La nouvelle Opel Insignia Grand Sport : élégance et dynamisme

Classé dans : Essais - Opel (D) | 0

Inspirée du Concept Monza, la nouvelle Opel Insignia Grand Sport a été dévoilée au salon de Genève en 2017. Présentée quelques mois après sa version break appelée Sports Tourer, elle est plus longue et plus large que sa devancière sortie il y a dix ans et produite en 900.000 exemplaires.

Une ligne élégante

Plus féline que la version précédente, son pavillon s’est abaissé de 3 cm, montrant ainsi une silhouette plus ramassée, prête à bondir.

La calandre est mieux mise en évidence et ses projecteurs fins élargissent le véhicule. Ceux-ci bénéficient d’un éclairage matriciel IntelliLux LED® full LED de nouvelle génération dont le faisceau longue portée peut atteindre 400 m.

De profil, cette longue berline de 4,9 m en jette : sa ligne fluide ainsi que l’espace intérieur profitent de l’allongement de son empattement de plus de 9 cm (2,83 m) : il en raccourcit visuellement les porte-à-faux avant et arrière. Chez VW, sa ligne de coupé quatre portes la fait plus penser à l’Arteon qu’à la Passat. Son Cx de 0,26 montre le travail accompli au niveau de son aérodynamisme.

Mais ce n’est pas tout : elle s’est aussi allégée de près de 175 kg !

Le vaste hayon qui peut s’ouvrir d’un balayage du pied sous le pare-chocs recèle un coffre de 490 dm³, ce qui n’est pas extraordinaire : l’Arteon, de dimension similaire fait 563 dm³ tandis que sa nouvelle sœur chez PSA, la 508, atteint 487 dm³ avec 15 cm de moins.

Le dossier de la banquette arrière, de configuration 40/20/40 peut se rabattre, offrant ainsi une contenance de 1450 dm³. Petite nouveauté, l’Insignia se passe de bouchon pour son réservoir de 62 litres : celui-ci est intégré dans le portillon.

Un intérieur confortable et technologique

C’est devenu une tradition chez Opel, les sièges avant ont été certifiés AGR (Aktion Gesunder Rücken AGR e.V.). Ce qui a toujours été un excellent label de confort et d’ergonomie. Les autres marques du groupe PSA devraient d’ailleurs s’en inspirer (même DS Automobiles !).

En plus de leur réglage standard, ils peuvent recevoir une mémoire de position, le chauffage, la ventilation ainsi que d’une fonction massage. Le chauffage est même étendu aux deux passagers latéraux arrière qui, en outre, disposent d’une place royale. Toujours au niveau de la température, le pare-brise et le volant peuvent également être chauffants.

Le smartphone peut être connecté via le système IntelliLink aux systèmes Apple CarPlay et Android Auto. Ce dernier pourra aussi être rechargé par induction. Comme les autres Opel, l’Insignia reçoit le système de connectivité et les services Opel OnStar avec l’appel automatique des secours ou l’assistance en cas de vol ou même pour réserver un hôtel ou un parking.

Comme tous les véhicules construits aujourd’hui, les systèmes d’aide à la conduite ont le vent en poupe. Sur l’Insignia, l’ensemble des commandes sont placées de manière ergonomique.

L’affichage tête haute permet de compiler les informations les plus utiles au conducteur comme la vitesse et l’emploi du Cruise Control Adaptatif, les panneaux de signalisation et la navigation. En juillet 2017, l’EuroNCAP a d’ailleurs confirmé sa sécurité en lui octroyant cinq étoiles.

Une caméra à 360° rend les manœuvres de stationnement plus aisées. A cela s’ajoute l’aide au maintien dans la voie et l’alerte au trafic transversal arrière lorsque l’on s’extrait d’une place de stationnement en épi.

Une conduite agréable

Notre Insignia était propulsée par le 2.0 CDTI Start/Stop de 170 ch à 3750 rpm. Ce quatre cylindres diesel développe un couple maximum de 400 Nm constant entre 1750 et 2500 rpm.

Sa transmission automatique à huit rapports lui permet d’atteindre (sur circuit, bien évidemment) les 220 km/h et d’accélérer de 0 à 100 km/h en 9,2 secs.

Ses émissions de CO2 sont créditées à 150 g CO2/km. Quant à la consommation, en cycle combiné, Opel revendique 5,7 l/100km.

Grondant à froid ce moteur devient silencieux à mesure que sa température monte. Puissant et coupleux, il autorise de bonnes reprises tout en consommant peu : au terme de notre essai, sa consommation est finalement passée sous la barrière des 6 litres aux cent. Compte tenu de son poids de plus de 1,6 T, cela reste une agréable surprise. Une autonomie de plus de 1000 km est donc tout à fait envisageable.

Par rapport aux SUV, l’Opel Insignia réserve au conducteur une sensation de pilotage : assis très bas avec l’ensemble des commandes à portée de main, l’expérience change d’un SUV où le principal atout est de dominer la route souvent au détriment de la tenue de route à cause d’un roulis plus important. Ici, le train avant est très communicatif et incisif, un peu à la manière des Ford Mondeo.

Il permet d’attaquer les routes sinueuses sans arrière pensée. A l’arrière, les passagers apprécieront le confort et ne seront pas ballotés comme dans un SUV si le conducteur se sent pousser des envies de rallye… toutes proportions gardées, bien sûr !

Spécifications techniques

Fichier pdf à télécharger

Conclusions

Avec une ligne séduisante et une technologie en adéquation avec ce qui se fait de meilleur, la nouvelle Insignia mérite vraiment le détour pour qui désire une grande routière familiale confortable et à un prix serré. Chez PSA, elle se révèle être une grande sœur pour la nouvelle Peugeot 508.

Bien née, complète et pourvue de technologie de pointe comme son éclairage matriciel, elle est une excellente alternative aux Premiums où la moindre option fait gonfler la facture finale.

Proposée à partir de 34.500 EUR avec le moteur essence 1.5 Turbo 165 ch BM6, notre exemplaire une 2.0 CDTI avec boîte automatique AT8 en finition Exclusive est proposée à partir de 38.300 EUR.

Benoît Piette

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 + 5 =