La Nissan LEAF e+, pour plus d’autonomie et plus de puissance

Classé dans : Essais - Nissan (Japon) | 0

La Nissan LEAF peut à présent accueillir une batterie et un moteur encore plus puissants : a-t-elle atteint l’âge de la maturité ?

Rappelons qu’avec pas moins de 40.000 exemplaires livrés, la nouvelle LEAF est le véhicule électrique le plus vendu en Europe en 2018. À travers le monde, plus de 380.000 LEAF sillonnent les routes depuis son lancement en 2010.
La LEAF est ainsi le véhicule électrique le plus vendu au monde et la voiture électrique la plus considérée en Belgique.

En moins de dix ans, les progrès en matière de batterie sont pour le moins spectaculaires : rappelons-nous des premières voitures électriques du style Mitsubishi I-MiEV qui proposaient à une autonomie d’un peu plus de 100 km par météo tempérée. Pour le peu que le froid ou la canicule fissent leur apparition, leur autonomie était amputée de près de 20 % !

A cette époque, le futur de la voiture électrique était pour beaucoup assez sombre…
A présent, la technologie des batteries a fait un bond spectaculaire et l’appréhension de prendre la route avec un véhicule électrique s’estompe peu à peu. En plus de la batterie de 40 kWh proposée jusqu’à présent, la LEAF peut accueillir une batterie de 62 kWh et un moteur plus puissant (217 ch/160 kW) pour une plus grande autonomie (385 km en cycle WLTP).

Notre LEAF e+ disposait au départ de 408 km d’autonomie

Cette version, appelée LEAF e+, est offerte dans les deux finitions hautes, à savoir N-CONNECTA et TEKNA. Signalons toutefois que cette nouvelle mouture est toujours équipée du système multimédia NissanConnect avec son petit écran tactile de 7’’ qui commence à dater.

Pour le reste nous enjoignons le lecteur à consulter notre essai de juillet 2018.

Pack de batteries Intelligent Power

Baptisé LEAF e+, ce nouveau modèle dispose d’un pack de batteries « Intelligent Power » affichant une puissance de 62 kWh. Ce qui représente un gain de 25% en densité énergétique et une capacité accrue de 55 %. Cette batterie est toujours refroidie par l’air.

Cette nouvelle batterie optionnelle totalise 288 cellules contre 192 pour la batterie de 40 kWh.
Grâce à ce surcroît de capacité, la LEAF e+ dispose d’une autonomie accrue de 100 km soit 40% de plus que la LEAF classique et sa batterie de 40 kWh.
Cependant, elle garde la même tension de 350 V.

Pour sa recharge, la LEAF e+ 62 kWh dispose d’une prise de chargeur rapide CHAdeMO compatible 100kW alors que la 40 kWh est limitée à 50 kW.

Notons que cette augmentation de capacité ne conduit pas à une réduction du volume du coffre qui garde toujours ses dimensions soit 400 dm³ (finition N-Connecta) ou 385 dm³ (finition Tekna). Banquette arrière abaissée, le volume disponible reste de 1.176 dm³ (finition N-Connecta) ou 1.161 dm³ (finition Tekna).

E-Pedal et ProPILOT

La rédaction a voulu vérifier sur route cette nouveauté « électrisante ». Notre LEAF disposait aussi de l’e-Pedal et du ProPILOT. Selon le constructeur, ces deux technologies de conduite intelligente contribuent à donner une nouvelle expérience de conduite.

