ESSAI : La Nissan Leaf : la voiture (électrique) de l’année 2011

Classé dans : Essais - Nissan (Japon) | 0

La voiture de l’année a toujours été une distinction très prisée pour la marque qui enlevait le trophée, Nissan n’en a pas été moins fier : elle est en effet la première marque automobile à être nominée pour un modèle électrique.

Nissan Leaf 2012


Par cet oscar automobile, la marque se voit récompensée des nombreuses recherches qu’elle a réalisées en vue de faire rouler une voiture totalement dédiée à la fée électricité.


Une carrosserie originale et un équipement hyper-complet

 

Belle ne serait pas approprié, mais originale beaucoup plus : en partant d’une feuille blanche et en ne se focalisant sur une architecture consacrée exclusivement à la propulsion électrique, la conception a pu s’affranchir des dispositions traditionnelles des voitures thermiques. Cette nouvelle plate forme dispose d’un empattement de 2,70 m pour une longueur de 4,45 m et 1,77 m de large.

Nissan Leaf 2012

Comme les modules de batteries sont placés sous le plancher au centre du châssis, les concepteurs la LEAF ont pu réaménager la proue de manière différente que si celle-ci avait été pourvue d’un moteur thermique.

Il s’ensuit un dessin inédit voire insolite qui la fera repérer rapidement comme cela a été en son temps le cas avec les Toyota Prius.

 

La face avant est plongeante à la manière du Juke, les feux sont verticaux et agrémentés de diodes bleutées. Leur conception a pour but de canaliser les écoulements d’air loin des rétroviseurs extérieurs afin d’optimiser l’aérodynamisme et de diminuer les bruits de vents, très rapidement décelables sur un véhicule électrique réputé pour son silence de fonctionnement.

Nissan Leaf 2012

Au centre, devant le capot traditionnel, on découvre un petit couvercle dissimulant les deux prises pour les recharges.

Nissan Leaf 2012

Celles-ci peuvent s’opérer soit de manière rapide à 80 % (une demi-heure, tout de même !) ou lente (de 7 à 15 heures).

 

Un intérieur moderne et chaleureux

 

La sellerie, de couleur claire est très accueillante mais très salissante… Les sièges permettent de multiples réglages et sont chauffants.

Nissan Leaf 2012

Ils sont confortables mais ne soutiennent pas suffisamment le corps pour entamer de longs trajets… il est vrai qu’avec une autonomie maximale d’environ 150 km, la longueur du trajet est une donnée très relative…

Nissan Leaf 2012

La banquette arrière est surélevée et les dossiers se rabattent 1/3 – 2/3 augmentant ainsi la capacité du coffre de 410 dm³ à 680 dm³.

La position de conduite est correcte, regrettons toutefois que le volant ne puisse se régler en profondeur.

Nissan Leaf 2012

A l’instar de la Prius, Nissan innove avec un levier de transmission ressemblant à une souris d’ordinateur. Outre la position P, D, N et R, la Leaf possède une position Eco permettant d’étendre le rayon d’action au détriment des performances.

Pour rouler dans ce mode, il suffit de reproduire une seconde fois le déplacement de la souris en mode D. Le mode choisi est indiqué sur le tableau de bord.

Notons aussi que la position P (Parking) s’opère par une pression sur un bouton situé sur la souris.

Pour être complet, signalons que malgré ses spécificités, la Nissan Leaf a reçu cinq étoiles aux crash-tests Euro NCAP.

 

Une propulsion entièrement électrique

 

Comme la Mitsubishi i-MiEV et ses clones français, la Leaf est une voiture 100% électrique propulsée par un moteur électrique. Mais sur la Nissan, celui-ci entraîne les roues avant.

Ce moteur à courant alternatif délivre une puissance de 109 ch. (80 kW) et un couple de 280 Nm de 0 à 2730 rpm, ce qui lui permet d’obtenir d’excellentes accélérations en ville.

Nissan Leaf 2012

Comme toutes les voitures électriques, sa vitesse maximum n’est pas très élevée : elle pointe à environ 145 km/h… c’est l’IBSR qui se frottera les mains !

Sa conduite se fait dans un silence de cathédrale, seulement perturbé par des bruits de vent qui seraient certainement passés inaperçus dans un véhicule à propulsion thermique. La direction n’a pas le ressenti d’une Golf ou d’une 308, mais pour les déplacements en ville, c’est amplement suffisant.

Ses suspensions souples lui donnent un confort très appréciable mais elles nuisent à un comportement un tant soit peu dynamique. Bref, la Leaf a été étudiée pour les zones urbaines et suburbaines où elle se retrouve comme un poisson dans l’eau.

