Les Opel Mokka et Crossland, des frères ennemis ?

Classé dans : Essais - Opel (D) | 0

Opel est actuellement en plein transit : après 88 ans de collaboration avec l’américain General Motor, la Marque au ‘Blitz’ est redevenue européenne à 100 % après son rachat par le français PSA.

Sa première synergie majeure avec le groupe français est le Crossland, cousin germain de l’excellent Peugeot 2008 ou du futur C3 Aircross. Mais depuis 2012, Opel avait en magasin le Mokka qui s’est déjà vendu à plus de 600.000 exemplaire ! De taille comparable, le Crossland lui fera-t-il de l’ombre ?

Rien n’est moins sûr…

 

Des SUV bien dans leur peau

Bien que leurs tailles soient très voisines (4,28 m pour le Mokka X contre 4,21 m pour le Crossland), les styles sont fortement différents :

Apparu déjà en 2012, le nouveau Mokka X respire plus le baroudeur et les loisirs. A l’avant, sa nouvelle calandre aux arêtes plus vives dispose à présent de feux de jour à DEL en double chevron, ce qui lui donne un look plus viril.

De profil, une nervure remonte graduellement les flancs du passage de roue avant jusqu’aux feux arrière. Le vitrage latéral suit évidemment le même angle, réduisant ainsi très fortement les surfaces vitrées à l’arrière.

Très tendance parmi les SUV actuels, ce design puissant pose un problème de visibilité en ville ou pour les ‘petits’ passagers assis à l’arrière.

Vu de la poupe, le Mokka est aussi très facilement identifiable : ses flancs postérieurs râblés et l’inclinaison des montants de custode lui confèrent un aspect polygonal assez inédit qui pourrait paraître même étriqué.

Son hayon s’ouvre sur un coffre d’une contenance de 372 dm³ extensible à 1372 dm³ quand le dossier (60/40) de la banquette arrière est rabattu.

Notons que cette opération n’est pas pratique car elle doit s’effectuer en deux phases : d’abord relever l’assise de la banquette puis seulement rabattre le dossier.

Le Crossland est lui plus typé ‘famille’ : produit de la collaboration avec PSA, il est monté sur le même châssis que le Peugeot 2008 ou le futur C3 Aircross. Quoiqu’imposant, l’avant est plus consensuel que le Mokka cependant, il garde la même signature lumineuse.

Remplaçant l’Opel Meriva, il perd hélas ses portes antagonistes propres à cet intelligent monovolume pour se tourner vers un style crossover très actuel tout en conservant cependant de grandes surfaces vitrées, ce qui est tout bénéfice pour la visibilité.

Comme pour l’Opel Adam, son toit « flottant » peut être de couleur différente, ce qui lui donne un air de fraîcheur.

Sa poupe plus verticale permet – malgré sa plus petite taille – de disposer d’un coffre de plus grande capacité : de 410 à 520 dm³ grâce à une banquette arrière coulissante (proposée en option) ; quand son dossier (60/40) est rabattu, le volume atteint 1255 dm³.

 

Grâce à l’astuce d’un double fond, le plancher est parfaitement plat.

Spécifications

Mokka

Crossland

Longueur

4,28 m

4,21 m

Largeur (avec/sans
rétroviseur)

2,04 m/ 1,80 m

1,97 m / 1,83 m

Hauteur

1,66 m

1,61 m

Empattement

2,56 m

2,60 m

Voie avant

1,54 m

1,51 m

Voie arrière

1,54 m

1,49 m

Diamètre de braquage (trottoirs)

11,50 m

10,70 m

Contenance du coffre (minimal)

356 dm³

410 dm³ / 520 dm³

Contenance du coffre (maximal)

1372 dm³

1255 dm³

Charge utile

320 kg / 434 kg

516 kg / 542 kg

Poids à vide (conducteur
inclus)

1394 kg

1163 kg

Poids maximum

1789 kg

1690 kg

Charge autorisée sur le toit

75 kg

50 kg

Capacité du réservoir

53 litres

45 litres

 

Des intérieurs différents

Malgré leur évidente parenté, les intérieurs des Mokka et Crossland diffèrent sensiblement : l’habitacle du Crossland offre plus de rangements et est plus vaste, de plus, les passagers assis à l’arrière se sentiront beaucoup moins confinés dans le Mokka : il est vrai que son tunnel de transmission n’est pas aussi saillant que celui de son baroudeur de frère.

En outre, ce dernier offre une grande polyvalence grâce à la présence de sièges arrière coulissants individuellement sur 15 cm (en option !).Notre exemplaire était également équipé d’un grand toit vitré.

Opel Mokka X
Opel Crossland X

Rappelons que les deux véhicules proposent en option des sièges à multiréglage certifiés AGR (Aktion Gesunder Rücken) qui permettent de maintenir idéalement le corps, de même, les sièges conducteur sont pourvus d’un accoudoir amovible. Remarquons que la disposition de l’accoudoir du Mokka n’entrave pas l’utilisation du frein à main, ce qui n’est pas le cas du Crossland.

Même si le restylage du Mokka lui a fait perdre son ancienne présentation assez compliquée, le Crossland marque des points avec la présence de l’affichage tête haute, identique à celui du Peugeot 2008.

Nos deux exemplaires disposaient d’une caméra de recul, des capteurs avant et arrière. Le Crossland se distinguait par une vision en plan de 360°.

