BREF ESSAI : La Renault Mégane 1.2 TCE 115 ch. le downsizing de la firme au Losange

Classé dans : Essais - Renault (F) | 0

Chez Renault, la réduction de cylindrée devient générale, exit donc le 1.6 16v de 110 ch. (appelé K4M dans le jargon de Billancourt). Celui-ci était déjà présent au siècle passé sur beaucoup de véhicules…

Robuste et fiable, et relativement sobre, il n’était malheureusement plus à la page et les « Euro normes » allaient s’avérer trop sévères à son égard. Comme entrée de gamme, la Mégane hérite ainsi d’un nouveau moteur Energy 1.2 TCe de 115ch.


Renault Energy 1.2 TCe 115 ch.


Sera-t-il aussi vaillant que son prédécesseur ?


Performances supérieures, mais cylindrée réduite

 

D’après ses concepteurs, le nouveau Energy 1.2 TCe 115 ch. offre des performances supérieures d’environ 25 % par rapport à son prédécesseur, le 1.6 16v 110 ch.

Renault Energy 1.2 TCe 115 ch.

Grâce à un turbo et à l’injection directe de carburant, il affiche une puissance de 115 ch. Tout comme le 1400 TCe essayé précédemment, ce 1198 cm³ dérive d’un moteur Nissan, il n’a donc rien à voir avec le 1.2 TCe 100 ch. (1149 cm³) qui équipe encore les Twingo, Modus et Clio III.

Pour obtenir cette puissance élevée, il a bénéficié de l’expertise de Renault Sport F1, citons par exemple :

  • une architecture carrée (72.2 x 73.2 mm),
  • une chasse aux frottements pour limiter les pertes en énergie, comme une pompe à huile à pression d’huile variable, une chaîne de distribution à bas frottements, des jupes de piston graphitées et comme sur les F1, un revêtement DLC (Diamond Like Carbon) sur les poussoirs des arbres à cames,
  • l’injection directe d’essence pour optimiser son rendement,
  • une distribution variable à l’admission comme à l’échappement, (Variable Valve Timing),
  • une suralimentation par turbo-collecteur intégré,
  • un Stop & Start rapide reprenant le principe « i-stop » de Mazda, ce système détecte la position exacte des pistons et permet d’injecter le carburant dans le cylindre le plus favorable. Par analogie, Renault le décrit en se référant au démarrage à vélo (pédale en position haute).

Renault Energy 1.2 TCe 115 ch.

Ainsi fignolé, ce moteur développe 115 ch. à 4500 rpm et un couple de 190 Nm entre 2000 et 4000 rpm et dont 90 % sont disponibles dès 1500 rpm. ce qui est digne d’un bon moteur 2 litres.

Quant aux émissions de CO2, elles se situent à 119 g/km.

Renault annonce que ce moteur est le premier d’une lignée qui représentera 85% des moteurs essence de la firme au Losange d’ici 2015.

 

Son essai

 

Notre rédaction a pu essayer ce moteur sur une Mégane Energy 1.2 TCE 115 GT Line 2012. Par rapport aux Mégane essayées précédemment, celle-ci présentait la finition GT Line.

Renault Mégane Energy 1.2 TCe 115 ch. 2012

Discrète et chic, cette finition dispose d’une nouvelle grille de calandre où sont intégrés des feux diurnes à DEL en forme de boomerang.

Renault Mégane Energy 1.2 TCe 115 ch. 2012

A l’intérieur, les pitoyables compteurs digitaux ont été remplacés par de jolis compteurs à aiguilles, comme sur les RS.

En outre, la suspension reçoit les mêmes réglages que le coupé, elle est donc plus dure, mais aussi plus efficace !

Renault Mégane Energy 1.2 TCe 115 ch. 2012

Une fois le moteur lancé, ce qui frappe le plus, c’est son silence de fonctionnement : après l’essai d’un véhicule diesel, le contraste est frappant : il est heureux que le compte-tours témoigne que le moteur tourne !

Renault Energy 1.2 TCe 115 ch.

Assez amorphe sous les 2000 rpm, le moteur se réveille plus haut dans les tours pour se montrer au mieux de sa forme vers 3000 rpm. Il faudra donc composer avec ce handicap lorsqu’il faudra relancer l’engin.

Heureusement car la boîte à six vitesses manuelles se manie beaucoup plus facilement que l’ancienne boîte cinq.

Hélas, les 5ème et 6ème rapports sont trop long pour donner une réponse énergique au moteur : à 120 km/h, il ne tourne qu’à 2500 rpm ! La côte de Barchon impliquera un rétrogradage assuré !

Très élastique, ce moteur reste cependant agréable mais nous aurions pensé qu’il allait se montrer plus sobre : sur route, nous avons noté une consommation moyenne de 6,7 l, soit 1 l en plus que le 1.0 L Ecoboost 100 ch. de Ford que nous avons essayé une semaine plus tard sur un parcours assez similaire.

Renault Mégane Energy 1.2 TCe 115 ch. 2012

En outre, par rapport au 1.2 TSI 105ch. de VW, il nous a semblé disposer de moins de tonus en reprise, un comble pour moteur de la famille « Energy » !

 

Qu’en penser ?

 

Par rapport à l’ancien 1,6 L, les progrès sont indéniables.

Très silencieux, même si nous avons espéré une sobriété frugalité plus nette; ce nouveau bouilleur s’acquitte honorablement de sa tâche.

Sans s’avérer le meilleur de la classe, sa consommation normalisée lui permet de revendiquer des émissions de CO2 de 119 g/km.

Renault Mégane Energy 1.2 TCe 115 ch. 2012

En outre, la Megane lui offre un nacelle de choix qui lui permettra d’encore évoluer : il pourrait d’ailleurs très bien s’imaginer avec la boîte à double embrayage EDC…

Pour un conducteur qui roule moins de 20.000 km par an, ce choix s’avère donc plus judicieux qu’un 1.5 dCi 115 ch. de tarif légèrement plus élevé.

Renault Mégane Energy 1.2 TCe 115 ch. 2012

Reste son prix qui, débutant à 22.000 EUR, fait payer cher ses technologies de pointe. Notons aussi que la Focus 1.0 Ecoboost 100 essayée par la rédaction était 800 EUR moins chère. Chez VW, il apparaît que la Golf 1.2 TSi 105 ch. débute à moins de 20.000 EUR.