Nissan Leaf 2012

Les déplacements sur autoroutes ne sont pas sa tasse de thé : l’œil rivé sur la faible autonomie restante, le conducteur perdra une partie de son attention, ce qui n’est pas toujours recommandable dans le trafic actuel.

 

Recharge et autonomie, les deux bêtes noires des « ZE vehicles »

 

Actuellement, la Leaf peut parcourir 175 km (cycle européen NEDC). Pour pallier sa faible autonomie, la Nissan utilise plusieurs recettes comme entre autre la récupération d’énergie au freinage ou le paramétrage de la climatisation. Il existe aussi le mode « Eco » qui optimalise la capacité de régénération au freinage.

Pour grappiller encore quelques kilomètres, l’air conditionné peut être tout simplement coupé, ce qui a été possible grâce à notre admirable climat « tempéré » actuel (ce qui donne un gain de 30 km…).

Nissan Leaf 2012

Théoriquement, et suivant différentes enquêtes, une distance journalière de 100 km est largement suffisante pour 80 % de la population mondiale…

Certes, cette révélation est réelle, mais est-ce bien relevant ?

Nissan Leaf 2012

Il est vrai que la recharge – qui peut durer huit heures – s’opère facilement grâce à un portillon placé sur le capot, un peu comme la trappe de feu l’Audi A2. En outre, la Leaf prévoit même la possibilité de la programmer la nuit quand le tarif est moindre, bref le tableau semble idyllique.

Nissan Leaf 2012

Mais en pratique, il en va tout autrement : pour recharger quotidiennement son véhicule, il faut disposer d’un garage avec une prise de courant spécialement dédiée à cette fonction, ce qui n’est pas le cas pour la majorité des citadins. Evidemment, il reste l’option « charge rapide » ( 400 V et 125 A DC) qui vous permet de charger votre véhicule en une demi-heure mais il y a plusieurs bémol : le nombre de stations est très faible et le véhicule ne sera chargé qu’à 80 %, diminuant encore plus sa faible autonomie.

En outre, la charge rapide pourrait accélérer le vieillissement des batteries (l’excès nuit en tout, c’est bien connu…)

Nissan Leaf 2012

Pour avoir essayé les deux modes de charges, il convient de signaler que les cycles de charges « rapides » réalisées dans les stations Total durent 10 minutes et sont facturées actuellement à 4 EUR.

N’ayant plus que 30 km d’autonomie, l’expérience a donc été tentée, et après 10 minutes, celle-ci était remontée à 80 km soit 50 km pour 4 EUR : on est donc loin des économies imaginées !

Nissan Leaf 2012

Nissan Leaf 2012Quant aux charges lentes, elles prennent toute une nuit et sont naturellement moins onéreuses : selon une étude du VAB réalisée à l’occasion de l’Election de la Voiture familiale VAB 2012, le coût énergétique pour 100 km parcourus en mode électrique s’élèverait à 4,10 EUR.

Pour l’avoir chargée sur une nuit chez un ami possédant un garage avec une prise ad hoc (qu’il en soit encore remercié), la Leaf a récupéré une autonomie de/- 180 km. Toutefois, après un parcours autoroutier d’environ 40 km, celle-ci a fondu comme neige au soleil pour arriver à 100 km tout rond (le déplacement s’est réalisé sans airco, bien entendu…)

 

Données Techniques

 

Fichier Acrobat® à télécharger

 

Qu’en conclure ?

 

La Nissan Leaf a été conçue pour la ville et sa périphérie immédiate, c’est un fait. Si vous êtes citadin et que vous possédez un garage avec une prise adéquate, l’acquisition d’une Nissan Leaf est gratifiante, pour autant que vous ne l’utilisiez qu’en zone urbaine… Et ce sera vraiment Byzance si votre employeur dispose de parkings appropriés pour la recharge !

Signalons que les administrations à l’étranger ont déjà réalisé ce choix : Voici une photo d’une Leaf en uniforme prise au Portugal.

Nissan Leaf Policia Portugal

En revanche, pour les vacances, la descente à la « Costa Belga » devra être envisagée autrement… à moins que vous ne vous décidiez à faire de nombreuses étapes dans des endroits où une recharge nocturne est possible…

Avec un prix démarrant pratiquement à 37.000 EUR, elle n’est pas donnée, mais elle est proposée toute équipée, avec climatisation, navigation GPS, caméra de recul, et une sphère de télématique embarquée. De plus, son image en fait une icône de la mobilité future… très important pour l’image de certaines entreprises !