Essai : 2007 Porsche Boxster S.

Classé dans : Essais - Porsche (D) | 0

Encore meilleur que précédemment!

Lancé en 1996, le Porsche Boxster a immédiatement fait l’unanimité. Seule, sa motorisation (Boxer Six de 2,5L de 204 CV) paraissait, vu les qualités du châssis, un peu mesurée.

Dès 1999, le Boxster se voit offrir un 2,7 L de 220 CV, alors qu’une première version Boxster S de 3,2 L et 252 CV est présentée en parallèle. A nouveau, le succès est immédiat, à un point tel que, pour la première fois, la Porsche 911 est réellement contestée par certains porschistes. Il est vrai que le rapport poids/_puissance du Boxster S de 1999 avoisinait les 5 kg/CV, pour 4,4 kg/CV pour la 911.

Fin 2004, le Boxster reçoit ses premières modifications importantes. Moteurs et châssis subissent de nombreuses améliorations. Le 2,7 L du Boxster passe à 240 CV, alors que le 3,2 L du Boxster S passe à 280 CV.

Pour le millésime 2007, le moteur du Boxster gagne encore 5CV (245 CV), alors que le Boxster S reçoit la mécanique du Cayman S (3,4 L de cylindrée, 295 CV (+15 CV) et un couple de 340 Nm). C’est cette dernière version que nous avons eu le plaisir d’essayer.

Voiture d’essai.

Notons d’emblée que derrière une agressivité visuelle notoire, cette altière sportive est également un cabriolet de charme.

Entièrement automatisée, la capote disparaît en 12 secondes sous un couvre-capote, même quand la voiture est en mouvement, et ce jusqu’à 50 km/h.

Remarquons, qu’il n’existe pas de Boxster à toit rigide escamotable par la volonté de Porsche, d’une part, parce que la capote se révèle très hermétique, et d’autre part, parce qu’un toit rigide viendrait empiéter sur l’espace de rangement dans le coffre, ce que ne souhaite vraisemblablement pas la clientèle.

L’habitacle, d’une sobriété de bon aloi et d’une qualité quasi irréprochable, manque, pour les personnes de grande taille, d’un peu d’ampleur.

Les sièges sont enveloppants et d’excellent maintien latéral. Les commandes sont disposées de manière ergonomique, à portée de main, et l’imposant compte-tours positionné au centre du combiné d’instrumentation rappelle, si besoin en est, que le Boxster S se plait à « vibrer » à la limite de la zone rouge.

Cette sportive est une des rares capable de recevoir 280 litres de bagages grâce à ses deux coffres, à l’avant et à l’arrière.

Moteur

Porsche préfère l’évolution à la révolution de ses véhicules. Chaque année-modèle a amené ses modifications, plus ou moins importantes. Mais il a fallut attendre 2005 pour que le Boxster subisse une première refonte importante (à près de 80%) du châssis.

Pour 2007, au niveau des moteurs, Porsche a conçu, sous la direction de l’ingénieur Martin Constien, de nouvelles mécaniques pour sa « petite » sportive : un 2,7L pour la Boxster et un 3,4L pour la version S. Les ingénieurs responsables du projet se sont attachés tout particulièrement à améliorer l’aspiration et la dispersion de l’air dans les culasses.

Cela les a conduit à utiliser un nouveau système de calage variable qui se compose de deux tiges de soupape de dimensions différentes et dont l’engagement est contrôlé électroniquement. La plus petite fonctionne quand le moteur tourne au ralenti ou à vitesse constante tandis que la plus grande se met à fonctionner à l’accélération, permettant ainsi une plus grande rentrée d’air.

En ce qui concerne la puissance du moteur, les ingénieurs ont modifiés les tubulures d’admission pour faciliter et augmenter le flot d’air vers les chambres de combustion, on a également monté deux clapets à l’intérieur des tubulures ; tout ceci permettant d’augmenter la puissance du moteur pour une consommation de carburant plus adéquate.

Tout le système est contrôlé électroniquement augmentant de cette façon le débit et la pression d’air à la hauteur de la soupape d’admission, on obtient donc une meilleure combustion ainsi qu’une augmentation de la puissance.

Le nouveau 3,4L du Boxster S fournit donc 295 CV à 6250 tr/min.

Remarquons encore qu’une attention toute particulière fut apportée au système de refroidissement de la voiture de même qu’aux freins et à la suspension afin de supporter l’augmentation de puissance.

Lorsque l’on monte un peu dans les tours afin de tirer la quintessence du 3,4L nous avons à faire là à une véritable usine à sensations ! Ce moteur est une invitation au plaisir, il aime grimper très haut dans les tours dans un déchirement sonore fabuleux et retrouve sa voix sourde et caverneuse aux alentours des 2000 tr/min.

