BREF ESSAI : L’Opel Insignia Sports Tourer 1.4 Turbo ecoFLEX 140 ch.

Classé dans : Essais - Opel (D) | 0

Maintenant, c’est officiel : le diesel peut être cancérigène !

Et c’est l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui l’affirme !


Opel Insignia Sports Tourer 1.4 Turbo ecoFLEX 2012


En marge de cette « révélation », l’essai de l’Insignia de l’ère « post-diesel », à savoir l’Insignia  nous semble tout indiqué.


Une silhouette maintenant bien connue

 

Cette prise en main vient en complément des essais déjà réalisés par Automania sur l’Insignia : notamment « l’essai gamme » ainsi que celui de la version Sports Tourer 4×4 2.0 CDTI 160 ch.

Nous n’allons donc pas nous étendre sur la description de ce vaisseau amiral de la firme à l’éclair.

En revanche, nous nous attarderons sur cette nouvelle greffe d’un moteur Otto de petite cylindrée, compatible avec les aspirations vertes du moment.

Opel Insignia Sports Tourer 1.4 Turbo ecoFLEX 2012

Avec seulement 1364 cm³, il est donc la réponse d’Opel au mouvement « downsizing » que semble prendre la majorité des constructeurs pour répondre aux impératifs prônés par de nombreuses instances gouvernementales ou internationales en matière d’émission de dioxyde de carbone.

A haut rendement ce bloc offre 140 ch. entre 4900 et 6000 rpm et remplace, sur notre marché, à la fois les moteurs 1,6 et 1,8 litres atmosphériques.

Malgré sa faible cylindrée, il développe un couple de 200 Nm entre 1850 et 4900 rpm soit environ 15% de plus que les moteurs qu’il remplace.

Opel Insignia Sports Tourer 1.4 Turbo ecoFLEX 2012

Afin de montrer sa fibre écologique, l’Insignia Sports Tourer propulsée par ce moteur se voit équipée d’un système Start/Stop, d’une direction à assistance électrique, d’un carénage aérodynamique du soubassement ainsi que des pneus à faible résistance au roulement.

Ainsi bardée, ses géniteurs avancent une consommation de 5,9 l de super aux 100 km, soit deux litres de moins que le 1.8 l, alors que ses émissions de CO2 seraient réduites de 45 grammes en passant à 139 grammes par kilomètre.

En outre, ce grand break franchirait le zéro à 100 km/h en seulement 11,9 secondes et sa vitesse de pointe accrocherait les 200 km/h.

 

Tranquille, la conduite…

 

Avant toute considération, sachons que notre Insignia Sports Tourer pesait à vide plus de 1,6 T, ce qui n’est pas rien !

Opel Insignia Sports Tourer 1.4 Turbo ecoFLEX 2012

Aussi, les 140 canassons ont fort à faire pour faire évoluer ce grand break de près de 5 m de long (4,91 m pour être exact).

Certes, ce n’est pas une OPC, mais loin s’en faut !

Opel Insignia Sports Tourer 1.4 Turbo ecoFLEX 2012

Sa conduite se fait tout en douceur, ses six vitesses au maniement viril mais à la démultiplication longue comme une journée sans votre magazine préféré vous permettra de ruminer que « La vitesse ? C’est dépassé ! »

A 120 km/h, en sixième vitesse, ce petit 1400 ronronne gentiment à 2400 rpm, ce qui est une vitesse de rotation digne d’un moteur diesel…

Opel Insignia Sports Tourer 1.4 Turbo ecoFLEX 2012

Grâce au « FlexRide« , il est toutefois possible de changer les paramètres de conduite comme la réponse du volant, la suspension et la réponse à l’accélérateur.

En choisissant l’option « sport » l’accélération devient plus franche et nos 140 chevaux ont l’air plus alertes à la détente et permettent des accélérations moins placides…

Ce qui permettra de donner provisoirement à cette lourde berline un semblant de brio qui n’est manifestement pas le sien.

Opel Insignia Sports Tourer 1.4 Turbo ecoFLEX 2012

Quant au système Start/Stop, il fonctionne très rapidement et, chose intéressante, le fonctionnement de la climatisation et l’assistance à dépression des freins demeurent actifs pendant sa phase d’Autostop.

Celui-ci peut évidemment être mis hors circuit par une touche « eco ».

 

Données techniques

 

Fichier Acrobat à télécharger

 

Qu’en dire ?

 

« La vitesse ? C’est dépassé »

Vis à vis de cette allégation ressassée régulièrement par les spots sécuritaires, l’Insignia Sports Tourer 1.4 Turbo ecoFLEX 140 ch. fait figure d’excellent élève.

Opel Insignia Sports Tourer 1.4 Turbo ecoFLEX 2012

En outre, ses consommations demeurent mesurées : en effet, sur un parcours d’environ 470 km, à une moyenne de 57 km/h, ce grand break n’a consommé que 7,4 l de 95 Octane aux cent kilomètres et il lui restait encore 400 km d’autonomie (le réservoir a une capacité de 70 litres).

Le pari d’Opel s’avère donc entièrement atteint, mais au prix d’une mollesse à laquelle le conducteur devra s’accoutumer.