ESSAI : Le Renault Captur, un look « captivant »

Classé dans : Essais - Renault (F) | 0

Après l’essai du Peugeot 2008, quoi de plus naturel d’essayer son rival le plus proche : le Renault Captur.

Renault Captur 1.5 dCi 90 2013


De forme plus râblée, le Captur prétend offrir à la fois une allure plus jeune et une plus grande praticité que son challenger hexagonal.

Mais qu’en est-il vraiment ?

 


Plus qu’une Clio surélevée

 

Malgré sa garde au sol de 20 cm, le Captur n’est proposé qu’en traction avant : reconnaissons que ce genre de véhicule très tendance se croisera surtout dans les villes et non chez un garde-chasse à Saint Hubert !

Renault Captur 1.5 dCi 90 2013

Même si les designers de Renault ont fait du bon boulot, la parenté du Captur avec la Clio reste indéniable : leur plateforme est commune. Ses formes sont équilibrées et dégagent une impression de robustesse.

Grâce à une offre de personnalisation plus pointue, il est possible de s’offrir une couleur biton différenciant le pavillon et les montants du reste de la carrosserie.

Renault Captur 1.5 dCi 90 2013

Garé sur la Place du Roi Albert à Marche-en-Famenne, notre modèle de couleur « Orange Arizona » avec un toit noir brillant a d’ailleurs beaucoup attiré l’attention des passants en cette fin d’année.

Il est aussi possible de compléter l’individualisation par un des trois packs de stripings à coller sur le capot, le toit et le hayon… mais comme pour le Kia Soul, c’est peut-être un peu « too much« .

Renault Twingo 1994

Par le nombre de rangements, l’habitabilité et la position de conduite, l’habitacle s’identifie plus à celui d’un monovolume.

Renault Captur 1.5 dCi 90 2013

En outre, il propose des solutions originales comme, entre autre, une boîte à gants d’une capacité de 11 dm³ s’ouvrant comme un tiroir, un rangement amovible entre les sièges avant et un autre à couvercle disposé au sommet de la planche de bord, une sellerie aux couleurs sympathiques avec des housses dézippables, lavables en machine et remplaçables, des aumônières (1) très « design« , une banquette arrière coulissable sur 16 cm, un coffre modulable avec double plancher proposant un intéressant volume de 377 à 455 dm³.

Renault Captur 1.5 dCi 90 2013

 

(1) Filet et élastiques de rangement au dos des sièges conducteur et passager avant

 

Renault Captur 1.5 dCi 90 2013

Par rapport à la Clio, les sièges sont 10 cm plus hauts et proposent une position de conduite haute.

Malgré leur assise courte ils maintiennent suffisamment le corps, grâce aussi au roulis modéré du Captur. L’accès et le démarrage sans clé sont de série sur toute la gamme et la carte « mains libres » est disponible dès le deuxième niveau d’équipement (Zen)

Renault Captur 1.5 dCi 90 2013

L’instrumentation reprend sensiblement celle que nous avions découverte dans la Clio : comme cette dernière, le traditionnel tachymètre à aiguilles est remplacé par un écran décimal particulièrement lisible mais auquel il faudra s’habituer.

Renault Captur 1.5 dCi 90 2013

Quant au multimédia, le tableau de bord du Captur en version « Intens » présente un écran tactile de 7″ (18 cm) relié à MEDIA-NAV et Renault R-Link. Ce dernier (en option) donne accès à une vingtaine d’applications. Actuellement, une cinquantaine d’offres sont proposées sur un catalogue évolutif.

Les commandes du système média peuvent non seulement s’effectuer via un satellite placé derrière le volant vers 5 heures et mais aussi par commande vocale.

Le Captur dispose d’un limiteur et régulateur de vitesse et d’essuie-glaces à détecteur de pluie. Et comme d’habitude chez Renault, les commandes relatives au « cruise control » sont éparpillées à la fois sur le volant et à droite du frein à main, juste à côté de la commande du mode « Eco« .