Soulignons encore, que le VarioCam Plus est dès à présent la règle générale pour le Cayman et le Boxster. Ce système de calage variable de l’admission et de la levée des soupapes a différents rôles dans la mécanique des Flat Six.

Le premier régule le fonctionnement du moteur, tandis que les autres concernent la diminution de la consommation ainsi que des émissions.

Le VarioCam Plus réagit en fonction de la charge et du régime moteur, tout cela sous le contrôle du calculateur de gestion moteur Motronic ME7.8.

Comportement :

Le Boxster S se révèle être une formidable routière. Dès la prise en main, le Boxster S s’avère d’une facilité de conduite déconcertante : les joies de la conduite rapide en « totale sécurité », sans les inconvénients des dérapages chroniques. Le tempérament de cette Porsche est tout simplement canalisé au mieux de ses performances, stable et rassurante en usage normal, hargneuse et efficace en conduite sportive. Notons également la grande stabilité de la Boxster S à vitesse élevée, tout en conservant un confort de très bonne qualité. On prend vraiment du plaisir à évoluer cheveux au vent, à cadence rapide ou en flânant gentiment sur les routes de campagne.

Comme à l’accoutumée sur les voitures de la marque, le système de freinage se montre parfaitement à la hauteur de sa tâche. Sur routes sinueuses, la Porsche Boxster S est une battante et enchaîne accélérations et freinages, sans faiblesse.

Nous l’avons conduite également en désactivant le système PSM (Porsche Stability Management) qui contrôle l’anti-patinage et le système de freinage antiblocage, ce qui a permis à la voiture de mieux négocier les sorties très serrées des virages, les épingles et virage après virage, on fait corps avec la voiture.

Les pneumatiques parfaitement calibrés offrent un comportement sain et équilibré.

En option, le Boxster peut recevoir la suspension active PASM (Porsche Active Suspension Management). Une simple pression sur un bouton du tableau de bord permet de choisir entre deux modes de gestion des suspensions, Confort ou Sport.

Le mode Confort par cinq différentes lois d’amortissement selon les conditions d’utilisation, tandis que la position Sport adopte instantanément les réglages les plus fermes et passe les vitesses plus brutalement. Il est recommandé de n’utiliser ce dernier que sur des surfaces au revêtement parfaitement lisse ou sur circuit sous peine de se faire méchamment secouer. En effet, sur un revêtement médiocre, cette extrême rigidité rend la voiture très inconfortable et il faut dans ces conditions, une très grande motivation pour pouvoir apprécier l’amélioration du comportement. Du moins dans la version équipée du pack « Sport Chrono Plus », comme notre voiture d’essai qui en était pourvue. Cet option pack « Sport Chrono Plus » comprend un chrono pour se mesurer sur circuit, ainsi qu’un PASM munis de nouvelles lois d’amortissement encore plus ferme, en plus du mode Sport.

L’essai fut réaliser par temps sec (température environ 10°-nuageux) en parcours mixte (autoroute/ville) avec un consommation moyenne de 11,5 L/100 km.

Performances :

Le Boxster S gobe le 0 à 100 km/h en 5,4 secondes, le 0 à 200 km/h en 18,8 secondes pour une vitesse maximale de 272 km/h.

Avec la boîte Tiptronic S le 0 à 100 km/_se déroule en 6,1 secondes tandis que la vitesse ne dépasse pas 264 km/h

Conclusion :

En conclusion, on peut dire que nous avons gardé un excellent souvenir de l’essai de la Boxster S. Ce modèle confirme les excellentes qualités routières qui font la réputation de la marque.

Le prix exigé, surtout augmenté des options souvent nécessaires, demeure élevé, mais par comparaison avec la concurrence, nous avons ici plus d’espaces de rangement, ainsi que des qualités dynamiques des plus satisfaisantes.

Agréable, pratique au quotidien, efficace, délicieuse à regarder et performante à la demande, voici une Porsche d’une polyvalence totale qui sans révolution continue à améliorer le concept de la voiture sportive, relativement confortable et fiable à tous les niveaux.

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES.

Carrosserie : Roadster 2 places; structure autoporteuse tout acier ; airbag frontal à grande capacité, airbag latéral (thoracique) et airbag de tête conducteur/passager; capote pliante en toile doublée d’un ciel de toit ; hard top (aluminium) sur demande.

Aérodynamique :

Cx = 0,30

Scx = 0,59.