  1. Grâce à l’e-Pedal, il est possible de conduire à l’aide d’une seule pédale. Le conducteur peut ainsi accélérer, ralentir et même arrêter le véhicule avec la seule pédale d’accélérateur. « De quoi créer une expérience de conduite plus souple et une maîtrise maximale du véhicule grâce à l’excellente rétroaction de la pédale » dixit Nissan.
    Certes, cette expérience a déjà été testée sur les BMW i3 et s’était révélée concluante. Sur la LEAF, le constat est le même : après quelques kilomètres, l’usage de la pédale de frein devient superflu.
    Cependant, quand il faut se garer ou manœuvrer, il s’agira d’être très précis avec l’accélérateur ! Les freins restent naturellement opérationnels et serviront à réagir avec plus de pugnacité si les circonstances se présentent.
    En conclusion, cette façon de rouler convient tout particulièrement aux « bons pères de famille » adeptes de la conduite douce, fluide et sans à-coup.
  2. Quant au ProPILOT, c’est un système d’assistance à la conduite qui fonctionne sur voies rapides avec plusieurs bandes de circulation. Dans les bouchons, il peut arrêter, faire redémarrer le véhicule et le centrer sur sa bande de circulation pour peu que le marquage des voies ne soit pas détérioré. Toutefois, il est toujours nécessaire de tenir le volant.
    En option, la LEAF e+ peut recevoir le ProPILOT Intelligent Parking System.
Suivant Nissan, le ProPILOT diminuerait le stress et la fatigue du conducteur tout en augmentant sa confiance en lui. Nous mettrons toutefois un bémol à cette assertion : ce système vous assiste mais ne vous remplace pas !
En outre, comme toutes les voitures équipées de cette technologie, elle n’est pas infaillible. Elle ne repère pas toujours l’activité des « fous du volant » qui déboitent brusquement devant vous. Dans ce cas précis, votre vigilance ne doit absolument pas baisser !

Sur route

A présent, associé à une batterie de 62 kWh, les 217 ch électriques  fournissent une cavalerie « suffisante » pour mouvoir ce véhicule de plus de 1600 kg à vide.

Grâce à un couple de 340 Nm disponible immédiatement, la LEAF e+ accélère de 0 à 100 km/h en 6,9 sec soit une seconde de moins que la version à 150 ch. Quant à sa vitesse maximale, elle grimpe de 140 km/h à 157 km/h.

Sur route, l’usage de l’e-Pedal seule et non associée au ProPILOT offre déjà une conduite très détendue qui ne demande qu’une dizaine de kilomètres d’adaptation. Sa direction est très (trop ?) douce et le roulis pratiquement inexistant. Sa suspension est souple et absorbe relativement bien les casse-vitesses.

Une fois le Pro-PILOT enclenché, la LEAF e+ se conduit presque toute seule, ce qui ne veut pas dire que l’on peut relâcher son attention pour autant !

Pour encore plus d’économie d’énergie, la LEAF e+ propose deux modes de conduite « Eco » (par défaut) et une position « B » sur le levier de vitesse qui optimalise la recharge en période de décélération.

Notre consommation sur les grands axe à vitesse de ± 110 km frôlait les 18 kW/100 km soit inférieure  aux 18,5 kW aux 100 km revendiqués par Nissan en normes WLTP.
Cependant, pour peu que l’on observe une conduite économique, cette consommation peut facilement se limiter entre 14 et 15 kW /100 km.

Spécifications techniques

Fichier pdf à télécharger

Conclusions

Avec ses près de 400 km d’autonomie, la LEAF e+ devient un peu plus intéressante pour les conducteurs qui envisagent des trajets plus longs. Cependant, une conduite souple et économique dans un environnement est nécessaire pour peu que l’on veuille en profiter pleinement dans le cas contraire, un peu plus de 300 km nous semblent plus réels.

Évidemment, en hiver, les conditions météo joueront encore en sa défaveur, mais elles ne grèveront proportionnellement pas trop la distance à parcourir.

La LEAF e+ est proposée à partir de 45.000 EUR en finition CONNECTA-N.
Notre exemplaire, une TEKNA, est à vous pour 47.100 EUR.
Il existe déjà une LEAF 40 kWh en finition Acenta  pour 36.540 EUR.
Notons qu’actuellement, le chargeur à domicile est offert par Nissan.

Benoît Piette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

× 6 = 12