ESSAI : La Seat Toledo, un retour aux sources

Classé dans : Essais - Seat (Espagne) | 0

Qui se souvient de la première Toledo ?


Seat Toledo 1992


Dessinée par Giorgetto Giugiaro, et présentée au salon de Barcelone en 1991, elle fut la première réalisation entièrement développée par le groupe Volkswagen qui avait acquis SEAT en 1987.


Reprenant le châssis de la Golf, elle s’est surtout illustrée par un coffre d’une capacité peu commune : 550 dm³ extensible à près de 1,4 m³. Plus aboutie que la VW Jetta, elle a eu un beau succès commercial.

Seat Toledo 1998

Après une deuxième génération reprenant les même gènes et 860.000 unités vendues, la Toledo a évolué en 2005 vers une ligne « Quasimodo » signée Walter de Silva.

Seat Toledo 2005

Ce designer, pourtant brillant, ne devait pas être « dans son assiette » quand il a couché ce dessin : partant d’une de ses réalisations majeure chez SEAT – l’Altea – il l’a abâtardit en y collant un coffre de style « sac à dos » du plus mauvais effet… l’accueil du public fut très médiocre et heureusement, sa production a été abandonnée en 2009.



Une silhouette passe-partout

 

Après trois ans de purgatoire, la Toledo revient avec la même recette que la première génération, à savoir une berline traditionnelle trois volumes mais disposant d’un hayon et d’un coffre de 550 dm³ pouvant être porté à près de 1,5 m³ en rabattant les sièges arrière.

Seat Toledo 1.6 TDI 105 ch. 2013

Son développement a été mené conjointement avec la Škoda Rapid. Comme sa sœur jumelle, elle est construite à l’usine Škoda de Mladá Boleslav en Tchéquie.

Longue d’environ 4,5 m, elle présente un empattement de 2,6 m et ses trains avant et arrière proviennent respectivement des Škoda Fabia et Roomster.

Seat Toledo 1.6 TDI 105 ch. 2013

Bien profilée, sa ligne reste sobre et reprend la fine calandre trapézoïdale que l’on retrouve actuellement sur les autres modèles de la marque espagnole. Berline destinée essentiellement aux familles ; elle ne présente pas ce petit peps que l’on retrouve dans les León, et Ibiza.

Seat Toledo 1.6 TDI 105 ch. 2013

Pour « l’emotión« , il faudra donc se tourner vers les autres véhicules de la marque.

A l’intérieur de l’habitacle, même constat, bien fini, il ne ravira pourtant pas les aficionados des plastics moussés et autres gadgets « valorisant ».

Si celui-ci est pourvu d’un GPS, il s’agira de l’ancienne génération avec écran 5″ qui fleurissait sur les VW il y a quelques années mais il est équipé d’une prise USB et du Bluetooth.

Sobre ne signifie pas pour autant inconfortable : les sièges sont accueillants et la place est suffisante pour des adultes de grande taille.

Seat Toledo 1.6 TDI 105 ch. 2013

Quant au volume du coffre, même des breaks n’en offre pas autant !

Trois niveaux de finition sont proposés : Entry, Reference et Style.

L’équipement de série pour les trois exécutions comprend le minimum syndical à savoir, le contrôle de bouclage des ceintures de sécurité, l’ABS, l’ESP associé à l’antipatinage ASR, le Hill Hold Control (HHC) , le verrouillage centralisé, les sièges arrière rabattables et les vitres avant à commande électrique.

Les feux de jours ne sont pas proposés dans la version de base.

Si l’envie vous prend de compléter cette liste, il faudra choisir les finitions supérieures qui vous donneront droit à des raffinements comme le verrouillage centralisé à distance, le régulateur de vitesse, la banquette arrière avec dossier fractionnable 1/3-2/3, l’ordinateur de bord, l’éclairage de boîte à gants éclairée ou des rétroviseurs extérieurs à réglage et dégivrage électriques.

En choisissant la version Style, le catalogue propose d’office des phares antibrouillard avant, d’un éclairage statique des virages et des jantes de 16″ en alliage léger avec des pneus 215/45 R 16.

Pour notre part, cette monte est excessive car la suspension devient trop sèche, mieux vaut se cantonner aux pneus 195/55 R 15 proposés dans la version intermédiaire (Reference).

