ESSAI : L’Opel Insignia : Insigne !

Classé dans : Essais - Opel (D) | 0

Après la pâle Vectra, voici qu’Opel lance l’Insignia avec pour but avoué une place parmi les meilleures berlines du marché. En a-t-elle l’étoffe ?
Effectivement, car les journalistes l’ont plébiscitée en la déclarant « Voiture de l’année 2009 » !


Une ligne superbe et un équipement de pointe.

Opel ne nous avait pas habitués à ces lignes aussi fluides et élancées. Que ce soit en berline quatre portes ou en break (appelée Sport Tourer), l’élégance et le dynamisme restent de mise. Les spécialistes ne se sont d’ailleurs pas trompés en attribuant pour la quatrième fois à la firme de Rüsselsheim le prix « Red Dot » récompensant la société qui a fait preuve de modernité dans son design.

A l’intérieur, la finition est remarquable et les commandes particulièrement bien placées. Dès le premier niveau de finition, on retrouve un équipement audio avec fonction MP3 et entrées AUX et USB, un ordinateur de bord, une climatisation électronique et un régulateur de vitesse avec commande au volant. A l’arrière de la console centrale on découvre même une prise 230 V (max. 150 W).

Comme d’habitude chez Opel, les sièges sont fermes mais confortables, ils maintiennent très bien le corps grâce à de nombreux réglages dont un déplacement longitudinal de 27 cm assez peu commun. En version Sport, l’assise des sièges est également ajustable. Hélas, cette ligne fluide pose un problème aux passagers arrière de plus de 1,80 m : il faudra donc opter pour le Sport Tourer, ce qui est d’ailleurs la préférence de près de 40 % des commandes enregistrées en Belgique.

En version Cosmo, l’Insignia se voit dotée d’une climatisation bizone avec capteur d’humidité, d’un pare-brise athermique, de rétroviseurs extérieurs rabattables électriquement, d’un capteur de pluie particulièrement sensible ainsi que de phares automatiques ACL (« Automatic Lighting Control » dans le jargon de la GM).
Ces derniers peuvent être proposés avec des projecteurs AFL (Adaptative Forward Lighting – option choisie par deux conducteurs sur cinq) qui sélectionnent automatiquement l’éclairage le plus adapté suivant les conditions de circulation. Cette adaptation s’effectue en fonction de différents paramètres comme la vitesse du véhicule, le balayage des essuie-glace et le braquage des roues.
En outre, jusqu’à 40 km/h, un éclairage statique complémentaire balaye une zone à droite ou à gauche du véhicule : très utile la nuit, dans les carrefours ou les rampes d’autoroutes mal éclairés. Et enfin, l’AFL est également doté d’un éclairage de jour à DEL en forme de… chevron (cherchez l’erreur !)

Pour propulser cette berline, Opel n’a retenu – dès son lancement – que des moteurs répondant aux normes Euro V . En terme de sécurité, l’Euro NCAP lui a décerné cinq étoiles pour la protection des occupants, et quatre étoiles pour la protection des enfants. Avec mention spéciale pour la qualité de ses appuie-tête.

Note : Depuis le 1er septembre 2009, tous les nouveaux modèles commercialisés en Europe doivent répondre aux normes Euro V plus sévères.
Pour les modèles commercialisés avant cette date, leur conformité devra intervenir avant le 1er janvier 2011


A son volant

Deux Insignia ont été mises à l’essai : une berline 2.0 CDTI 130 ch. quatre portes et une Sport Tourer propulsée par un moteur essence de 1600 cm³ Turbo de 180 ch.

La sellerie de la berline CDTI de cuir clair et de plastic brun foncé est très flatteuse, seul bémol : la planche porte chapeau de couleur clair se reflète sur la lucarne arrière.

Ce qui frappe d’emblée à son volant, c’est une direction très vive qui donne une agilité assez peu commune pour un vaisseau de 4,80 m et de plus d’une tonne et demie.
La suspension offre un excellent compromis entre confort et tenue de route. La boîte de vitesses est ferme mais les six rapports s’engagent facilement. Grâce à un couple de 300 Nm de 1750 à 2500 rpm, ce moteur répond déjà très bien sous les 2000 rpm. Un peu caverneux à froid et en charge, il sait se faire oublier sur autoroute où les 120 km/h sont déjà atteint à moins de 2000 rpm en 6ème vitesse…

Avec un réservoir de 70 litres, l’autonomie dépasse largement le millier de kilomètres. Lors de notre essai qui s’est déroulé principalement sur routes et autoroutes avec toutefois quelques incursions citadines, la consommation n’a pas dépassé les 5,8 l au cent km, ce qui est remarquable.
D’après les statistiques d’Opel Belgium, le CDTI 130ch. est de loin la motorisation la plus demandée (à remarquer que 90 % des Insignia immatriculées sont des versions avec moteur diesel).
Le FAP est évidemment prévu. Le témoin du préchauffage s’allume quand celui-ci est en fonctionnement.

