L’Opel Karl Rocks, une petite baroudeuse des villes

Classé dans : Essais - Opel (D) | 0

Même si elle n’est pas énormément diffusée, l’Opel Karl fait partie du paysage automobile belge depuis près de trois ans.

Pour se faire une place au soleil, elle doit batailler ferme notamment avec la Renault Twingo, le trio Citroën C1, Peugeot 108 et Toyota Aygo ainsi que le duo coréen Hyundai i10 et Kia Picanto.

Voici, pour l’épauler dans cette lutte vitale, sa version Rocks qui, comme l’Adam Rocks, voit sa caisse surélevée de 2 cm. Cette évolution, d’un style extérieur plus robuste, est sensée la rendre plus à l’aise pour le franchissement des plaques d’égouts et l’escalade des trottoirs qui pullulent dans les jungles urbaines…

Une carrosserie plus haute, un intérieur à peine retouché

Pour rendre la Karl plus bourlingueuse, outre sa caisse surélevée de près de 2 cm, les designers l’ont équipée de barres de toit qui la rehausse de 4 cm, de protections en plastic des passages de roues et de moulures de bas de caisse.

Des pare-chocs noirs, un bouclier avant et un diffuseur arrière plus spécifiques complètent le tableau. Sa longueur de 3,68 m ne varie pratiquement pas et autorise toujours un diamètre de braquage entre murs de moins de 10 m (9,85 m).

L’intérieur reste sobre et il y a peu de fioritures mais au niveau du multimédia, elle se paye l’IntelliLink 4.0 propre aux Opel et qui permet la connexion d’un smartphone selon différents protocoles (Apple Carplay ou Androïd Auto).

La place est convenable pour deux adultes et trois enfants à l’arrière. Dans la version Rocks, elle reçoit une sellerie « Favo » en tissu avec un dessin en nid d’abeille plutôt sympa.

Notons que le volant n’est pas réglable en profondeur mais dispose d’un mode appelé City qui amplifie son assistance électrique.

Le coffre offre une capacité de chargement de 195 dm³ assez quelconque mais extensible à 985 dm³ ce qui est mieux que la concurrence.

Toutefois, le rabattage du dossier est assez fastidieux car avant de pouvoir abaisser les dossiers (40/60), il faut d’abord faire basculer l’assise de la banquette vers l’avant, puis démonter les appuie-tête arrière de leur support et les insérer dans une pochette.

Malgré toutes ces manipulations, le volume obtenu n’offre pas de plancher entièrement plat pour les bagages.

La Karl a été évaluée une première fois par l’EuroNCAP en 2015 et elle avait reçu à l’époque quatre étoiles. Pour sa réévaluation de 2017, elle a été rétrogradée à seulement trois étoiles car la plupart des tests ont été refaits et leurs protocoles sont devenus plus sévères.

Ainsi, la sécurité des passagers a été cotée à 61 % pour les adultes et 60 % pour les enfants tandis que celle des piétons a été évaluée à 58 %. Il a été constaté une mauvaise protection de la tête lors d’impact latéral sévère. De même, la protection contre le coup du lapin reste assez marginale.

Les aides à la sécurité n’ont récolté que 25 % car les systèmes d’avertissement de changement de voie et le limiteur/régulateur de vitesse ne sont disponibles qu’en option et n’ont par conséquent pas été inclus dans la cotation.

Signalons aussi que, comme toutes les Opel, la Karl Rocks peut bénéficier en option des services de la connectivité Opel OnStar qui proposent entre autre, l’appel d’urgence 24h/24, l’assistance automatique en cas d’accident, l’aide en cas de vol de véhicule ainsi que l’assistance routière.

Sur route

La Karl n’est disponible qu’avec un trois cylindres essence de 999 cm³ d’une puissance de 75 ch à 6500 rpm qui répond à l’Euro norme VI. Atmosphérique, il développe son couple maximum de 95 Nm au régime élevé de 4500 rpm.

Il est donné pour une vitesse maximum de 168 km/h et de 0 à 100 km/h en 13,9 sec. Suivant Opel, sa consommation mixte est de 4,7 l/100 km.

Vaillant, il adore monter dans les tours tout en sachant rester discret. Très souple, il distille sa puissance sans aucune brusquerie. Sa boîte cinq se manie aisément et les rapports sont bien disposés et ne laissent aucun trou. Les freins sont efficaces.

Quant à sa consommation, elle peut rester inférieure à 6 l/100 km sur route ouverte mais il faudra bien lui ajouter un bon litre en environnement urbain. Son réservoir de 32 l n’est pas énorme, il autorisera une autonomie d’environ 550 km.

Dans la famille des microvoitures, la tenue de route de Karl est sûrement une des meilleures. Grâce à un poids qui reste sous la tonne, son agilité fait merveille, et pas seulement en ville. Bien que ferme, sa suspension participe activement à ce comportement plutôt vif.

Conclusions

Méconnue, la Karl mérite vraiment le détour si le lecteur envisage l’achat d’une petite citadine bien finie qui peut se rehausser en options d’équipements comme le système d’alerte de franchissement de ligne, le régulateur/limiteur de vitesse, le volant et les sièges avant chauffants ou encore un toit ouvrant.

En outre, par les systèmes IntelliLink et OnStar (option), elle deviendra une citadine hyper-connectée.

Certes, pour une petite voiture, son allure est peut-être trop sage mais la version Rocks essaye d’y palier en se donnant un air de bourlingueuse du bitume. Pourtant, sa praticité est bonne, d’autant plus qu’elle dispose d’un volume maximum de chargement intéressant même si son accès nécessite un peu de manipulations.

Son moteur est vaillant et pour un trois cylindres, il sait se montrer discret. Bien entendu, il faudra le cravacher si d’aventure, prendre l’autoroute avec quatre adultes est devenu nécessaire.
Dans ces conditions, il aura aussi perdu sa frugalité.

Avec un montant compris entre 11.650 et 13.800 EUR pour la Karl et à partir de 12.800 EUR pour la Karl Rocks, gageons que cette petite Opel reçoive de la part des citadins l’intérêt qu’elle est en droit de susciter.

Notre exemplaire, dotée du « Park Pilot » à l’arrière, de la connectivité OnStar et du Navi 4.0 IntelliLink était facturée à 12.950 EUR

Et enfin, pour être complet, signalons qu’il existe aussi une version montée dès l’origine au LPG qui n’émet que 93 g par kilomètre au CO2 disponible à partir de 12.650 EUR.

Benoît Piette

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

÷ 2 = 1