ESSAI : L’Opel Adam, le Gangnam Style ?

Classé dans : Essais - Opel (D) | 0

Dans les petites citadines branchées la nouvelle Opel Adam risque de frapper fort : non seulement sa bouille est mignonne mais sa finition irréprochable sera un atout incontournable quand l’heure du choix sera venue.

Opel Adam 1.4 ecoFLEX 100 ch. SLAM 2013


Mais est-ce que ce qui a sous la robe est de la même veine ?


Un style jeune… jusqu’au bout des jantes.

 

La personnalisation à outrance est devenue le cheval de bataille des citadines : pour être « lifestyle », il faut absolument que votre voiture ne ressemble à aucune autre : elle se doit de refléter au mieux votre personnalité…

C’est devant de pareils messages très égotiques que se retrouvent les futurs clients de ces petites voitures aux lignes très funky.

Après Fiat avec sa 500, Ford avec la Ka et bien d’autres encore, voici qu’Opel entre dans la danse en proposant une mini-citadine au look sympa dont le nom évoque le prénom du fondateur de la marque au « Blitz ».

Pour cette puce des villes, pas moins de douze teintes, trente jantes et trois couleurs de toit sont proposées. En outre, il est possible de modifier la couleur des jantes, des logements des rétroviseurs ou même la couleur de la barre centrale de la calandre où est placé l’écusson de la marque !

Le futur propriétaire pourra faire appliquer un des sept décors autocollants créés spécialement pour l’Adam.

Opel aurait calculé ainsi 61.000 combinaisons possibles !

Pour enfoncer le clou, Adam se voit affublée de niveau d’équipement très tendances : Jam, Glam ou Slam… (mais il n’y a pas encore une « Gangnam« ); même les teintes ont été baptisées par des jeux de mots comme « James Blonde » (jaune), « Greyfather » (gris) « A Star is Brown » (beige) etc…

Avec une surface au sol de 3,7 m sur 1,7 m, elle est à la fois plus longue et plus large que ses principales concurrentes (la 500 ne fait que 3,55 m et la Twingo 3,6 m mais la Mini fait pratiquement la même taille tandis que la DS3 atteint presque les 4 m !).

En ce qui concerne son habitacle, l’Adam fait plus que la concurrence en créant un habillage qui suivra l’inspiration de son futur propriétaire.

Celui-ci peut ainsi faire le choix notamment entre dix-huit couleurs de tableau de bord, quinze habillages, quinze selleries, quatre ciels de toit dont un représentant des nuages et un autre constellé de 64 DEL simulant des étoiles… comme les Rolls Royce !

En combinant toutes les associations possibles, on arriverait à un chiffre de 82.000 ! Une paille !

L’habitacle est en effet très bien réalisé, moderne, mais sans excès et particulièrement bien fini.

Comme sur toutes les Opel, les sièges sont très agréables et tiennent bien le corps. Seul problème – mais c’est inévitable pour ce genre de voiture – c’est la place offerte à l’arrière : elle s’avère juste bonne à accueillir vos (petits) enfants.

Plus grande de 15 cm que sa rivale transalpine, elle est étonnamment moins bien habitable à l’arrière.

Quant à son coffre, même si elle peut disposer d’un atout avec un porte-vélo arrière intégré (FlexFix), sa capacité de 170 dm³ est vraiment rikiki : la Twingo, certes moins fun, offre un volume minimum de 230 dm³ !

Comme la Fiat 500 et la Ford Ka, elle hérite d’une direction « méga-assistée » qui, enclenchée par un bouton, facilite les manœuvres en ville.

En ce qui concerne son équipement technologique, il est au top ! Au gré des options, l’Adam peut bénéficier de l’aide au stationnement automatique (Park Assist), du volant et du siège conducteur chauffants, de la détection d’un véhicule dans l’angle mort.

Elle dispose aussi d’un nouveau système d’info-divertissement embarqué appelé IntelliLink compatible Android connecté à six enceintes et subwoofer.

Quant au GPS, il suffit de connecter son Smartphone à ce système via le « Flexdock » placé au centre de la planche de bord après avoir téléchargé gratuitement l’App « BringGo« .

Notons aussi que l’IntelliLink supporte aussi la fonctionnalité SIRI Eyes Free d’Apple qui permet de donner des instructions vocales à l’iPhone.

Au niveau de la sécurité, notons simplement que son châssis dérive de l’Opel Corsa, qui avait obtenu cinq étoiles aux tests Euro-NCAP il y a déjà six ans. Pas encore réalisés sur l’Adam, gageons que ceux-ci confirmeront cette évaluation.

 

Tenue de route dynamique mais vieux moteur.

 

La rédaction a pu faire l’essai de l’Adam 1.4 ecoFLEX 100 ch. en version « Slam« . Équipée du Start/Stop, celle-ci est proposée au prix de 16.000 EUR.

Bien que développant 100 ch. au régime de 6000 rpm, ce moteur n’est plus au faîte de l’actualité : avec une cylindrée unitaire, l’Ecoboost de Ford développe la même puissance.

Quant au couple, les 130 Nm à 4000 rpm de l’Opel sont enterrés par les 170 Nm déjà disponibles à 1400 rpm de sa rivale de Cologne !

Son bouilleur a fait donc son temps : il ne faut pas hésiter à tricoter avec le levier de vitesses pour garder un punch raisonnable d’autant plus que le poids de la bestiole avoisine les 1100 kg, soit pratiquement 200 kg de plus que la Fiat 500.

En termes de consommation, cela se ressent : sur routes ouvertes, il est difficile de passer sous la barre des six litres aux cent kilomètres.

Dans son aire de prédilection, à savoir la ville, elle peut franchement devenir gloutonne pour s’enfiler de 8 à 9 litres d’essence et ce, malgré le Start/Stop.

Quant à sa tenue de route, les ingénieurs de Rüsselsheim ont fait de l’excellent travail : dynamique et enjouée, elle donne beaucoup de plaisir à sa conduite. Les routes sinueuses sont un régal car l’Adam excelle dans son agilité.

Cependant, chaussées de pneus de 225/35R18 sa suspension nous paraît beaucoup trop dure : vos vertèbres apprécieront modérément les aspérités de la route. En provenance de la Corsa, ses suspensions nous paraissent ici mieux étudiées que sur son aînée.

 

Spécification techniques

 

Fichier Acrobat® à télécharger

 

Qu’en dire ?

 

En terme de design l’Adam est une réussite, d’ailleurs, depuis son apparition, les récompenses n’ont tardé à pleuvoir : le prix du Meilleur Design Intérieur, pas moins de cinq titres au célèbre concours d’innovation «Plus X Award» ainsi que le célèbre «Red Dot Design Award 2013».

Très funky, elle sera certainement la coqueluche des jeunes pour qui le « lifestyle » est devenu presque une religion. Sa bouille sympathique, la richesse de ses options au look jeune et pimpant, ses prix raisonnables et son excellente tenue de route en font d’elle une concurrente inquiétante pour toutes les petites citadines « branchées ».

Cependant, son tableau n’est pas entièrement rose : l’Adam pèche par une habilité arrière et un coffre insuffisants. En outre, ses moteurs ne sont plus de première jeunesse. Il s’ensuit des consommations plus très « actuelles » mais celles-ci sont dues également au poids élevé de la puce.

Mais apparemment, cela devra probablement s’arranger pour qui aura la sagesse d’attendre les nouveaux propulseurs d’Opel dont le nouveau bloc essence 1.6 SIDI Turbo donne déjà un bel aperçu.