ESSAI : Le Kangoo ZE : une alternative tout à fait sérieuse !

Classé dans : Essais - Renault (F) | 0

Après un premier essai avec l’atypique Fluence Z.E., Renault poursuit l’expérience électrique avec, entre autre, le Kangoo Z.E.

Renault Kangoo Z.E. 2012


Se définissant comme un véhicule utilitaire léger, sera-t-il plus utilisable que la Fluence Z.E. ?


Un autre débouché

 

Contrairement aux ventes de voitures électriques destinées aux particuliers qui semble faire du sur-place, le secteur des véhicules utilitaires semble être plus apte à croire en cette solution.

En effet, mis à part les représentants, le particulier n’utilise son véhicule que de manière accessoire, en revanche, la plupart des entreprises connaissent des besoins plus marquants voire vitaux en matière de mobilité.

En ville, le choix d’un utilitaire à propulsion électrique peut apparaître plus tangible pour ne pas dire plus approprié.

Renault Kangoo Z.E. 2012

Renault a donc diversifié son offre en proposant un Kangoo mû par un moteur électrique développant 60 ch.

Proposé en deux carrosseries (Kangoo et Kangoo Maxi), cet utilitaire a l’avantage de ne perdre aucun volume de chargement par rapport à sa version thermique (de 2,4 à 4,6 m³ et même charge utile de 650 kg).

Renault Kangoo Z.E. 2012

Le Kangoo Z.E. n’est reconnaissable qu’à l’absence de pot d’échappement et au badge chromé « Z.E. » fixé à l’arrière.

Renault Kangoo Z.E. 2012

Vestige de son passé thermique, la trappe à carburant subsiste sur l’aile arrière gauche. En revanche, la trappe de charge est située à l’avant près de l’optique droit et, pour les distraits, elle est estampillée « Z.E.« 

Renault Kangoo Z.E. 2012

Faire des livraisons en ville en toute liberté avec une conduite silencieuse et souple et offrant un couple de 226 Nm disponible dès les premiers tours de roue ainsi qu’une accélération sans à-coups grâce à l’absence de passage de vitesse, voilà ce que le constructeur au losange invoque dans sa publicité.

La vérité n’est pas loin, la rédaction a essayé une version fourgonnette à deux places à vocation transport de marchandises.

Renault Kangoo Z.E. 2012

L’habitacle est séparé de l’espace d’entreposage par une cloison avec lucarne.

Comme pour la version thermique, le volume atteint 3,5 m³ et sa largeur autorise le chargement d’une europalette.

On accède au fourgon par deux portes battantes arrière asymétriques ainsi que par une porte latérale coulissante placée à droite.

Renault Kangoo Z.E. 2012

Par rapport au Kangoo « normal« , l’habitacle n’a subi que peu de modifications : seul le tableau de bord a été modifié et intègre de chaque côté du compteur de vitesse deux nouveaux cadrans spécifiques à ce mode de propulsion, à savoir une jauge du niveau de charge de la batterie et un économètre.

Renault Kangoo Z.E. 2012

Ce dernier montre la consommation d’énergie en fonction de la couleur : le bleu clair indique une utilisation normale, le bleu foncé une utilisation optimale et le rouge une surconsommation impliquant de facto une chute de l’autonomie.

Quant à la sécurité, le Kangoo thermique avait récolté en 2008 quatre étoiles aux tests Euro-NCAP. A l’époque, les tests avaient démontré des faiblesses au niveau de la protection du thorax des passagers avant.

Espérons qu’en quatre ans, Renault ait pu améliorer ce score.

Notons aussi que l’entretien d’un véhicule électrique est moins onéreux et que chez Renault, les batteries Lithium Ion font l’objet d’une location qui va de paire avec une assistance en cas de panne ou de décharge complète de la batterie.

 

Une autonomie pour la ville

 

En ville, une fourgonnette de livraison n’effectue pas de longs trajets. En revanche, ceux-ci sont fréquents et chaque démarrage est énergivore et… polluant !

L’adoption d’un véhicule électrique semble donc être une solution.

D’après une étude interne de Renault, 70 % des conducteurs de fourgonnettes parcourent moins de 100 km par jour. Proposant 170 km d’autonomie, le Kangoo Z.E. couvre donc ces besoins.

Renault Kangoo Z.E. 2012

A son bord sa conduite est facilitée par l’absence de boîte de vitesses manuelle. ses accélérations sont franches et malgré ses 60 ch., elle s’insère parfaitement dans le trafic urbain. Contrairement aux véhicules thermiques, plus le trafic est dense et embouteillé, plus la consommation en électricité est faible.

En outre, grâce au système de récupération d’énergie à la décélération, on augmente l’autonomie en rechargeant la batterie.

Renault Kangoo Z.E. 2012

L’essai sur Bruxelles a été probant, les déclivités de la capitale permettent d’augmenter un tant soit peu l’autonomie.

De même, quand un ralentissement apparaît, le simple relâchement de la pédale met en action le frein moteur. Comme sa puissance est plus importante que pour un véhicule à moteur thermique, les feux stop s’allument.

En somme, c’est un peu comme le vélo, après l’effort de la côte, les gambettes se requinquent dans les descentes… De même, la nuit, on récupère dans son lit tandis que la voiture électrique est mise en charge…

Renault Kangoo Z.E. 2012

Par rapport au Kangoo traditionnel,  sa conduite donne le même ressenti : seuls les freins puissants exigent une adaptation. Au terme d’un parcours exclusivement citadin de ± 80 km à une vitesse moyenne de 24,6 km/h, le Kangoo Z.E. a consommé une moyenne de 13,2 kW/_100 km

Quant à la climatisation, vu le climat début août, elle n’a pas fonctionné… mais il est évident que sa mise en route diminuera substantiellement son autonomie (± 150 km sur notre exemplaire).

 

Données techniques

(fichier Acrobat® à télécharger)

Dimensions Kangoo 

Dimensions Kangoo Maxi

Caractéristiques techniques

 

Qu’en dire ?

 

Beaucoup plus abouti que la Fluence Z.E. ou le Twizy, le Kangoo Z.E. apporte une solution crédible au transport et la livraison de marchandises en milieu urbain et ce, d’autant plus que deux capacités de chargement sont proposées.

Renault Kangoo Z.E. 2012

En outre, l’offre ne se limite pas aux entreprises privées : les services publics comme la poste, les communes, les pompiers ou même la police sont susceptibles de devenir des clients convaincus pour ne pas dire branchés…