Au niveau sécurité, la Seat Toledo se paye cinq étoiles aux tests Euro-NCAP.

Un petit reproche, cependant : les appuis têtes ne permettent pas une protection totale contre le coup du lapin.

Les cotes attribuées pour les adultes s’élèvent à 94 %, 80 % pour les enfants et 69 % pour les piétons.

 

Moteurs à la page et tenue de route sans surprise

 

Cinq moteurs à essence « TSI » et un diesel « TDI » peuvent être montés dans la Toledo.

A ces versions s’ajoutent deux versions « Ecomotive » :

  • une version essence 1.2 TSI 105 ch. Ecomotive Start/Stop – 118 g/km de CO2
  • une version diesel 1.6 TDI CR 105 ch. Ecomotive Start/Stop – 104 g/km de CO2.

Notre rédaction a pu essayer les Toledo propulsées par le 1,2 TSI de 85 ch. et le très classique 1,6 TDI de 105 ch.

Sans être une foudre de guerre, le moteur Diesel 1.6 TDI 105 ch. s’acquitte parfaitement de sa tâche en grondant dans les accélérations mais silencieux à vitesse constante.

Il sera choisi par les gros rouleurs. Après plus de 600 km d’essai, sa consommation relevée était de 5,2 l/100 km mais pouvait rester inférieure à 5 litres sur autoroute.

Seat Toledo 1.6 TDI 105 ch. 2013

En ce qui concerne le 1,2 TSI, nous ne pouvons que nous en féliciter : alerte dans les tours, il fournit suffisamment de chevaux pour se glisser dans la circulation de tous les jours.

Seat Toledo 1,2 TSI 85 ch. 2013

Évidemment, ce jugement sera à revoir quand la famille au complet partira en vacances en Ardenne… il faudra prendre son temps ou choisir une version plus puissante.

Après un petit galop d’essai sur routes ouvertes sa consommation s’est figée à 5,8 litres mais il faudra plutôt tabler entre 6 et 7 litres, ce qui reste toujours excellent.

Seat Toledo 1,2 TSI 85 ch. 2013

Nos deux versions étaient équipées d’une boîte de vitesses manuelle à cinq rapports particulièrement longs (environ 2200 rpm pour 120 km/h en 5ème vitesse pour le moteur TDI) mais dont le maniement ne laisse planer aucun doute sur le savoir faire du groupe VW en la matière.

Le volant est doté d’une assistance électro-hydraulique bien calibrée.

La conduite de la Toledo n’est pas déplaisante. Evidemment, après l’avoir échangé pour une León FR, il n’y a pas photo : la tenue de route de cette dernière est d’une autre trempe !

Seat Toledo 1,2 TSI 85 ch. 2013

Mais la Toledo n’a pas été étudiée pour réaliser des spéciales de rallye non plus !

Moins sujette au roulis que les monovolumes, elle offre aussi une intéressante alternative aux breaks.

A un prix étudié, elle ravira le père de famille à la recherche d’un véhicule spacieux de conception fiable et pour qui la renommée des produits VW n’est pas un vain mot.

 

Spécifications techniques

 

Motorisations

 Moteur :

1.2 TSI 

1.6 TDI

Puissance max., kW (ch) 

63 (85)

77 (105)

Couple maximal,Nm à rpm 

160 1.500-3.500

250 1.500-2.500

Vitesse maximale, km/h

183

190

Accélération de 0 à 100 km/h, s 

11,8

10,6

Consommation, l/100 km 

5,1

4,4

Émissions de CO2, g/km 

119

114

 

Dimensions et poids 

Nombre de portes

4

Nombre de places

5

Longueur (mm)

4482

Largeur (mm)

1703

Hauteur (mm)

1461

Poids (kg)

1155

Tract. non frein. (kg)

570

Réservoir (litres)

55

Pneus AV

195/55 R 15

Pneus AR

195/55 R 15

Volume de coffre

550 dm³

 

Low Cost ?

 

Les prix proposés n’ont pas le niveau des prix pratiqués par Dacia. D’ailleurs, Seat n’a jamais été considérée comme une marque low cost…

Seat Toledo 1.6 TDI 105 ch. 2013

Et jusqu’à présent, il n’est pas question de créer un pendant à Dacia au sein du groupe Volkswagen.