ESSAI : la Space Star, une nouvelle citadine pour Mitsubishi

Classé dans : Essais - Mitsubishi (Japon) | 0

Drôle d’histoire chez Mitsubishi : après avoir mis (provisoirement ?) fin à la septième génération de Colt, voici que la firme de Minato exhume pour sa nouvelle petite citadine un patronyme déjà précédemment utilisé pour désigner un petit MPV (Multi Purpose Vehicle) sorti des chaînes de montage de NedCar au Pays-Bas de 1998 à 2005.

Mitsubishi Space Star 1.2 CVT 2013

En fait, elle aurait du s’appeler Mirage, autre nom que portait la Colt sur certains marchés extra-européens… vous suivez toujours ?


Une petite bouille bien sympathique

 

Fabriquée en Thaïlande et destinée de prime abord aux marchés émergeants, la Space Star (alias Mirage pour le reste du monde) débarque en Europe.

Mitsubishi Mirage 1.2 CVT 2013

Comparable à la Nissan Micra fabriquée en Inde, elle s’adresse à des citadins pour qui les mini-citadines du segment A comme la Toyota Aygo, ou la Renault Twingo sont vraiment trop peu spacieuses.

Mitsubishi Space Star 1.2 CVT 2013

En revanche, celles-ci ne peuvent pas encore se comparer aux citadines polyvalentes du segment B comme – par exemple – la Clio, la 208 ou la Polo dont les tailles avoisinent ou même dépassent les 4 m.

Ne mesurant que 3,71 m de long, elle est nettement plus courte que la Colt qu’elle remplace (3,87 m). Elle revendique un Cx de 0,27 ce qui est flatteur pour un véhicule de ce segment.

Mitsubishi Space Star 1.2 CVT 2013

Ses gros phares globuleux la font ressembler furieusement à la Nissan Micra avec laquelle elle partage un « trois pattes » de cylindrée et de puissance comparables (80 ch.).

Mais la similitude ne s’arrête pas là : les tailles sont pratiquement identiques et les prix (à puissance égale) sont aussi très similaires.

Mitsubishi Space Star 1.2 CVT 2013

Cependant, la Space Star déclare ne peser que seulement 850 kg alors que la Micra en fait 120 kg de plus…

Ce qui permet à la Mitsubishi de prétendre une consommation moyenne de 4,3 l au lieu de 5 l pour la petite Nissan. Mais leur autonomie est comparable suite à un réservoir de seulement 35 l au lieu de 41 l…

Mitsubishi Space Star 1.2 CVT 2013

Sans être déplaisante pour autant, la forme de l’arrière paraît un peu plus massive que la Micra.

En prolongement de ses charnières, le hayon intègre un petit spoiler avec feu de stop à DEL (sauf finition de base – Inform).

Il s’ouvre sur un coffre d’une capacité de 235 dm³, ce qui est environ 50 dm³ de moins que la moyenne de la catégorie.

Banquettes arrières rabattues, son volume dépasse les 900 dm³.

Mitsubishi Mirage 1.2 CVT 2013

A l’intérieur, l’ambiance est sobre et sa couleur violette réjouira sans doute l’archevêque de Malines-Bruxelles.

Mitsubishi Mirage 1.2 CVT 2013

L’espace est suffisant pour quatre adultes de tailles « européennes » et éventuellement un cinquième pour de cours déplacements.

Les sièges avant bénéficient d’une bonne assise mais le soutien latéral n’est pas extraordinaire et comme le roulis est assez présent…

Mitsubishi Space Star 1.2 CVT 2013

L’ergonomie est bien pensée et les commandes sont très accessibles sauf pour les données de l’ordinateur de bord.

Mitsubishi Space Star 1.2 CVT 2013

Celles-ci s’affichent sur un écran multifonction placé en bas du tachymètre après avoir pressé un petit bouton très mal situé à sa droite et accessible en passant la main à travers le volant.

Mitsubishi Space Star 1.2 CVT 2013

Se présentant sous forme digitale, la jauge à carburant n’est que peu précise.

 

Mitsubishi Space Star 1.2 CVT 2013

L’équipement est simple et suffisant notre exemplaire de finition « Intense » ne possédait pas de GPS ni de Bluetooth mais l’équipement média disposait de prises AUX et USB dissimulées dans la boîte à gants.

