ESSAI : Renault Wind : Dans le vent…

Classé dans : Essais - Renault (F) | 0

Avec sa drôle d’allure d’insecte, les opinions à son égard sont tranchées : on aime ou on n’aime pas… mais il faut saluer l’audace de Renault d’avoir osé proposer un véhicule décapotable aussi éloigné des canons esthétiques en vigueur.

 

Renault Wind 2010



Une carrosserie décoiffante.

 

Avec ses 3,83 m, la Renault Wind propose un nouveau concept baptisé « Coupé-Roadster« . Son capot plongeant et ses phares en amandes montrent une certaine parenté stylistique avec la Twingo.

Pourtant, sa plate-forme provient de la Clio 2 RS. Son pare-brise semble moins incliné que les véhicules découvrables concurrents, ce qui permet en principe une meilleure accessibilité aux sièges.

Renault Wind 2010

Latéralement, un écusson révèle l’axe de rotation du toit qui se déploie ou se rabat en un peu plus de dix secondes (12 secondes).
Le mécanisme d’ouverture qui fait l’objet d’un brevet, ne pèse pas plus de 22 kg, ce qui est un record.
Ce dernier n’empiète pas le coffre mais se niche dans un logement prévu à même le couvercle d’où émerge un double bossage qui prolonge les deux appuis-tête.

Renault Wind 2010

 

Renault Wind 2010

 

Renault Wind 2010

Soulignons aussi que les 270 l de volume de coffre sont constants et qui, contrairement aux 207 CC ou Mégane CC, ne dépendent pas du déploiement ou non du toit ouvrant.

Renault Wind 2010

Ce lourd coffre se voit habillé d’un becquet intégré et son ouverture est heureusement compensée par deux vérins.

 

Un intérieur très intime

 

Avec sa ceinture de caisse haute et l’arceau fixe à l’arrière, les passagers se sentiront peut-être confinés dans un habitacle où certaines commandes sont reprises de la Twingo.

Notons cependant le peu d’espace de rangement.

Renault Wind 2010

Le volant est réglable en hauteur mais hélas, pas en profondeur.

Renault Wind 2010

Les sièges baquets soutiennent bien le corps et le chauffage est performant si l’envie vous prend de rabattre le toit par temps frisquet.

Renault Wind 2010

Sur autoroute, les bruits de vent et les courants d’air seront au rendez-vous au point où il vous faudra trouver une aire de stationnement afin d’y rabattre le toit. Opération qui s’effectue dans un minimum de temps mais qui exige l’arrêt complet du véhicule ainsi que le verrouillage du frein à main.
Avant de vous remettre en route, n’oubliez pas de verrouiller le toit en tournant la poignée située au niveau du rétroviseur !

Signalons qu’un signal sonore informe de la fin de la manœuvre auquel s’ajoute un message confirmation sur l’ordinateur de bord.

Renault Wind 2010

L’instrumentation est relativement complète : on y découvre des connexions USB et Bluetooth, un système d’allumage automatique des phares, des essuie-glaces à détecteur de pluie, un limiteur-régulateur de vitesse, mais pas l’ombre d’un GPS.

Renault Wind 2010

La visibilité avant est relativement bonne, en revanche, la vision latérale et arrière souffre du style imposé à la Wind. La petite lucarne arrière qui devrait s’appeler plutôt « meurtrière », ne permet pas une vision arrière satisfaisante.
De plus, les plis latéraux du couvercle du coffre obstruent franchement la visibilité trois quart arrière à un point où il est même dangereux de changer de bande de circulation.

On obtient le même constat quand il faut se garer, l’option radar de recul s’avère pratiquement indispensable.

Renault Wind 2010

Au niveau de la sécurité active, la Wind n’est pas en reste : elle possède l’ ABS avec répartiteur électronique de freinage EBV, une assistance au freinage d’urgence et l’ESP avec fonction de contrôle de sous-virage et système antipatinage ASR.

Quant aux motorisations, deux mécaniques essence sont proposées :

  • Le TCe 100 de 101 ch. (74 kW) à 5500 rpm avec un couple maximum de 152 Nm à 3500 rpm grâce à la présence d’un petit turbo à faible inertie.
    Suivant Renault, ce petit moteur permet ainsi d’afficher la puissance d’un moteur 1400 cm³ et le couple d’un moteur 1600 cm³, avec la consommation d’une motorisation 1200 cm³.
  • Le 1.6 16V K4M RS atmosphérique développé par Renault Sport Technologies (RST) développant une puissance de 133 ch. (98 kW) à 6750 rpm pour un couple maximum de 160 Nm à 4400 rpm. A noter que ce moteur est aussi disponible sur la Twingo RS

Renault Wind 2010

Ces deux moteurs ont été essayés par votre serviteur.

 

Agile la Wind !

 

Les deux traits marquants de cette voiture sont l’agilité et l’endurance au freinage. Les routes sinueuses sont un vrai mets de choix pour la Wind : faites toutefois attention à ce caractère joueur, car avec son châssis spécialement étudié par RST, la 1.6 16V peut décrocher sans crier gare…

Renault Wind 2010

Quant aux moteurs, disons toute suite que le moteur le plus puissant (1.6 16V) ne se dévoile qu’aux alentours de 4000 rpm, ce qui vous obligera à monter en régime pour obtenir toute sa quintessence… et ce, jusqu’au rupteur situé à 7000 rpm !

En revanche, le 1200 TCe n’a pas ce tempérament de feu, son couple (presque identique à celui de son grand frère) est obtenu à pratiquement 1000 rpm plus bas, il s’ensuit un caractère plus souple qui, ma foi, convient mieux à une conduite coulée avec le toit décapoté…

Renault Wind 2010

Quant aux consommations, elles dépendent naturellement du pied droit du conducteur : son caractère enjoué et l’acoustique particulièrement rageuse de l’échappement de la Wind 1.6 16V vous rappelleront, mais un peu tard, que les 1250 kg de la voiture exigent leur ration de 98 octane : voisiner les 10 litres aux cent est à ce moment vite atteint.

Toutefois, avec un pied plus conforme aux attentes écologiques de la planète, la consommation accrochera les 7,5 litres aux cent.

En ce qui concerne le 1200 TCe, son appétit est naturellement plus mesuré… Bien qu’avec 6,8 l sur des parcours variés comprenant des incursions citadines agrémentées de quelques bouchons, on ne peut pas parler véritablement de sobriété.

Renault Wind 2010

 

Données techniques

 

Spécifications à télécharger

Prix (01/05/2010)

Au propre comme au figuré, la Wind décoiffe : son allure très peu conventionnelle attire les regards. Grâce à son coffre équivalent à celui d’une Clio et dont le volume est indépendant de la position du toit, on peut entamer un voyage décapoté avec plus qu’une brosse à dents comme bagage…

Décalé, ce roadster permet de vivre autrement, mais il faudra cohabiter avec des défauts engendrés par le concept même de la Wind : notons ici une visibilité arrière déplorable, une suspension dure, des remous de vent digne d’un Fokker de la Grande Guerre, etc…

Renault Wind 2010

Bref, ce joujou est attachant mais très peu fonctionnel…
Mais, est-ce bien cela que l’on exige d’un jouet ?

 

Photos FP