L’Opel Combo Life : le cousin germain

Classé dans : Essais - Opel (D) | 0

Après le rachat d’Opel par PSA, il est devenu logique que la plupart des produits Opel deviennent pratiquement des calques des marques Peugeot et Citroën. Après les Grandland et Crossland, voici le tour du Combo de se prêter à cette métamorphose.

Assez peu diffusé sous la plateforme du Fiat Doblo, pourra-t-il enfin se faire une santé sous PSA ?

Une ligne très utilitaire

En plaçant le Citroën Berlingo, le Peugeot Rifter et l’Opel Combo Life en vis à vis, à part l’avant qui reprend les caractéristiques spécifiques aux marques, il est difficile de les différencier de profil, voire de l’arrière. Nous retrouvons donc cette forme de camionnette où le style est un peu laissé pour compte. Seules l’efficacité et la praticité prévalent, et ce de manière magistrale !

D’ailleurs, ce trio a été élu « Best Buy Car of Europe 2019 » par un jury international de journalistes originaires de 31 pays.

Pour sa cinquième génération, le Combo Life est donc basé sur la plateforme des Citroën Berlingo et Peugeot Rifter. Spacieux, pratique et polyvalent, ce ludospace est équipé de deux portes coulissantes à l’arrière.

Il est disponible en version courte (4,40 m) en cinq places ou longue (4,75 m) en cinq ou sept places. Avec 1,84 m de haut, il convient de bien mesurer la hauteur de son garage avant d’en faire l’acquisition !

Cette évolution du Combo Life en camionnette semble d’ailleurs se confirmer chez Opel avec la même conversion stylistique du nouveau Zafira Life en van de neuf places.

Bref, il ne faut pas chercher dans ces lignes un charme particulier, mais c’est surtout à l’intérieur que cela se passe !

Un vaste habitacle bourré d’astuces

L’espace à son bord est particulièrement vaste pour tous les passagers. Grâce aux portes arrière coulissantes, l’accès à l’arrière y est aisé.

Dans notre Combo Life, la seconde banquette était constituée de trois sièges individuels pouvant être repliés depuis le coffre.

Les sièges avant sont confortables mais ont l’assise trop courte. Il est regrettable que le constructeur à l’éclair ne se soit pas démarqué de ses cousins français par l’adoption de sièges dotés du label de l’Association allemande pour la santé du dos (AGR).

C’est d’autant plus surprenant que depuis 2016, les Peugeot 3008 peuvent en être dotés.

La version cinq places affiche un volume de chargement minimum de 597 dm³ (volume mesuré au sommet des dossiers arrière) extensible à 2126 dm³. Quant Combo Life long, il offre un volume de coffre minimum de 850 dm³ extensible à 2693 dm³.

Le hayon avec son seuil très bas témoigne ici de son origine utilitaire. Ses grandes dimensions impliquent de maintenir une certaine distance avec le véhicule qui précède lors des manœuvres de stationnement. Si l’arrière du Combi Life s’approche trop près, il sera impossible d’ouvrir le hayon à moins d’opter pour la lunette arrière ouvrante qui peut y être intégrée.

Signalons aussi que le dossier du siège du passager avant peut être rabattu pour augmenter la longueur de chargement.

Notre exemplaire était équipé d’un toit panoramique transparent occultable par un store électrique. Cette configuration est complétée par une console de pavillon qui court tout le long du centre du véhicule avec un éclairage à DEL. Celle-ci se termine avec un coffre de rangement de 36 litres placé au-dessus du cache-bagage.

Toujours au niveau du rangement, le tableau de bord dispose de deux boîtes à gants. L’aménagement de cette seconde boîte a été rendu possible par l’implantation de l’airbag passager dans le pavillon. Toujours à l’avant, on y trouve un grand espace de rangement dans la console centrale ainsi qu’une capucine.

Un équipement à jour

Par rapport à sa version précédente, le nouvel Opel Combo Life propose nettement plus d’équipements de sécurité et de confort. Ce ludospace se voit ainsi doté d’une panoplie d’équipements que l’on peut retrouver sur les berlines et les SUV équivalents.

