Le Peugeot 3008, la voiture ou le SUV de l’année ?

Classé dans : Essais - Peugeot (F) | 0

Plébiscitée comme voiture de l’année 2017, le Peugeot 3008 est avant tout un SUV, faut-il en conclure que la berline classique devient ringarde ?

Une ligne plus agressive

Le 3008 a bien changé, il a été présenté sous forme de concept car au Mondial de l’Automobile en 2008 : pour Peugeot, c’était encore l’époque des étranges calandres coupe-frite à l’esthétique assez … spéciale.

En 2016, sa ligne a été totalement revue : plus acérée, elle tourne aussi le dos à certaines particularités comme par exemple le hayon avec ridelle. A présent, sa face avant est verticale mais garde son caractère agressif. De même, sa taille et son empattement ont évolué avec respectivement 4,45 m, (8 cm plus long) et 2,68 m (6 cm plus long).

De profil, sa silhouette montre des barres de toit profilées et une ceinture de caisse plus relevée. Elle est parée de larges protections au niveau des bas de pare-chocs, des passages de roues et des bas de portes. Sa garde au sol est rehaussée et le diamètre des roues s’est agrandi. A l’arrière, sa lunette arrière, telle une meurtrière, est protégée par un petit spoiler. Sous celle-ci, un bandeau horizontal noir brillant intègre les feux à DEL en forme de trois griffes reproduisant ainsi la signature visuelle des Peugeot actuelles.

Le hayon s’ouvre sur un coffre de 520dm³ à 1482 dm³ quand le dossier de la banquette arrière est rabattu (normes VDA).

A l’intérieur, le conducteur retrouvera cette planche de bord style aviation désignée comme la dernière évolution du Peugeot i-Cockpit®, le petit volant comporte deux méplats pour dégager le champ de vision au combiné tête haute et donner plus l’espace aux jambes. Le combiné tête haute dévoile en série une dalle numérique haute résolution de 12,3″.

Via une molette au volant, ce dernier est entièrement paramétrable suivant cinq modes d’affichage dont un personnalisable. Il rappelle, de manière plus intuitive, ce que la rédaction avait expérimenté sur le Citroën C4 Picasso. Toutefois ; il exige toujours une période d’adaptation.

Les sièges peuvent se révéler durs sur de longs trajets, heureusement la suspension est confortable et leur combinaison conviendra à la plupart des passagers.

Au centre du tableau de bord, un grand écran tactile de 8″ est commandé par six touches appelées ‘toggles switches’ permettant un accès direct aux principales fonctions comme la radio, la climatisation, la navigation, les paramètres du véhicule, le téléphone ainsi que les applications mobiles. Notre finition reprenait la climatisation automatique bi-zone, le radar et la caméra de stationnement arrière, la navigation, le freinage automatique d’urgence, l’alerte risque de collision, l’alerte active de franchissement involontaire de ligne, l’alerte d’attention conducteur, la commutation automatique des feux de route, la reconnaissance des panneaux de vitesse et préconisation, le régulateur de vitesse adaptatif avec fonction Stop (son levier est toujours caché par le volant) et le système actif de surveillance d’angle mort.

Au niveau de la sécurité, le 3008 est bardé de technologie qui lui ont permis de recevoir en septembre 2016 cinq étoiles aux tests EuroNCAP avec 86 % pour les passagers adultes, 85 % pour les enfants et enfin, 67 % pour les piétons. L’aide à la sécurité a obtenu 58 %.

Sur route

Notre 3008 était propulsé par un 1.6 BlueHDi 115 S&S avec boîte manuelle BVM6 à six rapports. Ce moteur diesel quatre cylindres délivre donc une puissance de 115 ch au régime paisible de 3500 rpm et un couple maximum de 300 Nm dès 1750 rpm (pour info, ce moteur existe également en version 100 ch).
Suivant le constructeur, il ne se contenterait que de 4 l / 100 km avec des émissions de 108 g de CO2 / km.

Notons que pour la catalyse des NOx, Peugeot utilise l’AdBlue®.

Par rapport aux autres moteurs diesel de cylindrée équivalente, il se montre moins bruyant et son comportement est plus doux. Sans être une foudre de guerre, il emmènera le 3008 avec armes et bagages sur de longs trajets sans démériter. Sa boîte à six rapports s’avère agréable à utiliser et le Stop&Start s’avère discret.

Pour qui veut un peu plus de ‘peps’, un mode ‘Sport’ est proposé : il est vrai que les deux derniers rapports sont particulièrement longs et sont à utiliser sur voies rapides. Au terme d’un essai sur environ 500 km, notre rédaction a mesuré une consommation de 5,2 l / 100 km.

Ses qualités dynamiques sont dignes d’une berline, grâce à un roulis pratiquement inexistant. Côté confort, comparé aux deux autres modèles PSA essayés récemment, il se place entre le DS4 jugé trop ferme et le C4 Picasso plus… « Citroën » !

Spécifications techniques :

Conclusions

Le 3008 a été élue voiture de l’année 2017 et cela nous paraît totalement justifié : malgré sa dégaine de SUV, le 3008 dispose d’un comportement routier digne d’une excellente berline, et cela ne s’improvise pas : les ingénieurs de Peugeot ont fait du bon boulot !

Le moteur 1.6 BlueHDi suffira pour la majorité des gros rouleurs : ses prix débutent à près de 27.000 EUR pour la version 100 ch, ce qui n’est pas rien (notre exemplaire, en finition ‘GT Line’, dépassait les 34.000 EUR) !

Pour les petits rouleurs, il existe déjà une version 3008 1.2 PureTech 130 S&S en finition ‘Access’ pour 25.600 EUR.

B.Piette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × = 50