Le Mitsubishi Outlander PHEV : une nouvelle chaîne cinématique

Classé dans : Essais - Mitsubishi (Japon) | 0

Essayé en avril 2018, le Mitsubishi Outlander PHEV nous revient cette année avec un nouveau moteur de plus forte cylindrée et une batterie de plus forte capacité.

Ces modifications ont pour but d’améliorer le rendement tout en augmentant la part des kilomètres parcourus en mode hybride et EV.

Une carrosserie identique

Pour cette nouvelle édition, l’Outlander reprend sa face avant caractéristique baptisée “Dynamic Shield” avec un éclairage entièrement à DEL (feux de jour, de route et de croisement). Celui-ci s’ajuste automatiquement en fonction du chargement, de l’accélération et du freinage.

Le hayon arrière peut s’ouvrir et se fermer de trois façons : soit par la clé, soit par le tableau de bord, soit par un bouton situé sur le hayon lui-même.

Pour le reste, nous renvoyons le lecteur à l’essai réalisé par la rédaction, il y a à peine un an.

Un intérieur spacieux et très technique

L’habitacle n’a pas été fondamentalement modifié : seules apparaissent quelques adaptations dans l’agencement des commandes.

Ainsi, les boutons relatifs aux modes de recharge et de maintien de la charge ont été rassemblés en un seul commutateur situé derrière le levier de vitesse et qui fait face à la commande du mode EV.
Sur cette même console centrale se trouvent les interrupteurs relatifs au mode Sport ainsi qu’au mode 4WD (mode neige).
Quant au mode Eco, il se situe toujours sous l’écran central, jouxtant le bouton de détresse.
Pour être complet, n’oublions pas non plus la position “B” du levier de vitesse qui, de concert avec les palettes derrière le volant, permet de doser la puissance du freinage récupératif selon six positions.

La diversité des commandes et leur emplacement disséminés dans tout le tableau de bord rendent leur emploi assez peu aisé et exige une certaine habitude et ce, d’autant plus qu’il n’y a pas de mémoire du mode choisi et qu’à chaque démarrage, un reparamétrage s’avérera nécessaire.

Toutes les données relatives à la consommation d’énergie et de l’autonomie sont affichées sur l’écran tactile qui projettera également la vue de la caméra de recul en marche arrière.

Comme son devancier essayé il y a un an, notre exemplaire est équipé d’un système audio Rockford Fosgate® avec neuf haut-parleurs et un caisson de basse disposé dans le coffre qui dispose aussi d’une prise 12 V.

Au niveau de la sécurité, ce SUV est équipé notamment d’un régulateur de vitesse adaptatif avec une fonction file, d’un système anti collision, d’un système de maintien dans la voie, des feux automatiques, de l’aide au démarrage en côte, d’un système Keyless…

Une nouvelle chaîne cinématique

Avec sa nouvelle mouture, la propulsion hybride de l’Outlander PHEV a été totalement revue : un nouveau moteur thermique d’une plus forte cylindrée, des moteurs électriques plus efficients et une batterie à plus forte capacité font partie des modifications qui ont pour but de le rendre plus écologique avec des émissions de CO2 de 40 g/km (Normes NEDC) et 46 g/km (Normes WLTP).

Ci-après, les différences entre les modèles 2018 et 2019 :

2018

2019

Moteur Thermique

Nombre de cylindres

4

4

Alésage x course

86 mm x 86 mm

88 mm x 97 mm

Cylindrée

1998 cm³

2360 cm³

Puissance

121ch à 4500 rpm

135 ch à 4500 rpm

Couple maximum

190 Nm à 4500 rpm

211 Nm à 4500 rpm

Moteur électrique avant

Puissance

82 ch

82 ch

Couple

137 Nm

137 Nm

Moteur électrique arrière

Puissance

82 ch

95 ch

Couple

195 Nm

195 Nm

Batterie

Lithium-Ion

Lithium-Ion

Tension

300 V

300 V

Capacité

12 kWh

13,8 kWh

Performances

Vitesse maximale

170 km/h

170 km/h

Consommation NEDC

1,9 l/100 km

1,8 l/100 km

 

Grâce à ces modifications, Mitsubishi revendique des émissions de CO2 de 40 g/km (cycle NEDC) et 46 g/km (cycle WLTP), ainsi que des réductions de consommations de carburant de 1,8 l/100 km (cycle NEDC) et 2,0 l/100 km (cycle WLTP), avec une autonomie en fonctionnement zéro émission (EV) de 54 km (cycle NEDC) et 45 km (cycle WLTP).