En ce qui concerne le Sport Tourer 1,6 Turbo, il est évident que les sensations de conduite sont d’un autre ordre.
L’exemplaire mis à notre disposition disposait d’un châssis « FlexRide » (AST ) permettant au conducteur de choisir entre trois modes de conduite : le mode « Normal » (par défaut), le mode « Sport » offrant une suspension et des amortisseurs plus durs, une pédale d’accélération plus réactive et une direction plus ferme et enfin, le mode « Tour » défini pour une conduite plus « sénatoriale ».
A noter que les paramètres du mode « Sport » peuvent être personnalisés via l’ordinateur de bord. Ce mode est identifiable par l’éclairage rouge de l’instrumentation du tableau de bord. Pour les avoir expérimentés tous les trois, il est indéniable que le mode « Sport » offre un dynamisme accru à l’Insignia, mais l’augmentation de la consommation de cette version essence a modéré notre enthousiasme. Pour notre part, nous n’avons finalement retenu que l’option « direction »…

En outre, notre modèle disposait de l’option « Park Expert » qui permet de repérer tout en roulant les emplacements de stationnement susceptibles d’accueillir le véhicule. Une fois celui-ci localisé, des signaux s’affichant sur le tableau de bord donnent les instructions de braquage pour guider la manœuvre via une dizaine de capteurs répartis sur les pare-chocs avant et arrière.

Ce système n’a pu être expérimenté suffisamment pour en donner un avis probant. Cependant, il est intéressant de noter que ce système permet de dénicher des lieux de stationnement qui ne font qu’un mètre de plus que la longueur du véhicule… Compte tenu des 4,90 m du Sport Tourer, ce système n’est peut-être pas à négliger mais il vous en coûtera 700 EUR…

Avec 540 dm³, le volume de chargement du Sport Tourer n’augmente que de 40 dm³ par rapport à la berline quatre portes et seulement dix malheureux dm³ par rapport à la berline cinq portes. Avec la banquette arrière rabattue, le volume dépasse le mètre cube, et ce, quelle qu’en soit la version.
Le hayon du Sport Tourer permet néanmoins un chargement plus aisé. D’autre part, quand celui-ci est ouvert, des répétiteurs des feux arrière sont logés dans les montants latéraux, ce qui est pratique lors de chargement ou déchargement dans des lieux mal éclairés.

A la fin de son essai, la consommation s’est stabilisée à 8,3 l aux cent kilomètres, ce qui est peu, compte tenu des 180 ch. délivrés, mais ce qui n’est quand même pas rien au regard de sa cylindrée (1598 cm³).

En conclusion

Une ligne à couper le souffle, un équipement de haute technologie et des consommations modérées ont été certainement les éléments qui ont permis à la presse spécialisée de l’élire « Voiture de l’année 2009″… et franchement, nous ne lui donnons pas tort.

Pour notre part, nous avons été conquis par sa tenue de route qui n’a plus rien à voir avec sa devancière, la fade Vectra.
Depuis son lancement, près de 4000 immatriculations ont déjà été enregistrées en Belgique. Tenant compte de la crise actuelle, c’est prometteur !
Tout porte à croire qu’Opel en fera son porte-étendard.

Principales données techniques.
Berline 4 portes CDTI Ecotec 130 ch. Sport Tourer 1.6 Turbo Ecotec

Moteur
Puissance fiscale (Belgique) : 12 CV 9 CV
Carburant : Diesel Essence Super sans plomb
Normes d’émission : Euro V Euro V
Nombre de cylindres : 4, en ligne 4, en ligne
Cylindrée : 1.956 cc 1.598 cc
Taux de compression :  16,5:1 8,8:1
Suralimentation : Turbocompresseur Turbocompresseur
Puissance maximale : 130 ch. (96 kW)/_4.000 rpm 180 ch. (132 kW)/_5.500 rpm
Couple maximum : 300 Nm de 1.750 à 2.500 rpm 230 Nm de 2.200 à 5.500 rpm

Transmission.
Transmission : Aux roues avant Aux roues avant
Boîte de vitesse : Manuelle à 6 rapports Manuelle à 6 rapports
Embrayage : Monodisque à sec Monodisque à sec

Dimensions.
Longueur : 4.830 mm 4.908 mm
Largeur avec rétroviseurs : 2.084 mm 2.084 mm
Largeur avec rétroviseurs rabattus : 1.856 mm 1.856 mm
Hauteur (à vide) : 1.498 mm 1.520 mm
Empattement : 2.737 mm 2.737 mm
Voie avant : 1.585 mm 1.585 mm
Voie arrière : 1.587 mm 1.587 mm
Ø de braquage (trottoirs) : 10,4 m 10,4 m
Volume du coffre : 500dm³/1.010 dm³ 540dm³/1.530dm³
Pneumatiques : 225/45 R 18 225/45 R 18
Réservoir de carburant : 70 litres 70 litres

Poids.
Poids en ordre de marche 1.503 kg 1.610 kg
Masse maximale admise 2.020 kg 2.165 kg
Charge au toit 100 kg 100 kg

Performances, consommations et rejets.
Vitesse maximale : 205 km/h 220 km/h
Accél. de 0 à 100 km/h : 11,1 sec 9,2 sec
Cons. en milieu urbain : 7,7L/100 km 10,9 l/100 km
Cons. en milieu extra-urbain : 4,7L/100 km 6,2 l/100 km
Cons. cycle mixte : 5,8 l/100km 7,9 l/100 km
Cons. lors de l’essai : 5,8 l/100km 8,5 l/100 km
Rejets CO2 : 154g/km 186g/km