Mitsubishi Space Star 1.2 2013

Quelques espaces de rangements existent çà et là, mais nous avons déjà vu mieux.

En revanche, nos Space Star en version « Intense » possédaient un système « Keyless Operation System » (KOS), un contrôle actif de stabilité et de traction (ASTC), l’ABS, l’EBD (Electronic Brake-force Distribution ou répartiteur électronique de freinage).

Sur la version CVT, elle était aussi équipée d’un Hill Start Assist (HSA) qui maintient automatiquement la force de freinage pendant deux secondes après le relâchement de la pédale de frein.

Comme la Nissan Micra, les tests Euro-NCAP l’ont gratifiée de quatre étoiles sur un maximum de cinq avec 90 % pour les passagers adultes, 72 % pour les enfants et enfin, 73 % pour les piétons. Ces tests ont révélé une protection assez marginale de la jambe droite du conducteur.

En revanche le test du poteau latéral a été relativement bien coté.

 

Sur route

 

Nous avons eu la possibilité de faire l’essai de la Space Star 1.2 L DACT 12 soupapes MIVEC avec la boîte manuelle 5 vitesses ainsi que la même cylindrée en automatique (CVT).

Mitsubishi Space Star 1.2 CVT 2013

Ces deux versions possédaient l’Auto Stop & Go (AS&G).

En levant le capot, nous avons constaté que le compartiment moteur est resté en apprêt… peut-être une spécialité thaïlandaise ?

Mitsubishi Space Star 1.2 CVT 2013

Le moteur se lance au moyen d’un bouton situé à gauche de la colonne de direction (comme sur les Porche…)

Mitsubishi Mirage 1.2 CVT 2013

Vif et grimpant bien dans les tours, il nous semble toutefois moins bien isolé que chez certaines marques concurrentes proposant également des moteurs trois cylindres (nous pensons au VW Up!)

Mitsubishi Mirage 1.2 CVT 2013

Néanmoins, à vitesse constante il se fait oublier. La légèreté de la voiture contribue à une nervosité très agréable.

Nous avons été surpris par une prise d’appui importante lors de virage pris à vive allure ! Cependant, rien de bien méchant, et nous avons fini par nous y habituer.

La direction est légère et suffisamment précise pour des déplacements en ville, mais elle n’atteint pas la précision que nous pouvons ressentir à bord d’une Twingo.

Son rayon de braquage de 4,6 m est particulièrement intéressant.

Mitsubishi Space Star 1.2 CVT 2013

La boîte CVT INVECS-III (pour Intelligent & Innovative Vehicle Electronic Control System III) est efficace en ville et permet des accélérations fluides.

Le hululement caractéristique des CVT reste assez contenu.

Un programme « Sport »  Ds autorise des accélérations plus « volontaires »… mais aussi plus bruyantes !

Côté consommation, par rapport à la boîte manuelle à cinq vitesses, la transmission CVT nécessite un bon litre d’essence supplémentaire soit environ 6,5 litres de moyenne aux cent.

En faisant attention il est possible de consommer un peu moins de six litres, mais à ce jeu là, la boîte manuelle est infiniment plus efficiente : nous avons même pu obtenir un beau 4,9 litres aux cent sans pour autant se traîner.

Mitsubishi Space Star 1.2 2013

Soulignons que le passage des vitesses est très agréable et on prend plaisir à le faire à la volée.

 

Spécifications techniques

 

Voir fichier Acrobat® à télécharger

 

Conclusions

 

Suite à l’embonpoint actuel des citadines polyvalentes du genre C3, 208, Clio, Polo, etc… certains seront tentés par le gabarit de la Space Star, d’autant plus qu’elle offre un habitacle généreux.

Mitsubishi Space Star 1.2 CVT 2013

Et ce, même si d’aucuns lui reprocheront une capacité de chargement insuffisante ou une piètre autonomie (son réservoir ne contient que 35 litres).

Mais reconnaissons néanmoins que cette petite Mitsubishi offre une sérieuse alternative à qui voudrait une vraie citadine suffisamment polyvalente pour entamer à l’occasion des trajets autoroutiers.

Mitsubishi Space Star 1.2 CVT 2013

Pour la ville, la transmission à variation continue INVECS-III est un plus, même si cette option consomme plus.

Proposée de 14.000 à 15.000 EUR en version 1.2 L : elle existe aussi en version 1.0 L à partir de 9.500 EUR.