Il dispose ainsi de l’affichage tête haute, de l’alerte anticollision avant avec détection des piétons et freinage d’urgence autonome, de la caméra frontale Opel Eye permettant la reconnaissance des panneaux de signalisation et l’aide au maintien dans la voie.

A ces systèmes s’ajoutent le régulateur de vitesse adaptatif, détection de la somnolence, une caméra panoramique à 180°, une aide au stationnement ainsi qu’une nouveauté, appelée sentinelle latérale (Flank Guard) qui, lors de manœuvre à basse vitesse, signale que le flanc du véhicule peut entrer en contact avec un obstacle comme des piliers, barrières, murets ou même d’autres véhicules.

Pour les commodités hivernales, le Combo Life s’équipe de sièges avant et volant chauffants, ainsi que d’un chauffage auxiliaire pouvant fonctionner indépendamment du moteur et préchauffant le véhicule avant le départ.

En infodivertissement, le Combo Life reçoit les systèmes multimédia, compatibles Apple CarPlay et Android Auto, avec écrans couleurs tactiles allant jusqu’à 8″.

Des prises USB sont placées dans la boîte à gant et au deuxième rang. Elles sont complétées par une prise 230 V ainsi qu’une recharge de smartphone par induction.

Une sécurité quatre étoiles

Au niveau de la sécurité, le Combo Life a reçu quatre étoiles sur cinq aux tests EuroNCAP. Selon les évaluateurs, les cotes attribuées sont identiques au Peugeot Rifter qui a fait l’objet du test et ce, même si la face avant différente pourrait affecter de manière subtile les performances des tests de chocs sur les piétons.

Sous le capot et sur la route

L’Opel Combo Life offre une gamme de motorisations essence ou diesel d’origine PSA. Ces moteurs sont accouplés à des boîtes manuelles cinq ou six vitesses. Il est aussi proposé avec une transmission automatique à huit rapports avec système Quickshift.

Notre version était propulsée par un moteur 1.5 BlueHDi de 131 ch à 3750 rpm appelé dans le jargon de Rüsselsheim 1.5 Turbo D BlueInjection. En Belgique, cette unité est également disponible en 102 ch avec boîte 5. Ces moteurs disposent d’un dispositif Stop & Start.

Très souple et relativement silencieux, il développe un couple maximum de 300 Nm dès 1750 rpm. Notre exemplaire était couplé à une boîte manuelle à six rapports.

Cependant, vu sa surface frontale importante et son poids de 1,5 T à vide, il faudra régulièrement changer de rapport quand le relief l’exige. Lors de ces changements, on notera que les rétrogradages peuvent accrocher…

Toutefois, malgré ces relances, il faut confesser que ce moteur reste sobre : au terme de notre essai, la rédaction a consommé 5,7 litres aux cent kilomètres. En ville, il faudra lui ajouter un bon litre.
Avec son réservoir de 50 litres, il est donc tout à fait possible de tabler sur une autonomie d’environ 800 km.

Vu sa surface latérale, le Combo Life est sensible au vent traversier. Sa direction comme ses freins n’apportent aucun commentaire. Quant à sa suspension, très souple, elle a tendance à rebondir quand la route se dégrade.

Conclusions

Très bien pensé pour les familles, ce ludospace a bien mérité son nom. Il ravira les familles en quête d’un véhicule polyvalent, capable de transporter toute la troupe avec armes et bagages mais aussi de devenir la coqueluche des amis pour le transport d’objets encombrants…

Consommant peu, son moteur diesel correspond évidemment aux normes environnementales Euro 6d-TEMP.

Proposé à partir de 18.000 EUR pour la version trois cylindres essence 1.2 Turbo de 110 ch en finition Confort, notre modèle en finition Innovation est tarifé à partir de 26.410 EUR. Un supplément de 1500 EUR est demandé si le choix se porte sur la version à boîte automatique.

Benoît Piette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

32 ÷ = 4