Renault Captur 1.5 dCi 90 2013

La visibilité extérieure est bonne, mais un toit panoramique comme son compère, le 2008, lui est refusé. Le radar de recul (signal sonore), la caméra de recul couplée avec MEDIA NAV ou R-Link et les rétroviseurs rabattables électriquement sont disponibles en « Pack City » pour moins de 600 EUR. Signalons aussi la présence d’un  » Hill Start Assist » pour faciliter le démarrage en côte.

Au niveau sécurité, comme il est maintenant de tradition chez Renault, le Captur s’est vu octroyer cinq étoiles aux tests Euro-NCAP avec 88% pour les passagers adultes, 79% pour les enfants mais seulement 61% pour les piétons.

Notons aussi des faiblesses au niveau des tests relatifs au coup du lapin et de la collision avec un poteau latéral.

 

Sur route

 

Notre exemplaire était propulsé par le légendaire 1.5 dCi Energy développant ici 90 ch. à 4000 rpm.

Renault Captur 1.5 dCi 90 2013

Disposant d’une boîte cinq vitesses, ce moteur, même s’il est bruyant, fait preuve de bonne volonté et reste sobre : 4,8 litres aux cent au terme d’un essai de plus de 700 km a démontré son faible appétit.

Renault Captur 1.5 dCi 90 2013

Toutefois, son réservoir de 45 litres nous paraît un peu menu : 5 litres supplémentaires aurait été peut être bienvenus et permettraient une autonomie de plus de 100 km. En ville, il faut tabler sur une consommation d’un peu plus de six litres aux cent.

Sur routes vallonnées et sinueuses, les 90 ch. peuvent paraître un peu justes d’autant plus que les 220 Nm disponibles dès 1750 rpm auront fort à faire pour déplacer les 1250 kg (à vide) du Captur.

Signalons ici que le Peugeot fait une bonne centaine de kilos en moins !

Renault Captur 1.5 dCi 90 2013

Aidé par un témoin de changement de vitesse, le levier de vitesse égrainera correctement les rapports, mais la marche arrière devra être bien décomposée.

Notre exemplaire disposait d’un système Start&Go. Moins déroutante que le 2008, la direction à assistance variable électrique du Captur est précise et son volant classique (réglable en hauteur et en profondeur) n’effarouchera pas le père de famille traditionaliste, en revanche, la partie « chrome/noir brillant » de son revêtement n’est pas très agréable au toucher.

Renault Captur 1.5 dCi 90 2013

Sa conduite fait preuve de stabilité, ce qui honore sa vocation familiale. Néanmoins, le confort de sa suspension nous semble plus dur que son challenger français, mais par rapport à son cousin japonais le Nissan Juke, c’est un vrai pullman !

 

Spécifications techniques

 

Fichier Acrobat® à télécharger

Renault Captur 1.5 dCi 90 2013

 

Qu’en dire ?

 

Plus « flashy » que son homologue de Sochaux, le Captur exprime la vision « Renault » du cross-over (2) . Très pratique par ses nombreux rangements dont 27 dm³ fermés, il offre aussi un volume de chargement supérieur à ses concurrents, qu’ils soient français ou étrangers.

 

(2)

Sur le marché européen, les cross-overs représentent 8% du segment des petites voitures (segment B). Ce segment est dominé à 74% par les berlines, tandis que les monospaces comptent pour un peu moins de 11% et les breaks pour un peu plus de 5%. Coupés et cabriolets réunis se partagent les 2% restants.

En 2012, les cross-overs représentaient un volume annuel de l’ordre de 257.000 véhicules.

En 2013, leur part devrait presque doubler sur le segment pour atteindre 14% et ce, au détriment des monospaces.

 

Renault Captur 1.5 dCi 90 2013

Même si celui-ci n’a pas la qualité de finition de certains concurrents, son habitacle est nettement plus « vivant« .

D’un prix très semblable au Peugeot (de 17.000 à 21.000 EUR pour la version diesel), il ravira le père de famille qui souhaite sortir de la banalisation du segment B tout en conservant son habitabilité et sa modularité.

En outre, sa position haute sera appréciée par nos seniors !