ESSAI : L’Opel Ampera : les prémices d’une lignée ?

Classé dans : Essais - Opel (D) | 0

Pour le peu que l’on veuille goûter aux joies de la propulsion électrique sans garder l’œil rivé sur l’affichage indiquant l’autonomie restante, les hybrides offrent actuellement la seule solution. Depuis le lancement de sa Prius, il y a bientôt quinze ans, Toyota propose une gamme de modèles où le moteur thermique est associé à un moteur électrique. Ce tandem a acquis une réputation très enviable.

Opel Ampera 2012

Mais GM a réagi avec la Chevrolet Volt et son homologue teuton , l’Opel Ampera.

Une silhouette fluide jumelée à une propulsion électrique inédite.

Basse, très basse même, à un point qu’il faut faire attention aux ralentisseurs de trafic, l’Ampera interpelle par son allure féline et son arrière fuyant et massif. Cette silhouette lui permet de revendiquer un Cx de 0,275.

La proue reprend le nouveau langage stylistique d’Opel avec ses blocs optiques «boomerang» que l’on retrouve sur le Zafira Tourer. Un bandeau noir parcourant le dessous des vitres latérales agrandit visuellement la surface vitrée.

Opel Ampera 2012

Opel Ampera 2012

A l’arrière, un fin becquet à la base de la lucarne rompt son profil. Sous ce becquet, à l’instar de la Honda CRX, une vitre fumée relie les feux arrières. En son milieu, son nom souligné par un symbole électrique réaffirme son mode de propulsion.

A l’intérieur, les gènes d’Opel sont plus diffus et sa gémellité avec la Chevrolet Volt n’est pas un secret, d’ailleurs, les Ampera sont assemblées à Detroit (USA). Les sièges n’ont donc pas reçu l’expertise de l’organisme allemand Aktion Gesunder Rücken (Action pour la santé du dos, AGR).

Opel Ampera 2012

Opel Ampera 2012

Cela ne les empêche pas d’être confortables. Notons cependant qu’à l’avant, les personnes de forte corpulence éprouveront quelques difficultés à boucler leur ceinture.

Vu la configuration de la banquette arrière, la place n’est prévue que pour deux passagers, il est hors de question d’emmener un troisième…

Opel Ampera 2012

Le volume du coffre est de 310 dm³ mais les deux sièges arrière peuvent se rabattre (50/50) offrant une capacité de plus de 1 m³. Le contenu du coffre est dissimulé par une toile en matière synthétique fixée en ses quatre coins.

Le tableau de bord est massif et ne dépayserait pas un pilote de Boeing. Pour ce qui est du conducteur Lambda, c’est une autre histoire ! Heureusement, la notice est très bien détaillée et après une semaine, la conduite de l’Ampera n’aura plus aucun secret pour vous…

Opel Ampera 2012

Opel Ampera 2012

Deux sources complémentaires informent le conducteur :

Baptisé « Driver Information Center » (DIC), cet écran est situé derrière le volant et se substitue aux instruments classiques. Comme la Renault Mégane, le compteur de vitesse se présente sous une forme digitale. En fonction du mode de propulsion (100 % électrique ou moteur générateur), une jauge fournit respectivement les informations relatives à la capacité restante de la batterie ou du carburant.

Moyennant une commande située à gauche du tableau de bord, sous l’aérateur, il est possible de faire défiler un menu qui propose aussi une fonction navigation et même une fonction « Aide » !

Placé en tête de la console centrale, un écran tactile de 7″ donne accès :

  • Aux commandes de la climatisation (Electronic Climate Control – ECC) et son impact sur l’utilisation de l’énergie (trois modes sont disponibles : ventilation seule, éco ou confort).
    Pour son confort, l’Ampera est également pourvue d’un « Remote Start » qui programme au préalable le réchauffage et le refroidissement de l’habitacle, le dégivrage des vitres et même le démarrage du moteur *.
  • À la consommation d’énergie avec des schémas reprenant les différents fournisseurs d’énergie (batterie ou moteur-générateur)
  • À une caméra de recul située sur le hayon arrière.

* Si l’Ampera est en mode de chargement, le « Remote Start » prélèvera son énergie sur le réseau de distribution et non sur la batterie

Opel Ampera 2012

Relativement complète, on regrettera néanmoins l’absence de rétroviseurs rabattables électriquement et d’essuie-glace arrière (ennuyeux en ville)

Aux tests NCAP, l’Ampera a reçu ses cinq étoiles. Relevons que la protection assurée par les sièges et les appuie-tête contre les blessures crâniennes en cas de collision par l’arrière a été jugée moyenne.

En revanche, aucun problème n’a été constaté quant à sa sécurité électrique. Notons qu’elle dispose d’un avertisseur sonore destiné à prévenir les piétons distraits.

En route !

