ESSAI : La Nissan Note 1.5 dCi pure drive, hybride à sa manière…

Classé dans : Essais - Nissan (Japon) | 0

Après son face-lift de 2009, la Nissan Note approche ses six ans mais son concept reste toujours aussi singulier vis à vis de ses concurrents  !

Nissan Note 2010

Il n’est ni un monovolume genre Renault Grand Modus, ni une citadine du genre Renault Clio : il est à la fois les deux et c’est ce qui en fait toute son originalité.


Un concept créatif

 

Etrange concept en vérité que la Note ! De l’arrière, on dirait un Nissan X-Trail en réduction : on y retrouve la même poupe avec ses lignes abruptes et ses gros feux en boomerang qui remontent sur le toit.

Nissan Note 2010

De profil, sa silhouette fait penser à un monovolume du style Renault Twingo de la première génération.

Nissan Note 2010

En revanche, et malgré ses gros phares, l’avant semble plus consensuel.

Nissan Note 2010

Débridée, elle n’a eu aucune peine à remplacer la discrète Almera : elle est à la fois une citadine et un petit break de 4,10 m. En rabattant le siège du passager avant qui – pour la version essayée – possédait un accoudoir spécifique, il est même possible d’enfourner des objets longs de 2,4 m….

 

Nissan Note 2010

Nissan Note 2010

Mais elle peut aussi devenir étonnamment spacieuse grâce à une banquette arrière qui peut coulisser sur 20 cm.

Nissan Note 2010

On obtient alors un espace aux jambes digne d’une limousine. Avec des tablettes « style aviation » et de larges aumônières, les voyages à l’arrière peuvent prendre une autre dimension.

Nissan Note 2010

Son coffre arrière d’un volume maximum de 437 dm³ possède un double fond dont le couvercle en deux parties peut supporter 100 kg *.

* Ces tablettes, appelées « flexiboard », sont astucieusement garnies d’une face revêtue et d’une face lisse et imperméable

Nissan Note 2010

Depuis son remodelage de 2009, ce double-fond peut être aménagé en deux compartiments distincts.

Nissan Note 2010

Banquette arrière rabattue, le volume utile peut atteindre plus de 1,3 m³.

Nissan Note 2010

Le tableau de bord est austère mais complet en version « Acenta » ; on y retrouve un limiteur et régulateur de vitesse, un système de démarrage sans clé ainsi que des phares et essuie-glace automatiques.
Le volant possède des commandes dédiées au pilotage de l’ordinateur de bord, de l’autoradio et à la connectivité Bluetooth®.

En plus d’un radar de recul, notre exemplaire possédait en option le système « Nissan Connect » (500 EUR) qui permet avec son écran tactile de 5″ une approche conviviale et très intuitive de toutes les commandes relatives aux médias embarqués ainsi que du GPS.

Cet écran est surmonté d’un emplacement très bien pensé qui accueille les connections USB et fiche jack 3,5 mm. A condition de ne pas l’oublier dans la voiture, c’est l’emplacement rêvé pour votre i-Pod ou votre GSM…

 

Pure Drive

 

Sous cet anglicisme à la mode, Nissan identifie ses voitures qui émettent le moins de CO2, à savoir moins de 140 g.
Trois des quatre motorisations de la Note peuvent s’en flatter : il s’agit de la version 1.4 essence de 88 ch. et des deux diesel 1.5 dCi d’origine Renault de respectivement 86 ch. et 103 ch.

Nissan Note 2010

Quant à la version essence 1.6, elle ne peut bénéficier de cette appellation, mais dans notre pays où le diesel coule à flot, cette version ne risque pas d’être beaucoup courue.

D’après Nissan Belgium, la Note représente environ 20 % des ventes de la Marque.

Nissan Note 2010

La version essayée était une Note en finition Acenta propulsée par un 1.5 dCi de 86 ch. Son couple confortable de 200 Nm à 1900 rpm permet de rester assez paresseux avec le levier de vitesses.

Avec des sièges avant confortables et une suspension prévenante, les déplacements en Note sont agréables. Le roulis est parfaitement maîtrisé et les 2,6 m d’empattement offre une stabilité et une tenue de route « notable« . La direction est moins artificielle que certains produits du partenaire Renault. En revanche, la boîte 5 accroche tout autant…

Nissan Note 2010

Dommage aussi que le régulateur de vitesse nous ait donné la désagréable impression de chercher continuellement la vitesse imposée : cela provoque une allure irrégulière voire saccadée et assez déplaisante.

Compte tenu de ce petit défaut, l’ensemble reste très homogène et adapté à une petite famille. Sa hauteur plus basse que celle des MPV traditionnels permettra au conducteur une acclimatation plus aisée et éliminera les roulis engendrés par des hauteurs de caisses excessives.

Nissan Note 2010

En ce qui concerne la consommation, on connaît la sobriété du dCi d’origine Renault. Ici encore, il n’a pas failli à sa réputation : sur des trajets presque exclusivement extra-urbains, elle s’est stabilisée à un très bon 4,5 l aux cent.
En consommation mixte, et compte tenu des 46 l du réservoir on peut tabler sur une autonomie d’environ 800 km.

Nissan Note 2010

Quant aux test Euro-NCAP, la Note a reçu quatre étoiles en 2006. Les résultats ont révélé un risque de lésions aux niveaux des genoux et des fémurs des occupants des places avant.

 

Spécifications Techniques

 

Fichier à télécharger (Adobe)

 

Un achat raisonné

 

Plus qu’émotionnelle, l’acquisition d’une Note est finalement très rationnelle : on dispose des avantages d’un MPV sans ses défauts.
Evidemment, comparativement aux ténors de cette catégorie, le coffre est moins volumineux, le réservoir est petit (46 l), l’insonorisation n’est pas parfaite, etc…

Nissan Note 2010

Cependant, en aucun cas ses défauts sont rédhibitoires. Reste encore une silhouette pas très glamour… mais on entre là dans un domaine très subjectif !