Comme relaté dans notre précédent essai, trois modes de conduite sont possibles :

  1. Mode de conduite électrique (Moteur électrique uniquement – EV)
    Les deux moteurs électriques alimentent le véhicule en puisant l’électricité de la batterie Lithium-Ion. La vitesse maximale est de 135 km/h.
  2. Mode hybride en série (Moteur électrique + assistance du moteur à essence)
    Les moteurs électriques alimentent le véhicule avec de l’électricité générée par le moteur à essence qui génère aussi de l’électricité pour recharger la batterie (lorsque son niveau est bas et pour augmenter la puissance en cas de forte accélération ou de monté.
  3. Mode hybride parallèle (Moteur essence + assistance du moteur électrique)
    Le moteur à essence alimente le véhicule à des vitesses élevées, donc lorsque le rendement du moteur est élevé. Celui-ci est assisté des moteurs électriques lorsqu’une puissance supplémentaire est requise.

A ces trois modes, il faut aussi ajouter la regénération de la batterie par le freinage récupératif par les palettes situées derrière le volant et selon six niveaux d’intensité (de B0 à B5).

Comparativement à la version de 2018, la rédaction a constaté que sa tenue de route s’est améliorée grâce à une direction plus précise. Il nous a également semblé que le roulis pris lors d’une conduite plus dynamique est moins prononcé.

Sa recharge n’exige que 25 minutes pour atteindre les 80 %
La contenance du réservoir à essence n’est que de 45 l

Quant aux performances, elles plafonnent : on peut toutefois y déceler une plus grande souplesse ainsi qu’un plus grand silence de fonctionnement en phase d’accélérations « vigoureuses ». Quant aux consommations, en mode Drive « Eco », il est vrai que le moteur essence nous semble moins sollicité et cela se répercute favorablement sur les consommations.

Durant notre prise en main, les consommations en essence faisaient moins de 6 litres aux cent, ce qui n’est pas mal pour un véhicule de plus de 1,8 T.

 

Conclusions

Depuis 2013, l’Outlander PHEV a été commercialisé dans plus de cinquante pays.

A la fin de 2018, il est devenu le véhicule hybride rechargeable le plus vendu au monde. Il a aussi été le véhicule hybride rechargeable le plus vendu en Europe au cours des quatre dernières années sans discontinuer (2015 à 2018). Voilà une carte de visite alléchante !

Pour 2019, son évolution ne concerne que l’aspect mécanique. Toutefois, malgré ses indéniables qualités “PHEV”, celles-ci n’effacent pas son âge.

Comme déjà évoqué dans notre essai de l’année dernière, malgré une chaîne cinématique plus performante, une tenue de route moins pataude et une direction plus précise, l’Outlander est “éclipsée” par le nouveau venu de Mitsubishi à savoir l’Eclipse Cross qui n’est toujours pas encore « électrifié »…

Comme le Toyota RAV4, le moteur thermique de cet hybride a augmenté en cylindrée. Hélas, cette amélioration ne profitera qu’au Nord du pays : en effet, cette évolution se heurte de plein fouet à une fiscalité wallonne d’avant guerre qui pénalisera encore un peu plus son éventuel acquéreur !

Proposé à partir de  41.000 EUR en finition ‘Intense’, l’Outlander PHEV a subi une diminution de près de 3000 EUR par rapport à l’ancienne mouture !

Benoît Piette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

42 ÷ = 42