Le véhicule est keyless… pour le démarrage, il suffit donc de garder la clef sur soi et d’appuyer sur le bouton bleu indiqué « power » placé sur la console centrale en maintenant une pression sur la pédale de frein et c’est tout…

Opel Ampera 2012

Notons que les freins font appel à deux technologies : les freins à disques classiques et les freins régénérateurs qui convertissent l’énergie de freinage en électricité qui est stockée dans les batteries. Dans 90 % des cas, ce sont ces derniers qui sont utilisés, mais pour des freinages d’urgence, il est évident que les freins à disques interviendront en priorité !

Ce qui frappe le plus, c’est naturellement l’absence absolue de bruit quand le contact est mis : seul, un ding-dong se fait entendre pour signaler que le véhicule est prêt à circuler.

Avant toute chose, il faut choisir le programme de conduite en fonction du trajet à réaliser : quatre programmes sont prévus :

  1. « Normal » qui est le programme par défaut pour la conduite courante : la batterie est d’abord sollicitée.
  2. « Sport » qui modifie la réponse de l’accélérateur pour un dynamisme accru. Ce mode est naturellement plus prodigue en énergie…
  3. « Montagne » qui maintient une réserve électrique suffisante pour affronter les côtes les plus raides : à vrai dire, peu utile dans le plat pays qui est le nôtre…
  4. « Maintien de la charge » qui fait intervenir le moteur essence en priorité afin de préserver l’énergie électrique. Ce programme est à choisir si l’on veut réaliser de longs trajets extra-urbains. La batterie pourra alors être sollicitée ultérieurement quand le véhicule réalisera un parcours urbain de type « Zero Emission« .

Opel Ampera 2012

Une fois le programme choisi, le levier est placé en position D et en route !

Les 370 Nm de couple sont disponibles immédiatement et permettent des démarrages puissants. La direction est légère et suffisamment informative. Sur les deux écrans, il est possible de suivre en temps réel les informations relatives à la charge/décharge ainsi que le score « écologique » de notre conduite. Ces infos sont aussi consultables dans un journal…

Relativement neutre, l’Ampera surprend par son agilité. D’après Opel, le 0 à 100 km/h est réalisé en 9 secondes, ce qui n’est pas rien quand on connaît le poids de l’Ampera : 1732 kg à vide ! Sa vitesse maximale est limitée électroniquement à 160 km/h.

Quand la batterie est vide, le moteur 1,4 Ecotec reprend la main en lui fournissant l’énergie nécessaire. Celui-ci est audible depuis l’habitacle.

Contrairement aux hybrides de chez Toyota, il n’a qu’une fonction « générateur de courant » et n’entraîne donc pas les roues via une boîte CVT.

Quant à sa consommation, elle varie en fonction de l’apport en énergie électrique.

Au terme d’un petit essai de 200 km, elle s’est stabilisée à moins de cinq litres. Mais n’oublions pas que sur ce parcours, 60 km ont été réalisés en « Zero Emission » : dans ces conditions, la consommation doit se calculer sur la différence (soit 140 km) : on obtient subséquemment environ 7 l/100 km, ce qui est malgré tout beaucoup pour un véhicule sensé n’émettre que 27 g de CO2/100 km (1,2 l au 100 km) !

Afin d’amortir son prix assez coquet (presque 45.000 EUR), il faudra donc énormément rouler à l’électricité ! Sa charge dure environ de trois à quatre heures* (un kit de recharge est disposé sous le tapis du coffre).

* Le chargement peut être programmé à l’heure qui convient le mieux pour profiter des tarifs de l’électricité (tarif bi-horaire).

Opel Ampera 2012

Il est évident que sa fonction première restera les zones suburbaines où le mode 100 % électrique reste la panacée. Dans ces conditions, sa forme aérodynamique pourra encore jouer un rôle, car en ville, elle l’handicapera (surtout sous la pluie) tout comme son rayon de braquage (11 m entre trottoirs pour une longueur de 4,5 m) en outre, son becquet avant raclera sans vergogne les ralentisseurs de trafic.

 

Spécifications techniques

Opel Ampera 2012

Fichier Acrobat ® à télécharger

Qu’en dire ?

Opel Ampera 2012

Prévue pour seulement quatre personnes, elle offre toutefois un confort que l’on peut retrouver dans l’Insignia avec le silence en prime. Cependant, le volume total de leurs bagages devra se limiter à 310 dm³…

Le bilan économique reste mitigé : par rapport aux véhicules 100 % thermiques, les avantages d’une conduite « Zero Emission » sont évidemment à mettre en exergue, mais cette conduite ne peut se réaliser que dans certaines conditions et son rayon d’action demeure réduit (au maximum 80 km).

Grâce à un petit réservoir d’essence de 35,2 l, le prolongateur d’autonomie peut naturellement la rallonger jusque environ 500 km… ce qui est naturellement beaucoup mieux !

Benoît Piette