Moteur : 6 cylindres à plat en aluminium, refroidi par eau ; bloc moteur et culasse en aluminium ; 4 ACT ; 4 soupapes par cylindre ; distribution par VarioCamPlus ; huile moteur 10,4L ; gestion à cartographies DME (électronique numérique moteur) pour l’allumage et l’injection.

Alésage x Course: 96 x 78 mm.

Cylindrée : 3387 cc.

Rapport volumétrique : 11,1/1.

Puissance maxi : 217 kW (295 CV) à 6 250 tr/min.

Couple maxi : 340 Nm à 4 400 tr/min.

Puissance au litre : 64,1 kW/litre.

Régime maxi autorisé : 7 300 tr/min.

Type de carburant : superplus (RON/MON 98/88) sans plomb.

Alimentation électrique : 12 volts, alternateur triphasé 2 100 W ; capacité batterie 70 Ah.

Transmission : transmission aux roues arrières par arbre à deux joints.

Train roulant : essieu avant et arrière à jambes élastiques (optimisé Porsche).

Freins : système de freinage à deux circuits, répartition par essieu ; étriers monoblocs en aluminium à 4 pistons ; disques de freins ventilés et ajourés.

Diamètre x épaisseur ( avant) : 318 x 24 mm.

Diamètre x épaisseur (arrière) : 299 x 24 mm.

Roues et pneus :

avant 8 j x 18, pneus de 235/_40 ZR 18.

Arrière 9 j x 18, pneus de 265/_40 ZR 18.

Poids :

poids à vide selon DIN B.V

BV mécanique 1355 kg.

Tiptronic S 1395 kg.

PTMA

BV mécanique 1630 kg.

Tiptronic S 1670 kg.

Dimensions :

Longueur : 4329 mm.

Largeur : 1801 mm.

Hauteur : 1292 mm.

Empattement : 215 mm.

Volume total du coffre selon VDA : 280 L (150L à l’avant + 130L à l’arrière).

Capacité du réservoir de carburant : 64 L.

Performances :

Vitesse maxi :

BVM6 : 272 km/h.

Tiptronic S: 264 km/h.

Accélérations

0 à 100 km/h :

BVM6 : 5,4 secondes.

Tiptronic S : 6,1 secondes.

Km départ arrêté:

BVM6 : 24,4 secondes.

Tiptronic S : 25,5 secondes.

Consommations:

BVM6

Cycle urbain: 15,3 L/100 km

Cycle extra-urbain : 7,8 L/100 km 7,9 L/100 km

Moyenne : 10,6 L/100 km 11,0 L/100 km

Consommation moyenne durant l’essai: 11,5 L/100 km

Tiptronic S

Cycle urbain: 16,3 L/100 km

Cycle extra-urbain : 7,9 L/100 km

Moyenne : 11,0 L/100 km

Emission de CO2 (moyenne):

BVM6 : 254 g/km

Tiptronic S : 262 g/km

Prix de base : 56.628,00 Euros TTC.

CARACTERISTIQUES DU VEHICULE D’ESSAI.

Modèle : Porsche Boxster S, couleur extérieure Atlas Grey Metallic.

Top en Metropol Blue.

Intérieur tout cuir Sea Blue.

Options (prix TVAC) :

Coupe-vent : 350,90 €

Atlas Grey Metallic : 895,40 €

Metropol Blue : Gratuit

Tout cuir Sea Blue : 2.964,50 €

Pare-brise à bande grise dégradée : 108,90 €

Park-assist system : 520,30 €

Rétroviseurs anti-éblouissement+ détecteur de pluie : 556,60 €

Phares litronic/Bi-xenon + lave-phares : 1.113,20 €

PASM : 1694,00 €

Pack Sport Chrono Plus : 798,60 €

Changement de vitesses court : 605,00 €

Sorties d’échappement en acier : 266,20 €

Jantes Carrera Sport 19 » : 2420,00 €

Sièges chauffants : 423,50 €

Régulateur de vitesses : 459,80 €

Climatiseur automatique : 484,00 €

Tapis de sol : 121,00 €

Sièges sport en cuir : 411,40 €

Volant multifonctions 3 branches en cuir lisse : 750,20 €

Emblème » Porsche » sur les appuie-tête : 217,80 €

Module « Téléphone » pour PCM : 822,80 €

Système Audio « Bose » : 1355,20 €

Porsche Communication Management (PCM) : 3025,00 €

Prix de base Modèle (TVAC) : 56.628,00 €

Total des options (TVAC) : 20.364,30 €

Total Véhicule et options (TVAC) : 76.992,30 €

Ps : Nos plus vifs remerciements vont à Mr Bernard Van Belligen (Press Relations Manager) pour sa précieuse collaboration à la réalisation de cet essai.