EUR.

Benoît Piette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 2 = 7