Essai : La Renault Fluence ZE, déconcertante…

Classé dans : Essais - Renault (F) | 0

Avec un plus de 4,75 m de long et un coffre ridicule de 317 dm³, on se demande qui sera le futur propriétaire de ce véhicule assez antinomique.

Renault Fluence ZE 2012

C’est peut-être oublier un peu vite qu’il fut à la base du programme « Zero Emission » (ZE) de Renault. Véritable laboratoire roulant, ses prototypes ont sillonné les routes de France et de Navarre afin de récolter le plus de données possible pour implémenter au mieux l’électricité à l’automobile.


Une Fluence ? Oui, mais rallongée !

 

Pour les véhicules électriques, deux options s’affrontent : soit, comme pour la Nissan Leaf, partir d’une feuille blanche et créer un véhicule où tout est pensé en fonction de l’électricité soit comme pour la Fluence ou la future Ford Focus, partir d’un véhicule thermique existant et de l’adapter au mieux pour ce nouveau mode de propulsion.

Il est évident que cette seconde option est moins innovatrice, en revanche, elle est peut-être moins onéreuse à réaliser…

Renault Fluence ZE 2012

Par rapport à sa sœur thermique, la Fluence ZE s’est vue rallongée de 13 cm afin d’installer dans le coffre ses 280 kg de batteries.

Renault Fluence ZE 2012

Ce dernier ne fait plus que 317 dm³ alors que sa version essence (pourtant plus courte) se targue de posséder une véritable soute de 530 dm³ ! En outre, l’emplacement des batteries interdit toute augmentation de sa capacité par rabattage du dossier des sièges arrière. Et si cela ne suffisait pas, le coffre se voit également encombré par deux sacs souples qui renferment les câbles électriques de recharge (charge rapide et domicile). Toujours à propos du coffre, son couvercle ne possède pas de poignée pour son maniement, il faudra donc le saisir en se salissant !

Renault Fluence ZE 2012

Notons cependant que Renault a eu l’excellente idée de prévoir à chaque aile avant un portillon pour la recharge : bien vu !

Renault Fluence ZE 2012

Malgré l’augmentation du porte-à-faux arrière, sa silhouette ne semble heureusement pas trop dénaturée. Avec ses 4,75 m, elle dépasse à présent la Laguna de 5 cm et se rapproche même de la Latitude (4,89 m).

Renault Fluence ZE 2012

En ce qui concerne l’intérieur, les changements sont minimes : la Fluence mettra certainement plus vite en confiance son futur propriétaire qu’une Nissan Leaf !

Renault Fluence ZE 2012

En effet, l’incursion de l’électricité s’est limitée au stricte minimum : des compteurs cerclés de bleu, deux jauges spécifiques (autonomie et puissance instantanée utilisée) et un ordinateur de bord adapté à ce mode de propulsion.

Renault Fluence ZE 2012

La voiture dispose d’une transmission automatique dont le levier est tout à fait traditionnel.

Renault Fluence ZE 2012

Quant à la place à l’arrière, elle est indirectement proportionnel à la capacité du coffre… Elle est donc royale !

Renault Fluence ZE 2012

L’équipement est celui de la Fluence : suivant la version choisie, elle peut disposer d’un GPS combiné à une connectivité Bluetooth® mais elle ne dispose pas du système « Keyless »* cher à Renault, de rétroviseurs extérieurs rabattables électriquement, d’un rétroviseur intérieur électrochromatique et le frein à main est – heureusement – encore manuel. Notons que celui-ci cache en partie la lecture de la molette et des boutons de réglage du GPS.

 

* Système de vérouillage/_dévérouillage et démarrage sans clé

 

Renault Fluence ZE 2012

Donc, assez paradoxalement, l’équipement de ce véhicule à la technologie avant-gardiste est en retrait par rapport aux autres produits de la gamme Renault…

Quant à la sécurité, elle est également en régression : la Fluence ne récolte que quatre étoiles aux tests Euro-NCAP. La construction du tableau de bord peut occasionner des blessures aux fémurs ainsi qu’au bassin des passagers avant. Des lésions ont été constatées au niveau du thorax lors du délicat test du poteau latéral. En outre, la protection contre le coup du lapin s’avère faiblarde.

 

Une autonomie de calèche

 

Renault Fluence ZE 2012Suivant les normes européennes « NEDC« , l’autonomie de la Fluence Z.E. s’élève à 185 km.

 La réalité est malheureusement tout autre : au départ de notre essai, celle-ci avoisinait les 150 km, mais après avoir parcouru 70 km, l’autonomie restante frôlait les 50 km… mais où sont donc passés les 30 km ?

Notons aussi que nous avons procédé à une charge pendant environ 1h30, ce qui a permis de récupérer une petite vingtaine de kilomètres…

Décidément, le calcul de l’autonomie « NEDC »* est vraiment étranger à l’arithmétique…

 

*  NEDC: ‘New European Driving Cycle’, cette norme européenne de mesure est une méthode normalisée de mesure basée sur des tests d’essais identiques pour tout type de véhicule en Europe.

 

Au niveau des déplacements citadins, il faut malgré tout reconnaître que la Fluence a atteint ses objectifs : avec son couple de 226 Nm disponible immédiatement, il n’est pas rare de faire cirer les roues au démarrage !

Cette vivacité est très plaisante, notamment quand il faut s’extirper rapidement d’un carrefour !

Ce dynamisme en a épaté plus d’un ! D’autant que cet allant surprenant s’effectue dans un silence à peine perturbé par des bruits de vent. A partir de 60 km/h, un sifflement « extraterrestre » se fait entendre dans l’habitacle : surprenant !

Renault Fluence ZE 2012

Hélas, cette vitalité s’étiole au fur et à mesure que la vitesse augmente : il est vrai que la vitesse maximum n’est que de 135 km/_h , pas de quoi affoler les radars !

Sur routes sinueuses, la Fluence donne confiance. Cependant, si l’on force l’allure, elle se vautre plus que nécessaire : c’est plus spectaculaire que véritablement dangereux… Disons que cela nous ramène trente ans en arrière !

Son moteur électrique fournit une puissance de 95 ch. aux roues avant, quant à son poids, il dépasse allègrement les 1,6 T, ce qui n’est pas rien !

 

Données techniques

 

Dimensions à télécharger

Spécifications techniques à télécharger

 

Qu’en dire ?

 

Beaucoup moins déroutante que la Nissan Leaf, elle est aussi moins pratique : non seulement sa puissance est moindre mais son encombrement ne la prédestine pas comme véhicule essentiellement urbain…

Cependant, vu sa faible autonomie, c’est le seul endroit où elle peut montrer ses aptitudes !

Renault Fluence ZE 2012

Certes son confort et la place proposée à l’arrière sont dignes d’une limousine, mais hélas, la faible capacité du coffre ne permettra que difficilement une utilisation familiale ou comme taxi !

Comme toutes les Renault à propulsion électrique, les batteries sont louées pour un montant dépendant du kilométrage parcouru annuellement. Il vous en coûtera de 82 à 168 EUR par mois. Notons que cette location inclut aussi une assistance en cas de panne.

Renault Fluence ZE 2012

Il faut considérer la Fluence ZE comme la première phase de l’engagement de Renault dans le véhicule électrique.

Pas assez aboutie pour devenir incontournable dans ce nouveau marché, la Fluence ZE reste néanmoins une étape significative de son engagement dans ce nouveau mode de propulsion.