En infodivertissement, les deux véhicules disposaient d’un écran tactile de 8″ avec le système de navigation intégrée IntelliLink ainsi que de la connectivité Opel OnStar qui propose l’appel automatique des secours en cas d’accident, l’assistance en cas de vol du véhicule, réservation de chambre d’hôtel, recherche de parking, etc…

Après une période d’essai gratuite, les services d’OnStar nécessitent un abonnement payant.

Sécurité

Comme le Crossland n’a pas encore été testé par l’EuroNCAP (août 2017), à titre de comparaison, nous nous rabattrons sur le Peugeot 2008 qui a passé ces tests en octobre 2013.
Ceux-ci ont donné les résultats suivants :

 

Opel Mokka

Peugeot
2008

Date du test

Novembre 2012

Octobre 2013

Réévaluation

Juin 2016

Juin 2016

Étoiles

★★★★★ ★★★★★

Sécurité adultes

96 %

88 %

Sécurité enfants

90 %

77 %

Sécurité piétons

67 %

72 %

Aides à la sécurité

100 %

70 %

Il est évident que la cotation du Crossland différa quelque peu de celle octroyée au Peugeot 2008.

Rappelons que les deux modèles sont équipés d’une caméra frontale Opel Eye pour la reconnaissance des panneaux de limitation de vitesse, d’un régulateur de vitesse avec limiteur de vitesse, d’une alerte anticollision avant avec détection de piéton et freinage d’urgence automatique ainsi qu’une alarme de dérive « Lane Departure Warning » appelée « AFIL » sur le Crossland, comme les véhicules de PSA.

 

Sur route

Pour notre essai, nous nous sommes tournés vers des propulsions pratiquement équivalentes, à savoir le 1,4 Turbo quatre cylindres 140 ch pour le Mokka et 1,2 Turbo trois cylindres 130 ch pour le Crossland. Les deux modèles disposaient d’une boîte de vitesses manuelle à six rapports.

Signalons également que le Mokka disposait d’une transmission intégrale adaptative avec priorité sur les roues avant en cas de nécessité, la puissance peut être répartie provisoirement entre les deux essieux de 100/0 à 50/50.

Le 1,4 l est bien connu chez Opel, il sera probablement remplacé à terme par le nouveau 1,5 l déjà disponible sur l’Opel Insignia. Sur la version 4×4, il cube à 1364 cm³ (alors que sa version à boîte automatique est équipée d’un 1399 cm³ développant 152 ch à 5600 rpm).

Ce quatre cylindres fournit 140 ch entre 4900 et 6000 rpm et dispose d’un couple maximum de 200 Nm entre 1850 et 4900 rpm. Très lisse, il est aussi assez avare de sensations et en forte accélération, il devient assez sonore.

Évidemment, vu sa transmission 4×4, il consommera plus que la version deux roues motrices : nous avons relevé une consommation de 7,5 l pour des trajets en majorité extra urbains. En ville, il frisera les 10 litres.

Sa commande de boîte est précise. Notre version à transmission intégrale disposait d’une assistance au démarrage en côte (HSA) ainsi que d’une intéressante assistance pour descendre les pentes abruptes sans devoir freiner (HDC).

Le 1,2 est aussi une vieille connaissance : il équipe la plupart des véhicules de PSA sous le patronyme 1.2 PureTech 130.

En observant les logo Citroën et Peugeot, la parenté avec PSA est plus qu’évidente.

Il est connu pour son exubérance et pour sa sobriété, mais comme tous les trois cylindres, il vibre à bas régime et son bruit rageur peut être lancinant à la longue. Mais à vitesse constante, il devient discret. Notons que sa boîte peut accrocher lors des changements rapides des rapports.

Pour des parcours équivalents au Mokka, il nous a gratifiés de consommations de moins de 6,5 litres aux cent kilomètres. En ville, il faudra compter entre 8 et 9 litres. Il est dommage que son réservoir ne contienne que 45 litres.

Au niveau du comportement routier, force est de reconnaître que le Mokka est nettement plus ferme que le Crossland. Quelques trépidations peuvent apparaître quand la route devient mauvaise, mais cela n’entache nullement sa tenue de route. En outre, son roulis semble plus modéré malgré que l’on soit assis légèrement plus haut.

Quant au Crossland, il est bâti sur une plateforme qui a fait ses preuves avec le Peugeot 2008, son toucher de route est différent et les imperfections de la route sont mieux avalées, bref son compromis entre confort et tenue de route conviendra plus aux passagers. Notons aussi que ses freins sont plus mordants.

 

Conclusions

Avec ses séries X, Opel propose différents SUV très tendance, à savoir le Crossland, le Mokka et le futur Grandland.

Malgré leurs dimensions très similaires, les Mokka et Crossland sont complémentaires : autant le Crossland s’adresse aux familles par sa praticité autant le Mokka ravira les adeptes des chemins de traverse grâce à une transmission 4×4 bien adaptée.

Moins gourmand en carburant, le Crossland est proposé à partir de 17.900 EUR avec une version 1.2 de 81 ch en boîte cinq en finition « Edition ». Notre version, une 1.2 Turbo Start/Stop 130 ch en boîte manuelle en finition Innovation est disponible à partir de 21.600 EUR. Nul ne doute qu’après 50.000 exemplaire déjà vendu, qu’il fasse un carton.

Quant au Mokka à vocation plus aventureuse, ses prix débutent également à 17.900 EUR avec la 1.6 de 115 ch 2×4 en finition « Confort ». La version à l’essai était naturellement plus chère vu sa transmission 4×4 : pour cette 1.4 Turbo 4×4 Start/Stop 140 ch en boîte manuelle, il faudra débourser près de 26.000 EUR.

Benoît Piette

 

Laissez un commentaire

35 ÷ = 5