Renault Captur DCi 110 : le même en mieux

Classé dans : Essais - Renault (F) | 0

Avec le Captur, Renault s’est installé en leader du segment B des SUV. La concurrence est rude, mais avec ce restyling, le Captur et prêt pour la bataille.

Remontons quelque peu dans le temps, jusqu’en 2013, l’année qui vit l’arrivée du Captur. Cette voie avait été ouverte par le Nissan Juke et suivie par le Peugeot 2008. Mais aujourd’hui la donne est différente : ce créneau des petits crossovers a été envahi par la concurrence. Nous avons ainsi vu arriver entre autres les Peugeot 2008, Opel Crossland X, Le Seat Arona et aussi le Hyundai Kona.

Le nouveau Look

Renault sait bien que l’on ne change pas de monture en plein galop. Le Captur est donc resté fidèle à lui-même. Cependant Renault cède aussi à la mode du mimétisme entre gamme en reprenant la signature lumineuse en forme de C comme sur les Talisman, Megane et bien sûr le Kadjar, le grand frère de notre Captur. Sa calandre légèrement modifiée et le sabot de protection sur la partie inférieure de son bouclier avant accentue encore son look de baroudeur.

L’évolution intérieure

A l’intérieur les changements sautent aux yeux. La planche de bord a reçu un revêtement moussé pour sa partie haute et on remarquera la boîte à gants « tiroir » héritée de l’Espace.

Cette nouvelle édition du Captur a gardé les qualités de modularité et d’habitabilité du modèle précédent. La banquette reste coulissante ce qui permet aux plus grands d’entre nous de s’installer facilement à l’arrière.

Renault a également décliné le Captur en une version haut de gamme richement dotée, nommée « Initiale Paris« . Son intérieur est recouvert de cuir nappa en deux tons et elle bénéficie de toutes les options de la gamme dont un toit panoramique, d’une caméra de recul et de la connectivité maximale.

On regrettera pourtant l’absence de freinage automatique d’urgence et de régulateur de vitesse adaptatif.

Pour la connectivité, trois solutions sont maintenant proposées qui équiperont les différents niveaux de finitions.

  • La Radio & Go qui utilise le smartphone via une application dédiée
  • Le Media-Nav avec navigation intégrée
  • Le R-Link avec les protocoles Android Auto et Apple Carplay.

Et l’espace de chargement ?

Cet espace varie de 377 à 455 litres selon que le système de double plancher soit installé ou non. Celui-ci permet d’aménager un espace de chargement plat. Le volume peut s’étendre jusqu’à 1235 litres via sa banquette rabattable en deux parties (40/60).

Conduite

Deux motorisations essence sont proposées, le TCE 90 accouplé à une boîte 5 rapports et le TCE 120 avec une mécanique à 6 rapports ou la EDC automatique à 6 vitesses.

En diesel, le DCi 90 à boîte manuelle ou automatique et DCi 110 à boîte manuelle à 6 rapports, dont nous disposions pour notre essai.

Ce dernier produit ses 110 ch à 4000 tr/min. et développe un couple de 260 Nm à 1750 tr/min et répond à la norme de dépollution Euro6b.

Notre Captur DCi 110, n’est certes pas fait pour la vitesse, avec un 0 à 100 km/h en 11,4 secondes et une vitesse maximale de 180 km/h mais avec un couple toujours présent et une bonne réactivité le Captur n’a pas à rougir devant la concurrence.

Au point de vue consommation, le constructeur annonce 3,9 l/100 km et nous avons, lors de notre essai relevé 5,7 l/100 km en usage mixte.

Prix

Le Captur s’affiche à partir de 16.600 € et à ce prix vous aurez le plus bas niveau de finition (Life) en version essence TCE 90. La finition « Intens » plus richement équipée est proposée à 24.050 € avec le DCi 110. Pour la luxueuse « Initiale Paris » il vous faudra débourser 27.450 €.

Conclusions

Pour cette nouvelle mouture Renault a vraiment soigné l’agrément de conduite, ce qui nous donne un véhicule bien insonorisé, confortable au comportement dynamique.

Avec ses atouts que sont sa modularité, son équipement et ses multiples espaces de rangement le Captur est un choix idéal pour les petites familles.

Et grâce à cette cure de jouvence, le Captur est armé pour défendre sa position face à la concurrence du segment B des SUV.

Guy Gysemberg

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

÷ 4 = 2